Faire trop confiance à son imagination: un indice de TOC ?
Publié par Adrien le 14/08/2015 à 12:00
Source: Université de Montréal

Faire trop confiance à son imagination serait un indice de trouble obsessif-compulsif. Photo: Thinkstock.
Mélanger le réel et l'imaginaire, perdre contact avec le réel: voilà deux principales caractéristiques qui pourraient jouer un rôle dans le développement du trouble obsessionnel-compulsif (TOC). C'est ce que nous apprend une étude réalisée par des chercheurs du CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal (Institut universitaire en santé mentale (La santé mentale est un terme relativement récent et polysémique. Habituellement elle est vue comme l'« aptitude du psychisme à fonctionner de façon harmonieuse, agréable, efficace et à faire...) de Montréal) et de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa...) de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance et des affaires...), dont les résultats ont été publiés dans le Journal of Clinical Psychology.

"En général, les chercheurs sont d'accord sur les critères diagnostiques du TOC. Cependant, il n'y a pas de consensus sur les mécanismes qui les provoquent", déclare Frederick Aardema, codirecteur du Centre d'études sur les troubles obsessionnels-compulsifs et les tics (CETOCT) et professeur adjoint au Département de psychiatrie (La psychiatrie est une spécialité médicale traitant de la maladie mentale ou des maladies mentales. L'étymologie du mot psychiatrie provient du grec psyche (ψυχὴ), qui signifie âme ou esprit,...) de l'Université de Montréal.

Déjà en 2011, l'équipe du CETOCT avait observé que les personnes qui font plus confiance à leur imagination et qui présente une forte tendance à se dissocier de la réalité avaient plus de symptômes obsessionnels. L'objectif de la présente étude était de confirmer ces observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et...) auprès d'une population souffrant de TOC.

"Les théories sur le TOC stipulent que ce n'est pas le contenu de la pensée qui est en cause dans le développement des obsessions mais la façon dont ces pensées sont interprétées par la personne", poursuit monsieur Aardema. "Alors que la majorité des personnes vont écarter une idée si elles jugent qu'elle n'a pas de sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement du...), une personne atteinte de TOC se dira que si elle pense comme cela, c'est qu'il y a une raison."

Méthode

Les chercheurs ont demandé à 75 personnes atteintes d'un TOC de remplir des questionnaires afin de mesurer leur confusion inférentielle, leurs traits de la personnalité schizotypique, leur état de dissociation, la force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un pouvoir de la volonté ou encore une vertu morale...) de leurs croyances obsessionnelles et leurs symptômes dépressifs et anxieux.

"D'abord, la confusion inférentielle est un processus de raisonnement par lequel un doute obsessionnel s'installe. Les individus font des liens subjectifs entre des éléments distincts," explique Stella-Marie Paradisis, doctorante en psychologie à l'Université de Montréal et première auteure de l'article. "Par exemple, la personne croit que l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) de la piscine municipale est contaminée car on y met du chlore (Le chlore est un élément chimique de la famille des halogènes, de symbole Cl, et de numéro atomique 17.), donc il y a inévitablement des bactéries (Les bactéries (Bacteria) sont des organismes vivants unicellulaires procaryotes, caractérisées par une absence de noyau et d'organites. La plupart des bactéries possèdent une paroi cellulaire glucidique, le peptidoglycane. Les...) dans l'eau. Ensuite, les traits de personnalité schizotypiques se caractérisent par des idées bizarres, des croyances rigides, un manque de discernement et une tendance à faire trop confiance à son imagination. Par exemple, la personne est convaincue que ce qu'elle entend aux nouvelles ou lit dans le journal la concernent personnellement et directement. Enfin, l'état de dissociation se manifeste par des pertes de contact avec la réalité et des trous de mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) lors de certains événements, phénomène qui s'observe surtout chez les gens qui font beaucoup de vérification. Certaines personnes trouvent qu'elles peuvent se comporter tellement différemment selon la situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre...), qu'elles ont l'impression d'être deux personnes distinctes."

Résultats

Les résultats de l'équipe du CETOCT mettent en lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs...) le rôle important de la confusion inférentielle et de l'état de dissociation, qui sont les indices qui prédisent le mieux l'apparition des symptômes du TOC. "Il semble que les personnes souffrant de TOC sont si absorbées dans leur obsession due à la confusion inférentielle qu'une coupure avec la réalité se fait", explique le professeur Aardema. "Concrètement, nous constatons que la personne ne fait pas confiance à ses perceptions sensorielles ou à son bon sens mais plutôt à son imagination. Par exemple, elle craint que ses mains soient contaminées par des bactéries, donc elle les lavera à plusieurs reprises car elle est convaincue que ses mains sont sales malgré qu'elles soient visiblement propres," conclut le chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de...).

Les autres facteurs, tels que les symptômes anxieux et dépressifs, les traits schizotypiques et les croyances obsessionnelles ne semblent pas jouer un rôle significatif dans le développement des symptômes TOC, mais plutôt dans la sévérité du trouble.

À propos des auteurs

Frederick Aardema est chercheur au centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) universitaire en santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) mentale de Montréal (CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal), codirecteur du Centre d'études sur les troubles obsessionnels-compulsifs et les tics (CETOCT) et professeur adjoint au Département de psychiatrie de l'Université de Montréal.

Stella-Marie Paradisis est doctorante au centre de recherche de l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal) et au Département de psychologie de l'Université de Montréal.

Kevin D. Wu est chercheur au Département de psychologie de l'University of Northern Illinois.

À propos de l'étude

Paradisis, S. M., Aardema, F., & Wu, K. D. (2015). Schizotypal, Dissociative, and Imaginative Processes in a Clinical OCD Sample. J Clin Psychol. Epub ahead of print.

Rappel des catégories de symptômes du TOC

Selon plusieurs études et une importante méta-analyse (Bloch, Landeros-Weisenberger, Rosario, Pittenger,& Leckman,2008), les symptômes du TOC peuvent être catégorisés en cinq dimensions (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son épaisseur, ou bien son diamètre si c'est une pièce de révolution.):
1- la symétrie
2- le nettoyage
3- l'encombrement
4- les pensées interdites (p.ex. agression, religion)
5- la vérification
Page générée en 0.274 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique