Pacifique: 50 ans d'expérience en matière d'alerte aux tsunamis
Publié par Isabelle le 24/04/2015 à 00:00
Source et illustrations: UNESCO

L'une des premières affiches préparées par le Centre international d'information sur les tsunamis © ITIC
Il y a tout juste cinquante ans, en avril 1965, était créé le Système d'alerte aux tsunamis dans le Pacifique, sous les auspices de la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'UNESCO. Pour marquer cet anniversaire, une conférence internationale est organisée à Honolulu, Hawaï (Hawaï ou Hawaii (en hawaïen : Hawai‘i ; en anglais : Hawaii) est un État des États-Unis situé dans l'océan Pacifique, à environ 3 900 kilomètres au sud-ouest...) (Etats-Unis) les 20 et 21 avril. Elle sera l'occasion de revenir sur cette "success story" scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur...).

22 mai 1960, 19h11. Un tremblement (Les tremblements sont des mouvements anormaux involontaires, rythmiques et oscillatoires, de faible amplitude. Ils peuvent être uni ou bilatéraux.) de terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par...) d'une magnitude de 9,5 sur l'échelle de Richter (La magnitude d'un tremblement de terre mesure l'énergie libérée lors d'un séisme. Plus la magnitude est élevée, plus le séisme a libéré d'énergie. Il s'agit d'une échelle logarithmique, c'est-à-dire qu'un...) –soit le plus puissant séisme jamais recensé- se produit au sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) du Chili. Il provoque un tsunami (Un tsunami (japonais : ? tsu, « port » et ? nami, « vague ») est une onde provoquée par un rapide mouvement d'un grand volume d'eau (océan ou mer). Ce...) qui balaie une partie importante des côtes du pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²),...), longues de plus de 4000 kilomètres. Des vagues pouvant atteindre jusqu'à 25 mètres s'abattent sur le sud du Chili, entre Concepción et les îles Chiloé, les plus proches de l'épicentre, et poursuivent leur course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.) dévastatrice.

Près de quinze heures (L'heure est une unité de mesure  :) plus tard, le tsunami, qui a parcouru plus de 10 000 kilomètres, touche Hawaï, puis frappe le Japon et les Philippines (La République des Philippines est un pays constituée d'un archipel de 7 107 îles dont onze d'entre elles totalisent plus de 90 % des terres et un peu plus de 2 000 seulement sont habitées,...). Au total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire une somme. Exemple : "Le total des...), cette catastrophe (Une catastrophe est un événement brutal, d'origine naturelle ou humaine, ayant généralement la mort et la destruction à grande échelle pour conséquence.) fait plus de 2000 victimes et occasionne des dégâts estimés à près de 24 millions de dollars de l'époque (soient près de 200 millions de dollars actuels).

L'ampleur de cette catastrophe a été déterminante dans la prise de conscience de la nécessité d'un système d'alerte dans cette région qui est la plus exposée aux tsunamis (près de 75% des tsunamis meurtriers s'y produisent). En 1965, le Groupe international de coordination pour le Système d'alerte aux tsunamis dans le Pacifique (1) voit le jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale) et sa...) sous l'égide de la COI de l'UNESCO.

Le Centre d'alerte aux tsunamis dans le Pacifique, qui est le cœur opérationnel du dispositif, est également créé. Basé à Hawaï, il dépend de l'Agence américaine d'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le...) océanique et atmosphérique (NOAA), et coopère avec le Centre d'alerte aux tsunamis du Pacifique Nord-Ouest (Le nord-ouest est la direction entre les points cardinaux nord et ouest. Le nord-ouest est opposé au sud-est.), basé au Japon pour évaluer la menace en cas de tremblement de terre et prévenir les pays.

Organisée à la fois par la NOAA, la COI et l'Union internationale de géodésie et de géophysique (IUGG), la conférence internationale qui se tient à Honolulu retracera l'histoire de ce qui apparaît aujourd'hui un programme scientifique international exemplaire. Cinquante ans après sa création, le Groupe intergouvernemental de coordination compte désormais 46 pays membres (2). Le dispositif ne se résume pas à un mécanisme d'alerte, il s'emploie aussi à améliorer la prévention (La prévention est une attitude et/ou l'ensemble de mesures à prendre pour éviter qu'une situation (sociale, environnementale, économique..) ne se dégrade, ou qu'un accident,...) en amont et favoriser le transfert de technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :).


Stations sismique en 2015

Le Centre d'alerte aux tsunamis dans le Pacifique a un accès direct (Un logiciel fait un accès direct (aussi appelé accès aléatoire) à un élément (par exemple, un enregistrement d’un fichier) lorsqu’il écrit ou qu’il lit l’élément en se...) à plus de 150 stations sismiques réparties dans le monde (Le mot monde peut désigner :) entier qui l'informent lorsque la magnitude d'un séisme dépasse 5,5. Il a également accès aux données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) de près de 100 marégraphes et de tsunamimètres installés dans le Pacifique qui vérifient si un tsunami a été généré et estiment son ampleur. Ces tsunamimètres ont permis d'évaluer avec beaucoup plus de précision le risque de tsunami. De fait, en cas de menace, les pays concernés peuvent être prévenus en l'espace de cinq à dix minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au crayon, levée sur le terrain. ...).


La bouée océanographique chilienne, à 280 milles au large de la côte d'Iquique (partie septentrionale du Chili). Système d'alerte aux tsunamis (profondeur: 4 967 mètres). Photo SHOA © Valparaiso, Chili
Preuve éclatante de son succès: le Système d'alerte du Pacifique a servi de modèle à la création des trois autres systèmes d'alerte mis en place au lendemain du tsunami meurtrier survenu en décembre de 2004 afin de couvrir les régions les plus exposées: l'océan Indien (L’océan Indien s'étend sur une surface de 75 000 000 km². Il est limité au nord par l'Inde, le Pakistan et l'Iran, à l'est par la Birmanie, la Thaïlande, la Malaisie, l'Indonésie et...), les Caraïbes et l'Atlantique du Nord-Est (Le nord-est est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux nord et est. Le nord-est est opposé au sud-ouest.) et la Méditerranée.

Si la réussite est incontestable, il reste néanmoins des obstacles à surmonter. Atteindre le "dernier kilomètre (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide en...)" n'est pas le moindre des défis à relever. Car si le mécanisme d'alerte fonctionne à l'échelle régionale et nationale, il reste à s'assurer que les populations proches de la source d'un tsunami réagissent dans un délai (Un délai est d'après le Wiktionnaire, « un temps accordé pour faire une chose, ou à l’expiration duquel on sera tenu de faire une certaine chose.  ».) très court et que les populations vivant dans des zones éloignées et isolées soient prévenues à temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) des risques de submersion.

Le financement du système est également en question. Car le maintien en service du dispositif d'alerte a un coût –estimé entre 50 et 80 millions de dollars par an- qui est aussi le prix à payer pour limiter le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de victimes en cas de tsunami.


© UNESCO/Isabelle Brugnon, Signs show the way to safety: Tsunami escape route, Matsushima, Japan.

Note:
(1) Rebaptisé Groupe intergouvernemental de coordination du Système d'alerte aux tsunamis et de mitigation dans le Pacifique en 2005.

(2) Australie (L’Australie (officiellement Commonwealth d’Australie) est un pays de l’hémisphère Sud dont la superficie couvre la plus grande partie de l'Océanie. En plus de...), Brunéi Darussalam, Cambodge, Canada, Chili, Chine, Colombie, Costa Rica, Équateur, El Salvador, États fédérés de Micronésie (Chuuk, Pohnpei, Yap), États Unis d'Amérique (L’Amérique est un continent séparé, à l'ouest, de l'Asie et l'Océanie par le détroit de Béring et l'océan Pacifique; et à l'est, de...), Fédération de Russie, Fidji (Les Fidji, en forme longue République des îles Fidji, en fidjien Matanitu ko Viti et Matanitu Tu-Vaka-i-koya ko Viti, en anglais Fiji et Republic of the Fiji Islands, est un pays...), France (Wallis et Futuna), Guatemala, Honduras, Îles Cook, Îles Marshall (Kwajalein, Majuro), Îles Salomon, Indonésie (L'Indonésie, officiellement la République d'Indonésie (en indonésien Republik Indonesia), est un pays transcontinental d'Asie du Sud-Est et d'Océanie. Avec plus de 17 500 îles, il s'agit du...), Japon, Kiribati (Les Kiribati (se prononce [ˈkiribæs], c'est-à-dire proche de kiribasse), en forme longue République des Kiribati, anciennement connues sous le nom...), Malaisie, Mexique, Nicaragua, Niue, Nouvelle Zélande, Palaos, Panama, Papua Nouvelle Guinée, Pérou, Philippines, Royaume Uni (L'UNIS, pour UNIversité du Svalbard, est une université norvégienne implantée en 1993, à Longyearbyen (2000 habitants), principale cité du Spitzberg (en francais, Spitzberg...), Samoa (Les Samoa constituent un État indépendant de Polynésie, comprenant quatre îles habitées (Upolu, Savai'i, Manono et Apolima) et six...), Singapour, Thaïlande, Timor Leste, Tokelau, Tonga (Le royaume des Tonga est un État de Polynésie, dans l'océan Pacifique, à environ 650 km à l'est des îles Fidji, comportant plus de...), Tuvalu (Les Tuvalu sont un État et un archipel polynésien, au centre de l'océan Pacifique, au sud de l'équateur et proche des Kiribati, indépendantes depuis 1978.), Vanuatu (Le Vanuatu (nom complet : République de Vanuatu), est un État d'Océanie situé en Mélanésie, dans le sud-ouest de...), Viet Nam.

Pour plus d'information voir: COI de l'UNESCO.
Page générée en 1.051 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique