L'empreinte toujours plus grande de l'activité humaine sur l'océan

Publié par Adrien le 11/09/2020 à 09:00
Source: CNRS INSU
L'océan couvre 70 % de la surface du globe. Il est une source majeure de vie et le plus important réservoir d'énergie du système climatique. Du fait de son inertie thermique, il se modifie plus lentement que les surfaces continentales, mais ces modifications durent bien plus longtemps. Ainsi, plus de 90 % de l'excès de chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !) associé au réchauffement climatique (Le réchauffement climatique, également appelé réchauffement planétaire, ou réchauffement global, est un phénomène d'augmentation de la température moyenne des océans et de...) se trouve désormais dans l'océan (Un océan est souvent défini, en géographie, comme une vaste étendue d'eau salée. En fait, il s'agit plutôt d'un volume, dont l'eau est en permanence...) et il est essentiel de comprendre où, quand et comment cet excès se propage. Au-delà des changements de température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie...), la salinité de l'océan est aussi modifiée par les modifications de précipitation (En météorologie, le terme précipitation désigne des cristaux de glace ou des gouttelettes d'eau qui, ayant été soumis à des processus de condensation et d'agrégation à l'intérieur des...) et d'évaporation (L'évaporation est un passage progressif de l'état liquide à l'état gazeux. Elle est différente de l'ébullition qui est une transition rapide. C'est un changement d'état appelé vaporisation.).


Travaux de perforations dans l'Antarctique. (Foto: CSIC)

À l'aide de modèles climatiques et d'observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir procuré explique la très grande participation...), une équipe internationale vient, pour la première fois, de déterminer à quel moment (ou "temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) d'émergence") les changements de température et de salinité ont commencé à dépasser les variations naturelles de l'océan, y compris dans ses zones les plus profondes. Les chercheurs ont ainsi montré que les changements de température et de salinité observés dans l'océan depuis une cinquantaine d'années étaient reproduits dans les modèles climatiques et qu'une empreinte humaine pouvait être identifiée dans ces changements dès les années 1980 dans les profondeurs de l'océan Austral (L'océan Austral ou océan Antarctique ou océan glacial Antarctique est l'étendue d'eau qui entoure l'Antarctique. C'est en surface le quatrième océan, et le dernier défini, puisque c'est une...). Or, cet océan joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir et fermer la bouche et à mastiquer.) un rôle clé dans la redistribution de la chaleur et du sel dans l'océan global ainsi que dans la réponse de ce dernier aux perturbations externes telles que les émissions humaines de gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume propre : un gaz tend à occuper...) à effet de serre (L'effet de serre est un processus naturel qui, pour une absorption donnée d'énergie électromagnétique, provenant du Soleil (dans le cas des corps du système solaire) ou d'autres étoiles (dans le...). Selon les modèles, l'influence de l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement...) est présente aujourd'hui dans 20 à 55 % des trois bassins océaniques (Atlantique, Pacifique, Indien) et devrait continuer à s'intensifier pour atteindre 40 à 65 % en 2050 et 55 à 80 % en 2080.

Cette étude montre que l'océan est très sensible aux perturbations du climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps...) causées par l'homme. Or, les changements qu'il subit et qui vont s'intensifier dans les prochaines décennies, constituent des risques sérieux pour les sociétés humaines et les écosystèmes, avec notamment des conséquences majeures sur la circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) globale de l'océan et la hausse du niveau de la mer (Le niveau de la mer est la hauteur moyenne de la surface de la mer, par rapport à un niveau de référence adéquat.).

En savoir plus:

Silvy, Y., Guilyardi, E., Sallée, J.-B. & Durack, P. J.
Human-induced changes to the global ocean water masses and their time of emergence. Nature Climate Change (2020)
doi:10.1038/s41558-020-0878-x.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.020 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique