Une première: mesure de la lumière émise par l'exoplanète β Pictoris c

Publié par Adrien le 03/10/2020 à 09:00
Source: CNRS
Des chercheurs et chercheuses du CNRS, de l'Observatoire de Paris - PSL, de l'Université Grenoble Alpes, d'Aix-Marseille Université, d'Université de Paris, de l'Université de Lille et leurs partenaires étrangers viennent de détecter pour la première fois la lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil...) émise par l'exoplanète (Une exoplanète, ou planète extrasolaire, est une planète orbitant autour d'une...) β Pictoris c, révélée précédemment grâce aux petites variations qu'elle imprime sur la vitesse (On distingue :) de l'étoile (Une étoile est un objet céleste émettant de la lumière de façon autonome, semblable à une...) du même nom. L'estimation très précise de sa position a en effet permis de braquer sur elle l'interféromètre GRAVITY, utilisant simultanément quatre télescopes terrestres au Chili, et ainsi de l'observer directement. Ces résultats sont publiés dans deux articles de la revue Astronomy & Astrophysics le 2 octobre 2020.


Images synthétiques du système planétaire beta (Le genre Beta appartient à la famille des Chénopodiacées, tribu des Cyclolobae.) Pictoris.
A gauche et au centre, vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et...) du système avec l'étoile et son disque (Le mot disque est employé, aussi bien en géométrie que dans la vie courante, pour désigner une...) de poussières. Les orbites des deux planètes sont représentées, vue du dessus dans l'image de droite.
© Max-Planck-Institut für Astronomie (L’astronomie est la science de l’observation des astres, cherchant à expliquer...)

Depuis août 2019, nous connaissions son existence, la période de son orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps...), et même sa masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un...), mais elle échappait encore à notre regard. La présence de β Pictoris c avait été trahie après plus de 10 ans d'observations de son étoile éponyme grâce à une méthode indirecte appelée vitesses radiales: les petits déplacements de l'étoile montrent en effet qu'une planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de...) géante (Une étoile géante est une étoile de classe de luminosité II ou III. Dans le...) pesant l'équivalent de neuf Jupiter se trouve très proche d'elle, à seulement 2,7 unités astronomiques. Tellement proche qu'il n'avait pas encore été possible de l'observer directement, les télescopes classiques étant incapables de la distinguer du rayonnement (Le rayonnement, synonyme de radiation en physique, désigne le processus d'émission ou de...) de son étoile.

Mais en s'appuyant sur l'interféromètre GRAVITY, dont la précision est 100 fois supérieure à celle des télescopes classiques, l'équipe de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) internationale a pu capter pour la première fois la lumière émise par β Pictoris c. Cette prouesse n'aurait pu être possible sans les calculs très précis de la position de l'exoplanète autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne...) de son étoile. En effet, GRAVITY est très sensible, mais son champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) de vue est lui très réduit. Il était donc nécessaire que l'estimation de la position de β Pictoris c soit précise pour pouvoir braquer les télescopes au bon endroit.

C'est la première fois qu'une observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...) directe d'exoplanète repose sur les données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent...) apportées par la méthode des vitesses radiales.

Les scientifiques ont donc pu combiner les informations offertes par ces deux techniques: l'une donne la masse et l'autre la luminosité (La luminosité désigne la caractéristique de ce qui émet ou réfléchit...). Ces données sont d'un intérêt primordial car la relation exacte entre masse et luminosité des planètes est liée aux mécanismes de leur formation. Ainsi, l'équipe de recherche a pu confirmer que la jeune planète β Pictoris c se refroidit et expulse encore une partie de l'énergie thermique (L'énergie thermique est l'énergie cinétique d'un objet, qui est due à une agitation...) accumulée lors de sa formation.

Ces observations obtenues sur une jeune planète permettront de mieux comprendre comment se forment les planètes géantes. Les scientifiques espèrent par ailleurs pouvoir répondre à une nouvelle question soulevée par leur étude: pourquoi β Pictoris c est-elle 6 fois moins lumineuse que sa planète soeur β Pictoris b, alors que leurs masses sont très proches ?

Bibliographie

Unveiling the beta Pictoris system, coupling high contrast imaging, interferometric, and radial velocity data.
A-M Lagrange et al. Astronomy & Astrophysics, le 2 octobre 2020.
DOI:10.1051/0004-6361/202038823.

Direct confirmation of the radial-velocity planet (Un Planet est un site Web dynamique qui agrège le plus souvent sur une seule page, le contenu...) β Pic c.
M. Nowak et al. Astronomy & Astrophysics, le 2 octobre 2020.
DOI:10.1051/0004-6361/202039039.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.180 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique