Page 1 sur 1

[News] La grande oxygénation de l'atmosphère terrestre revisitée

Publié : 10/06/2018 - 7:20:07
par Adrien
Pour comprendre quand, comment et à quelle vitesse l'oxygène est devenu un composant de notre atmosphère entre environ 2,5 et 2,2 milliards d'années, une équipe internationale a étudié la systématique des quatre isotopes du soufre dans plus de 700 mètres de dépôts sédimentaires australiens. Les résultats obtenus montrent que l'oxygénation de la planète a commencé bien plus tôt que traditionnellement admis et que son enregistrement n'a pas été synchrone d'un continent à l'autre (Australie, Afrique du Sud, Amérique du Nord) mais étalé dans le temps sur presque 300 millions d'années. Ce décalage apparent reflète un effet local lié à l'altération en conditions oxydan...
Vous devez être connecté pour lire la suite de cette actualité et voir ses photos/vidéos.
Se connecter | Créer un compte

Re: [News] La grande oxygénation de l'atmosphère terrestre revisitée

Publié : 10/06/2018 - 9:32:34
par AGA 13
L’image de cet article est illisible (comme d’habitude ?).
Avec ce lien c’est nettement mieux :
http://www.insu.cnrs.fr/node/9323

Re: [News] La grande oxygénation de l'atmosphère terrestre revisitée

Publié : 10/06/2018 - 10:14:12
par cisou9
_____________ :_salut:
sulfate de composition isotopique homogène de l'ordre de 10/00 dans l'océan.
l’ordre de 1‰ dans l’océan
Corrélation temporelle des séquences sédimentaires associées au GOE d’Australie, d’Amérique du Nord et d’Afrique du Sud. Le modèle d’oxygénation proposé (noté GOE*, Australie) est indiqué comme un intervalle d’environ 300 Ma. L’intervalle noté GOE en Afrique du Sud correspond au modèle classique, dans lequel l’oxygénation de l’atmosphère est considéré comme rapide (1 à 10 Ma) et globalement synchrone à environ 2,32 Ga sur l’ensemble du globe. Les segments rouges et bleus à droite des colonnes stratigraphiques représentent la composition isotopique en soufre des pyrites sédimentaires. MIF = Fractionnement indépendant de la masse. MDF = Fractionnement dépendant de la masse.
Image
Image INSU CNRS