[News] La géolocalisation des balises de détresses individuelles gagnent en précision grâce à Galileo

Conquête spatiale et technologies relatives...

Modérateur : Modérateurs

Redbran
Messages : 1047
Inscription : 16/05/2015 - 10:01:33
Activité : Profession libérale ou Indépendant

[News] La géolocalisation des balises de détresses individuelles gagnent en précision grâce à Galileo

Message par Redbran » 17/05/2019 - 14:00:33

Les balises de détresse de prochaine génération exploiteront la capacité de recherche et de sauvetage par satellite Galileo

Une initiative de l’UE a permis d’améliorer les balises de localisation individuelle en offrant une couverture, une fiabilité et une précision de localisation accrues dans l’optique de sauver des vies.

Les balises de détresse, utilisées sur les navires et par les compagnies aériennes et les randonneurs depuis plus de quarante ans, jouent un rôle crucial dans les opérations de recherche et sauvetage (SAR). Ces balises peuvent être activées dans des situations mettant en péril la vie de personnes en détresse et permettent de détecter leur localisation n’importe où sur la planète. Grâce au projet HELIOS, financé par l’UE, les balises de localisation individuelle (PLB) bénéficieront d’une précision de localisation accrue. Les PLB sont des dispositifs portatifs utilisés lorsqu’une personne est en détresse ou dans l’incapacité d’accéder à des services d’urgence normaux, comme la police.

Orolia, la société coordinatrice du projet, a récemment lancé les versions améliorées du PLB McMurdo FastFind 220 et du Kannad SafeLink Solo. Ces nouvelles moutures sont désormais équipées du système mondial de navigation par satellite (GNSS) Galileo, comme décrit dans la rubrique actualités du site web du projet. D’après un article publié sur le site web de l’Agence du GNSS européen (GSA), «les balises multiconstellation d’Orolia fonctionnent avec un large éventail de satellites, offrent une meilleure couverture à l’échelle mondiale et permettent de procéder plus rapidement aux opérations de sauvetage. La géolocalisation gagne en précision, car les balises reçoivent des coordonnées provenant à la fois de constellations Galileo et GPS (système de positionnement mondial), les signaux pouvant même être détectés dans des endroits difficiles comme les canyons».

Prochaine génération d’applications SAR

Cité dans le même article, le directeur exécutif de GSA, Carlo des Dorides, explique: «Le fait qu’il s’agisse de la première balise personnelle de localisation au monde compatible avec Galileo constitue en soi un jalon important.» Le système SAR en orbite terrestre moyenne (MEOSAR), qui comprend les satellites Galileo, offre «une couverture mondiale quasi instantanée, assortie de capacités de localisation indépendante précise», comme l’explique la Commission européenne.

MEOSAR fait partie du programme international Cospas-Sarsat, qui a contribué à sauver plus de 43 000 vies depuis son lancement en 1982. Le système Cospas-Sarsat comprend également des satellites placés en orbite terrestre basse (LEO) qui forment le système LEOSAR, et des satellites en orbite terrestre géostationnaire (GEO) qui constituent le système GEOSAR.

Le projet HELIOS (Second Generation Beacon for GALILEO/EGNOS EGNSS Search and Rescue applications) a été mis en place pour développer une nouvelle gamme de balises, «dont un émetteur de localisation d’urgence (ELT), une radiobalise de localisation des sinistres (RLS), une balise de localisation individuelle (PLB) et leurs antennes associées, toutes conformes aux normes internationales Cospas-Sarsat», d’après le site web du projet. «Ces nouvelles balises de détresse sont entièrement compatibles avec la détection des signaux de détresse SAR par satellite,» ainsi qu’avec MEOSAR, Galileo et GNSS. Le fait que le service SAR de Galileo intègre une composante de transmission par liaison retour afin d’informer l’émetteur que le message de détresse a bien été reçu constituera une autre caractéristique importante des balises de prochaine génération. Les ELT sont utilisées pour diffuser les signaux de détresse des aéronefs, tandis que les RLS servent généralement à alerter les services SAR en cas d’urgence en mer.

Les partenaires du projet espèrent que l’ELT conforme aux exigences du Système mondial de détresse et de sécurité aéronautique de l’Organisation de l’aviation civile internationale «s’appliquera aux nouveaux aéronefs dont la masse au décollage est supérieure à 27 000 kg à compter du 1er janvier 2021», comme indiqué sur le site web du projet.

Pour plus d'information voir:
- Projet HELIOS

Source: © Union européenne, [2019] / CORDIS

Répondre