L'intention du mouvement stimulée dans le cerveau
Publié par Michel le 10/05/2009 à 00:00
Source: Science, AAAS & EurekAlert
Après quelques heures passées à l'ordinateur, cela fait du bien de s'étirer les bras et de se détendre le cou. De nouveaux travaux de recherche suggèrent que ce n'est pas le mouvement du corps par lui-même que l'on sent mais plutôt l'intention de bouger, qui est contrôlée par une région complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou autocomplétion, est une fonctionnalité informatique permettant à l'utilisateur de limiter la quantité...) différente (En mathématiques, la différente est définie en théorie algébrique des nombres pour mesurer l'éventuel défaut de dualité d'une application...) du cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la...) que celle du mouvement réel.

Une équipe de chercheurs français est arrivée à ces conclusions à partir de résultat montrant que la stimulation (Une stimulation est un événement physique ou chimique qui active une ou plusieurs cellules réceptrices de l'organisme. La cellule traduit la stimulation par un...) d'une partie du cerveau donnait l'envie à des volontaires de bouger certaines parties de leur corps alors que la stimulation d'autres parties entraînait des mouvements dont les volontaires étaient inconscients. Michel Desmurget, du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français...) à Bron, et ses collègues se sont penchés sur deux régions du cerveau associées au mouvement, le cortex (En biologie, le cortex (mot latin signifiant écorce) désigne la couche superficielle ou périphérique d'un tissu organique.) pariétal postérieur et le cortex prémoteur lors de l'extraction chirurgicale de tumeurs du cerveau chez des patients. Les neurochirurgiens stimulent alors parfois électriquement le cerveau des patients éveillés sous anesthésie (Le mot anesthésie provient du grec (αισθησις: faculté de percevoir par les sens) combiné à l'alpha (α) privatif et du nu...) locale lors de la préparation de l'opération pour minimiser les risques de complications post-opératoires.

Les scientifiques ont incorporé leurs expériences dans ce processus chez sept patients volontaires. Ils ont trouvé que la stimulation du cortex pariétal postérieur faisait que les patients indiquaient vouloir déplacer leurs membres supérieurs, leurs lèvres ou la langue, alors qu'ils ne les bougeaient pas réellement. L'augmentation de l'intensité de la stimulation faisait que les patients croyaient avoir réellement bougé ou parlé alors que ce n'était pas le cas. La stimulation de la région prémotrice des lobes frontaux stimulait au contraire un mouvement réel de la bouche (La bouche (encore dénommée cavité buccale ou cavité orale) est l'ouverture par laquelle la nourriture d'un animal entre dans son corps. Le...) ou des membres dont les patients n'étaient pas conscients. Un article de Science commente ces résultats et discute pourquoi les actions volontaires, effectuées "librement", sont en fait un curieux mystère pour les neurosciences (Les neurosciences correspondent à l'ensemble de toutes les disciplines biologiques et médicales qui étudient tous les aspects, tant normaux que...) modernes.
Page générée en 0.308 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique