Page 1 sur 1

[News] L'origine neurobiologique du trouble du déficit de l'attention confirmée

Publié : 11/04/2014 - 0:00:07
par Isabelle
Une étude vient de confirmer, chez la souris, l'origine neurobiologique du trouble du déficit de l'attention (TDA), un syndrome dont les causes restent mal connues. Des chercheurs du CNRS, de l'université de Strasbourg et de l'Inserm (1) ont identifié une structure cérébrale, le colliculus supérieur, dont l'hyperstimulation entraine des modifications de comportement similaires à celles de certains patients souffrant de TDA. Leurs travaux montrent aussi une accumulation de noradrénaline dans la zone concernée, mettant en lumière un rôle de ce médiateur chimique dans les troubles de l'attention. Ces résultats sont publiés dans la revue Brain Structure and Function. Le troub...
Vous devez être connecté pour lire la suite de cette actualité et voir ses photos/vidéos.
Se connecter | Créer un compte

Re: [News] L'origine neurobiologique du trouble du déficit de l'attention confirmée

Publié : 11/04/2014 - 10:54:38
par alessandro pendesini
Le trouble du déficit de l'attention touche entre 4 et 8% des enfants. Il se manifeste principalement par une perturbation de l'attention, une impulsivité verbale et motrice, parfois accompagnés d'hyperactivité. Environ 60% de ces enfants présenteront encore des symptômes à l'âge adulte. Il n'existe à ce jour aucun traitement curatif. Seule l'administration de psychostimulants améliore l'état des patients, avec cependant des effets secondaires importants tels que la dépendance. Une controverse persistante autour de l'origine neurobiologique de ce trouble a freiné le développement de nouveaux traitements…….. Dit très justement l’article !

-Il est vrai que certains hyperactifs auparavant non identifiés auraient enfin été détectés. L’intérêt suscité par ce trouble ayant permis de soigner des enfants effectivement perturbés. Un traitement relativement efficace a sans doute permis, à court terme, de les aider à progresser dans leur apprentissage, de diminuer leur agitation, réduire l’impulsivité… en clair : de faire en sorte qu’ils se sentent mieux dans leur peau et évitent de perturber leur entourage. Cette vision apaisante a néanmoins son revers, l’avantage procuré à certains a, pour contrepartie, le tort fait à beaucoup d’autres, car la prévalence accrue du TDAH au sein de la population est souvent due à la fréquence d’un mauvais diagnostic, bien souvent, trop rapide ! Et, comme disait très justement un psychiatre clinicien, « la pression des laboratoires pharmaceutiques conduit souvent, à traiter des enfants qui n’ont absolument pas besoin de l’être, avec une médication pouvant entraîner de lourds effets secondaires allant de l’insomnie à la perte d’appétit, en passant par l’irritabilité, la perturbation du rythme cardiaque, voire la survenue de toute une variété de symptômes psychiatriques bien réels »….. :grrr:
P.S.- La tendance de la psychiatrie biologique dans les pays occidentaux, -UE incluse !- semble s’orienter vers toujours plus de médicaments, plus « d’efficacité », plus de « confort », mais toujours pas d’affirmation décisive sur l’étiologie des désordres. :gueule: