Des papyrus anciens livrent un nouveau secret: une encre métallique
Publié par Redbran le 03/04/2016 à 12:00
Source: CORDIS-Europa

Le dernier jour de Pompéi, Karl Briullov, 1827-1833. Illustration: Wikimedia Commons
Grâce à une machine générant de puissants rayons X, des chercheurs de l'Installation européenne de rayonnement synchrotron ont découvert que l'encre métallique avait été utilisée des siècles plus tôt qu'on ne le croyait.

Les papyrus d'Herculanum, découverts au XVIIIe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une...), ont été ensevelis par l'éruption du Vésuve de l'an 79 avant Jésus-Christ, célèbre pour sa destruction des villes romaines de Pompéi et d'Herculanum. L'éruption a laissé dans un état d'extrême fragilité (La fragilité est l'état d'une substance qui se fracture lorsqu'on lui impose des contraintes mécaniques ou qu'on lui fait subir des déformations brutales (c'est-à-dire...) cette collection de 2 000 rouleaux très serrés de papyrus. Les précédentes tentatives pour les lire se sont traduites par des dommages importants ou une destruction totale.

Les scientifiques de l'Installation européenne de rayonnement synchrotron (Synchrotrons, synchro-cyclotrons et cyclotrons réfèrent à différents types d'accélérateurs circulaires.) ont utilisé cet accélérateur pour générer des rayons X 100 milliards de fois plus puissants que ceux utilisés dans un hôpital (Un hôpital est un lieu destiné à prendre en charge des personnes atteintes de pathologies et des traumatismes trop complexes pour pouvoir être traités à domicile ou dans le cabinet d'un...) moderne, et constaté qu'une encre métallique avait permis d'écrire sur ces papyrus.

Cette découverte est inattendue car jusqu'ici les universitaires s'étaient basés sur des preuves laissées par l'historien romain Pline l'Ancien, selon qui l'encre de l'époque était faite de suie récupérée des chaudières à bois. Pline a d'ailleurs été l'une des nombreuses victimes de l'éruption du Vésuve.

La découverte

En janvier 2015, les chercheurs ont soumis les papyrus au rayonnement (Le rayonnement, synonyme de radiation en physique, désigne le processus d'émission ou de transmission d'énergie impliquant une particule porteuse.) de l'accélérateur, ce qui leur a permis d'y lire des lettres de l'alphabet grec, et même des mots entiers. Ils ont ensuite constaté que les rouleaux de papyrus contenaient une concentration élevée en plomb (Le plomb est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole Pb et de numéro atomique 82. Le mot et le symbole viennent du latin plumbum.), qui ne pouvait provenir que de l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) intentionnel de ce métal (Un métal est un élément chimique qui peut perdre des électrons pour former des cations et former des liaisons métalliques ainsi que des liaisons ioniques dans le cas des métaux alcalins. Les métaux sont un des...) dans l'encre.

Les scientifiques sont arrivés à cette conclusion après avoir calculé que la concentration en métal dans les papyrus était trop élevée pour venir de l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) polluée par le métal des canalisations en plomb qu'utilisaient les Romains, d'un encrier en cuivre (Le cuivre est un élément chimique de symbole Cu et de numéro atomique 29. Le cuivre pur est plutôt mou, malléable, et présente sur ses surfaces fraîches une teinte rosée à pêche. C'est un...) ou d'un récipient en bronze (Le bronze est le nom générique des alliages de cuivre et d'étain. Le terme airain désigne aussi le bronze, mais est plutôt employé en poésie et dans les textes littéraires, ainsi...).

"Dans l'encre du métal, nous avons trouvé du plomb, supposé apparaître environ 4 siècles après [l'éruption du Vésuve]", a commenté le Dr Emmanuel Brun de l'Installation européenne de rayonnement synchrotron. Il continuait: "Le consensus est que les Romains n'ont commencé à utiliser de l'encre métallique qu'au quatrième siècle."

Les travaux ont été publiés dans les "Proceedings of the National Academy of Sciences". Ils décrivent l'étude de l'encre et du papier (Le papier (du latin papyrus) est une matière fabriquée à partir de fibres cellulosiques végétales et animales. Il se présente sous forme de feuilles minces et est...) utilisé par l'Empire romain à son apogée (Un apogée (du grec apogeios : loin de la terre ; apo : loin + gê : Terre), dans les domaines de l'astronomie et de l'astronautique, est le point...), et montrent clairement que l'invention de l'encre métallique est antérieure de quelques siècles à ce que l'on croyait.

De nouvelles opportunités pour les universitaires

Il est maintenant possible d'explorer plus en détail les écrits des époques anciennes, et de progresser pour lire des textes anciens considérés comme perdus depuis longtemps. Il devient aussi envisageable de déchiffrer des textes jusqu'ici inconnus.

"La découverte est intéressante d'un point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) historique mais aussi par rapport à la technique d'imagerie (L’imagerie consiste d'abord en la fabrication et le commerce des images physiques qui représentent des êtres ou des choses. La fabrication se faisait jadis soit...) des papyrus", souligne le Dr Brun. "Les étapes de cette étude sur l'encre nous permettront d'optimiser les prochaines expériences pour lire le texte jusqu'ici invisible de ces papyrus."

Sur les 2 000 rouleaux récupérés à Herculanum, environ 600 n'ont pas été touchés. La plupart portent des essais philosophiques en grec ancien, mais on a également découvert une comédie, écrite en latin.

Ces découvertes et l'amélioration de l'imagerie par rayons X abordée par le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une grande...) pourraient bientôt permettre de déchiffrer les rouleaux restants, sans les endommager, et d'enrichir considérablement nos connaissances sur la culture (La Culture est une civilisation pan-galactique inventée par Iain M. Banks au travers de ses romans et nouvelles de science-fiction. Décrite avec beaucoup de précision et de détail, La Culture peut...), la littérature et les modes de vie (La vie est le nom donné :) du monde (Le mot monde peut désigner :) classique.
Page générée en 0.204 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique