La terraformation de Mars
Publié par Publication le 01/08/2004 à 19:35
Dans les années 70 la Nasa a envoyé sur Mars deux sondes, les Viking I et II, qui avaient entre autre mission la détection d'une forme quelconque de vie sur la planète.



Ces deux sondes contenaient de nombreux instruments dans le but de réaliser des expériences biologiques au nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de 3. Mais aussi de nombreux autres tests. Les deux atterrisseurs ont fonctionné durant deux années martiennes. Avant l'envoi des atterrisseurs, de nombreuses expériences avaient été réalisées pour étalonner les détecteurs de vie (La vie est le nom donné :). Celles-ci ont été réalisées sur une multitude de sols pour être certain de ne pas faire d'erreur d'interprétation des résultats.

Y a t-il photosynthèse ?

Cette expérience devait servir à détecter une assimilation du gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme...) carbonique par des organismes capables de fabriquer eux-même de la matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide, l'état...). Un échantillon (De manière générale, un échantillon est une petite quantité d'une matière, d'information, ou d'une solution. Le mot est utilisé dans différents domaines :) de terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive...) est placé en présence de CO2 marqué au carbone 14 (Le carbone 14 est un isotope radioactif du carbone, noté 14C.). Puis l'échantillon est mis sous une lampe pendant un certain temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.). Le CO2 est chassé puis l'échantillon est porté à 600°C pour vaporiser les éventuelles matières organiques. Un détecteur (Un détecteur est un dispositif technique (instrument, substance, matière) qui change d'état en présence de l'élément ou de la situation pour lequel il a été spécifiquement conçu.) de radioactivité (La radioactivité, phénomène qui fut découvert en 1896 par Henri Becquerel sur l'uranium et très vite confirmé par Marie Curie pour...) recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension...) ensuite des éventuelles traces (TRACES (TRAde Control and Expert System) est un réseau vétérinaire sanitaire de certification et de notification basé sur internet sous la...) de 14C.





Il se trouve que le détecteur a bien trouvé du 14C mais également dans l'expérience témoin, qui avait été stérilisé par chauffage (Le chauffage est l'action de transmettre de l'énergie thermique à un objet, un matériau.), donc même sans vie le sol de Mars absorbe du CO2.

Y a t-il respiration ?

Le conteneur (Dans le domaine du transport, un container (de l'anglais), parfois francisé en conteneur, est un caisson métallique, en forme de parallélépipède,...) est rempli d'atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :) martienne puis on humidifie le sol pendant une semaine pour faire germer les éventuels spores, enfin on ajoute à l'échantillons des nutriments pour voir si ils se développent et rejettent un gaz lors de la digestion (La digestion est le processus au cours duquel un organisme vivant reçoit du milieu extérieur des aliments (eau, molécules organiques et minéraux), les modifie afin de les transformer en nutriments et sélectionne...) de matière organique (La matière organique (MO) est la matière carbonée produite en général par des êtres vivants , végétaux, animaux, ou...). L'analyse dure 200 jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début...). On remarque que lorsque les nutriments sont versés il y a un dégagement important pendant près de deux heures (L'heure est une unité de mesure  :) puis plus rien. Il semble donc qu'il n'y ait eu qu'une réaction chimique avec les molécules du sol.

Un certain métabolisme

Cette expérience ressemble beaucoup à la précédente et vise à rechercher des traces d'un métabolisme qui utiliserait des nutriments pour se nourrir. La nuance réside dans le fait que les échantillons de sol martien (Martien est un nom générique qui désigne plusieurs types de créatures imaginaires censées vivre sur mars. Selon la version la plus répandue, les martiens, également...) sont humidifiés par un bouillon nutritif où les atomes (Un atome (du grec ατομος, atomos, « que l'on ne peut diviser ») est la plus petite partie d'un corps simple pouvant se combiner chimiquement avec une autre. Il est généralement constitué d'un...) de carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C, de numéro atomique 6 et de masse atomique 12,0107.) de chaque composé organique (La chimie organique est une branche de la chimie concernant la description et l'étude d'une grande classe de molécules à base de carbone : les composés organiques.) sont radioactifs. Un détecteur doit identifier le CO2 radioactif éventuellement dégagé. Il se trouve qu'un dégagement fort est constaté mais que celui-ci ne dure pas. Le plus important est que pour la seule fois de ces trois expériences le tube stérilisé ne réagit pas. Il semble donc qu'il y ait une forme de vie mais il est étonnant que la réaction cesse définitivement alors même qu'il reste encore 90% des nutriments. Il semble qu'il faille encore une fois évoquer la thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est l'affirmation ou la prise de position d'un locuteur,...) d'une réaction avec le sol de Mars.



Le résultat de cette expérience est encore aujourd'hui sujet à controverse. On peut difficilement nier le côté positif du résultat. Mais celui-ci n'est pas pour autant catégorique.

Ce que l'on peut en dire

On remarque donc que le sol martien possède des propriétés bien surprenantes. Les expériences des Viking ne donnent pas une vraie réponse à la question de la vie sur Mars et il faut bien comprendre également que le sol ne correspond pas à celui des 3cm de surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent abusivement...), de plus il semblerait qu'il existe une substance qui serait corrosive et qui détruirait toutes molécules organiques (une sorte de super-oxydant) et qui permettrait d'expliquer les bizarreries des différentes expériences de Viking.

Pour répondre à ces différentes questions il faudra attendre un retour d'échantillons, et peut être même que l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est...) y pose le pied.
Page générée en 0.080 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique