[News] L’insomnie chronique altère les fonctions cognitives des personnes de 45 ans et plus

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 17186
Inscription : 02/06/2004 - 18:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] L’insomnie chronique altère les fonctions cognitives des personnes de 45 ans et plus

Message par Adrien » 16/05/2019 - 8:00:06

C’est le grand constat tiré d’une analyse des données sur le sommeil issues de la cohorte pancanadienne Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement. Cette analyse a été effectuée par une équipe de scientifiques dirigée par le Dr Thanh Dang-Vu, chercheur au Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal et professeur de neurologie à l’Université Concordia et à l’Université de Montréal.

L’insomnie chronique est un trouble du sommeil parmi les plus fréquents, qui touche environ 10 % de la population adulte. Elle se définit par une difficulté à s’endormir ou à rester endormi qui survient au moins trois nuits par semaine durant plus de trois mois et qui a une incidence sur le fonctionnement diurne de l’individu, par exemple sur son humeur, son attention ou sa concentration au cours de la journée.

Image
L’insomnie chronique est un trouble du sommeil parmi les plus fréquents, qui touche environ 10 % de la population adulte. Crédit: Getty
L’analyse menée par l’équipe du Dr Dang-Vu portait sur 28 485 Canadiens âgés de 45 ans et plus, appartenant à l’un des trois groupes suivants: les personnes souffrant d’insomnie chronique, celles présentant des symptômes d’insomnie sans conséquence sur le fonctionnement diurne et celles ayant un sommeil normal.

Ces participants ont rempli des questionnaires, subi des examens physiques et une batterie de tests neuropsychologiques qui ont été utilisés pour évaluer différentes fonctions cognitives et la qualité du sommeil.

«Même si l'on a tenu compte des autres facteurs pouvant influer sur les performances cognitives, comme les caractéristiques cliniques, démographiques ou liées au mode de vie, les personnes appartenant au groupe souffrant d’insomnie chronique ont significativement moins bien performé aux tests que celles appartenant aux deux autres groupes. C’est surtout la mémoire déclarative, c’est-à-dire la mémoire basée sur des concepts et des faits, comme le sens des mots, les lieux et les évènements historiques, qui était altérée. Cette découverte est donc très importante, car elle laisse entendre que la présence d’un trouble d’insomnie chronique a un effet négatif direct sur la mémoire, indépendamment de l’influence des autres problèmes de santé associés», conclut le Dr Dang-Vu.

Source: Université de Montréal

Répondre