Les babouins nous aident à comprendre pourquoi nous portons nos bébés à gauche

Publié par Adrien le 26/07/2020 à 09:00
Source: CNRS INSB
Une majorité de parents portent leur bébé du côté gauche. Une étude montre que c'est aussi le cas chez les femelles babouins et que leur niveau de stress altérerait, voire inverserait, comme chez les humains, cette asymétrie. Ainsi seules les femelles vivant dans des groupes à forte densité (La densité ou densité relative d'un corps est le rapport de sa masse volumique à la masse volumique d'un corps pris comme référence. Le corps de...) sociale - et donc soumises à davantage de stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des...) - portent leur bébé (L'onomatopée bébé désigne l'être humain en bas-âge. En puériculture on distingue plutôt le nouveau-né (le premier mois), le...) plutôt du côté droit. Ce phénomène pourrait être directement lié au traitement des émotions dans le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la...), qui mobilise l'hémisphère droit à la fois chez les humains et les autres primates. Cette étude est publiée dans la revue Scientific Reports.


Jeune babouin olive porté à gauche par sa mère. © Eloïse Disarbois

La majorité d'entre nous (66 à 72%) porte son enfant plutôt du bras gauche. Les raisons de ce phénomène restent mystérieuses: ni la préférence manuelle, ni la culture (La Culture est une civilisation pan-galactique inventée par Iain M. Banks au travers de ses romans et nouvelles de science-fiction. Décrite avec beaucoup de précision et de détail, La Culture peut être...), ni la position des battements du cœur ne semblent expliquer cette préférence de portage maternel. Parmi les autres pistes explorées par les psychologues: la division (La division est une loi de composition qui à deux nombres associe le produit du premier par l'inverse du second. Si un nombre est non nul, la fonction...) du travail entre les deux hémisphères du cerveau dans le traitement des émotions, qui penche en faveur de l'hémisphère droit. C'est aussi l'hémisphère droit qui reçoit en premier les informations perçues dans le champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) visuel gauche du parent (alors que le champ visuel droit est traité d'abord par l'hémisphère gauche).

Le portage maternel à gauche permet donc d'exposer le visage du bébé dans le champ visuel gauche du parent et favoriser ainsi directement son hémisphère dominant droit dans le traitement des expressions faciales émotionnelles du bébé. Cette préférence de portage est d'ailleurs altérée par certains états émotionnels de la mère comme le stress ou l'anxiété (L'anxiété est pour la psychiatrie phénoménologique biologique et comportementale, un état d'alerte, de tension psychologique et somatique, en rapport avec un sentiment...). Pour mieux comprendre ce phénomène et son origine, l'étude de nos cousins primates pourrait être riche d'enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une pratique d'éducation visant à développer...) car ce sont les seules espèces à se servir aussi de leur bras pour porter leur bébé.

Dans cette étude, les scientifiques montrent clairement une préférence de portage maternel à gauche chez un primate (Les primates (du latin primas, atis signifiant « celui qui occupe la première place ») constituent un ordre au sein des mammifères placentaires. Ce clade...) non-hominidé, le babouin Papio anubis. La proportion de femelles portant leur bébé à gauche est quasiment identique à celle trouvée dans l'espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de la systématique. L'espèce est un concept flou...) humaine. Ce phénomène serait donc bien plus ancien que la lignée humaine ou même les hominidés.

Les chercheurs ont observé 44 mères babouins hébergées dans différents groupes sociaux à la Station de Primatologie du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) et, pour chaque mère, ils ont relevé les fréquences d'utilisation du bras droit et gauche pour porter le petit ainsi que la densité sociale des groupes observés. Ils ont aussi montré que cette préférence de portage à gauche était altérée, voire inversée, dans les groupes à forte densité sociale, un indicateur solide du niveau de stress. L'état émotionnel de la mère soumise à une vigilance (Son attention prend un aspect d'intensité pour solliciter l'ensemble de ses capacités de perception et les concentrer sur le déroulement de la...) et à un stress accrus dans le groupe pourrait accaparer les ressources de l'hémisphère droit au détriment de l'attention émotionnelle envers l'enfant, et affecterait ainsi le portage à gauche, exactement comme dans l'espèce humaine.

Cette observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir procuré explique la...) pourrait confirmer l'hypothèse d'un lien entre le comportement de portage maternel et l'organisation (Une organisation est) asymétrique du traitement des émotions dans le cerveau. Une telle continuité (En mathématiques, la continuité est une propriété topologique d'une fonction. En première approche, une fonction est continue si, à des variations infinitésimales de la variable x, correspondent des variations...) entre l'espèce humaine et une espèce de singe (Un singe (du latin simius, pluriel Simia) est un animal faisant partie du groupe constitué par l'ordre des primates. Parmi les primates, il n'est pas simple de définir à partir de quelle espèce, le terme de singe n'est plus...) de l'Ancien Monde (L’Ancien Monde se réfère à la partie du Monde connu par les Européens depuis l’Antiquité avant les voyages de Christophe Colomb : l'Europe,...) semble indiquer que ce phénomène pourrait remonter à leur ancêtre commun (En phylogénie, un ancêtre commun à plusieurs espèces est l'individu le plus proche dans le temps dont descendent toutes les espèces en question. Par exemple, l'homme et le...), il y a 25 à 35 millions d'années.

Pour en savoir plus:
Boulinguez-Ambroise, G., Pouydebat, E., Disarbois E., & Meguerditchian, A.
Scientific Reports 3 july 2020 https://doi.org/10.1038/s41598-020-68020-3

Laboratoire:
Laboratoire de Psychologie Cognitive (LPC) - (Univ. Aix-Marseille/ CNRS)
3 place Victor Hugo, 13331, Marseille.
Cet article vous a plus ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !

Sur le même thême

Page générée en 0.056 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique