Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Isabelle le Lundi 16/01/2012 à 12:00
Alcool: des différences dans le cerveau des gros buveurs
Une nouvelle étude révèle des différences dans le cerveau qui pourraient expliquer pourquoi certaines personnes boivent plus que d'autres. Ces résultats seront peut-être utiles pour la conception de meilleurs médicaments contre les excès de l'alcool.

Comme la cocaïne (La cocaïne est un alcaloïde extrait de la coca. Puissant stimulant du système nerveux central, elle est aussi un vasoconstricteur...) et les amphétamines (Les amphétamines sont des substances psychotropes, de structure dérivé des phényléthylamines.), l'alcool induit (L'induit est un organe généralement électromagnétique utilisé en électrotechnique chargé de recevoir l'induction de l'inducteur et de la transformer en...) la libération d'opioïdes, qui sont de petites molécules peptidiques appelées endorphines, enképhalines et dynorphines, dans les centres de la récompense du cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de...). Jennifer Mitchell et ses collègues ont mesuré la quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la valeur d’une collection ou un...) d'opioïdes libérée dans le cerveau d'un petit groupe de non buveurs et de gros buveurs sociaux avant et après consommation d'une boisson alcoolisée. Les gros buveurs rapportaient une plus grosse envie de boire après la première boisson.

En utilisant la tomographie par émission de positons, ou PET scan, les chercheurs ont découvert qu'une seule boisson suffisait à induire une plus grande libération d'opioïdes chez les gros buveurs dans deux centres de la récompense, le noyau accumbens et dans le cortex (En biologie, le cortex (mot latin signifiant écorce) désigne la couche superficielle ou périphérique d'un tissu organique.) orbito-frontal. Les auteurs en déduisent que ces opioïdes sont en étroite relation avec les effets de l'alcool qui mènent à ses excès. Les personnes dont le cortex orbito-frontal ou le noyau accumbens répondent particulièrement à l'alcool, c'est-à-dire qui libèrent alors de fortes quantités d'opioïdes, pourraient retirer plus de plaisir à chaque verre (Le verre, dans le langage courant, désigne un matériau ou un alliage dur, fragile (cassant) et transparent au rayonnement visible. Le plus souvent, le verre est constitué d’oxyde de silicium (silice SiO2) et de fondants, le...), ce qui contribuerait ainsi à leur consommation excessive.

Référence de l'article: "Alcohol Consumption Induces Endogenous Opioid Release in the Human Orbitofrontal Cortex and Nucleus Accumbens" par J.M. Mitchell et H.L. Fields de l'Université de Californie (L'université de Californie est une université américaine, fondée en 1868, dont le siège se trouve à Berkeley (Californie), comprenant dix campus situés dans l'État de Californie. Elle...), San Francisco à Emeryville, et à San Francisco, CA ; J.P. O'Neil, M. Janabi, S.M. Marks et W.J. Jagust du Lawrence Berkeley National Laboratory (Le Laboratoire national Lawrence Berkeley (Ernest Orlando Lawrence National Laboratory, anciennement Berkeley Radiation Laboratory et plus connu sous le nom de Berkeley Lab ou LBNL), est un laboratoire national américain, dépendant du...) à Berkeley, CA; S.M. Marks et W.J. Jagust de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission...) de Californie, Berkeley à Berkeley, CA.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Science, AAAS & EurekAlert