[News] Le 21e siècle de la propulsion spatiale sera-t-il électrique ?

Conquête spatiale et technologies relatives...

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Adrien
Site Admin
Messages : 17178
Inscription : 02/06/2004 - 18:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] Le 21e siècle de la propulsion spatiale sera-t-il électrique ?

Message par Adrien » 27/02/2015 - 0:00:50

Les voitures ne sont pas les seules à miser sur la fée électricité pour le 21e siècle. Les satellites de télécommunication et d'exploration spatiale connaissent, eux-aussi, une véritable révolution. Le CNES met tout en oeuvre pour que l'Europe se maintienne dans la course.

Cure d’électricité pour les satellites

Les satellites ne cessent de prendre du poids, environ 300 kg par an pour les satellites de télécommunication ! Et plus de la moitié de cette surcharge pondérale est due aux carburants embarqués. Les ingénieurs ont donc décidé de leur faire subir une petite cure d'amincissement en adoptant une propulsion non plus chimique mais électrique - le CNES travaillant sur cette nouvelle technologie depuis les années 90 à travers le projet Stentor. En remplissant les réservoirs d'un gaz comme le xénon, et non plus d'un classique mélange oxygène-hydrogène liquide, les satellites peuvent espérer diviser leur poids par 2. Pourquoi parle-t-on de propulsion électrique (1) ? Parce que les ions de xénon sont éjectés du moteur par un champ électrique (2). Seul petit bémol : la puissance électrique produite par les panneaux solaires du satellite est limitée et, par conséquent, la poussée aussi.


Le propulseur à plasma : propulseur stationnaire PPS®1350-G utilisé pour le contrôle d’orbite et le transfert d’orbite des satellites et des sondes spatiales. Crédits : Eric Drouin / Snecma / Safran
Vers des satellites télécom 100% électriques

Certains satellites de télécommunication utilisent d'ores et déjà un moteur électrique pour se maintenir sur leur orbite géostationnaire (3) mais pas encore pour la rejoindre. La raison ? La propulsion chimique leur permet de faire le trajet en une dizaine de jours alors qu'il leur faudrait entre 3 et 6 mois avec la propulsion électrique. Néanmoins, le gain de masse et de coût espéré avec le xénon - au-dessous d'un certain seuil, chaque kilo en moins pouvant représenter une économie de 20 000 euros - a fini par séduire les opérateurs de télécom. La course à la propulsion électrique est donc aujourd'hui officiellement lancée.

Le constructeur Boeing annonce le lancement des tous premiers satellites de télécom 100 % électrique début 2015, suivi de près par Airbus Defence & Space. De son côté, le CNES travaille d'ores et déjà sur la plateforme hybride Neosat, capable de combiner propulsion chimique et électrique. Un changement de technologie qui ne sera pas sans conséquence sur la conception des lanceurs...

Les sondes et les vaisseaux d'exploration planétaires ont rapidement été séduits par la propulsion électrique, la faible poussée n'étant pas trop pénalisante pour les voyages au long cours et l'endurance de poussée représentant, à l'inverse, un véritable avantage. Il y a plus de 10 ans, la sonde lunaire européenne Smart-1, réalisée avec le soutien du CNES, démontrait déjà la faisabilité et la pertinence de ce type de propulsion. Lancée en 2003 avec 80 kg de xénon, le moteur de la sonde (4) a, en effet, pu fonctionner pendant près de 5 000 h !

Le prochain projet de l'ESA faisant appel à la propulsion plasmique est la sonde BepiColombo : son module électrique devrait lui permettre de voyager 6 années durant pour rejoindre la planète Mercure. Côté vaisseau spatial, la technologie est également très séduisante. Grâce à elle, les américains envisagent même de rejoindre la planète Mars en seulement 39 jours... Mythe ou réalité ?


Transportant l’atterrisseur franco-allemand Mascot, la sonde japonaise Hayabusa-2 va rejoindre l’astéroïde 1999 JU grâce à ses 4 moteurs ioniques. Rencontre prévue en 2018. Crédits : DLR
Notes:
(1) aussi qualifiée de propulsion plasmique ou ionique
(2) parfois couplé à un champ magnétique
(3) située à 36 000 km de l'altitude de la Terre
(4) moteur à effet Hall PPS®1350-G de la société Snecma


Source: CNES

Victor
Messages : 16930
Inscription : 05/06/2006 - 21:30:44
Activité : Retraité
Contact :

Re: [News] Le 21e siècle de la propulsion spatiale sera-t-il électrique ?

Message par Victor » 27/02/2015 - 10:34:36

Qu'en est-il de l'effet Casimir comme source d'énergie ? Notre monde physique toujours bloqués par la norme réelle de ce monde alors qu'elle est complexe, n'en déplaise au réalisme en science, toute notre physique bloquée par des problèmes d'utilisation des imaginaires, alors que ça fait plus de 90ans que la mécanique quantiques utilise des complexes donc une partie imaginaire dans ses équations...
En ce qui concerne la recherche en sciences, Je dirais : Cherche encore !

Avatar de l’utilisateur
buck
Messages : 5061
Inscription : 02/12/2006 - 13:22:55
Activité : Ingénieur
Localisation : Graz

Re: [News] Le 21e siècle de la propulsion spatiale sera-t-il électrique ?

Message par buck » 27/02/2015 - 13:26:31

j'adore ...
Les electronicien les utilisent aussi (jCw, j/Lw..) , les opticiens (inteferences...), les mecaniciens (MQ...)
c'est dans ta tete que c'est complexe ou borne

Sinon pour Casimir: peut etre un soucis d'efficacite
"Le soleil, avec toutes ces planetes qui gravitent sous sa gouverne, prend encore le temps de murir une grappe de raisin, comme s'il n'y avait rien de plus important. " Galilee

Victor
Messages : 16930
Inscription : 05/06/2006 - 21:30:44
Activité : Retraité
Contact :

Re: [News] Le 21e siècle de la propulsion spatiale sera-t-il électrique ?

Message par Victor » 27/02/2015 - 13:50:27

Là où tu veux pas comprendre c'est que la norme en physique c'est R² qui impose une flèche du temps tandis qu'avec C l'idée de rétro-temps qui emmerde tellement monsieur Hawkings lorsqu'il veut aller au de-là du temps zéro du big-bang ou T² devient négatif alors que JCT.JCT c'est dans C corps des complexes c'est une réponse mathématique, mais mais mais... demande donc à Bongo ce qu'est qu'une particule virtuelle ?
En ce qui concerne la recherche en sciences, Je dirais : Cherche encore !

Avatar de l’utilisateur
buck
Messages : 5061
Inscription : 02/12/2006 - 13:22:55
Activité : Ingénieur
Localisation : Graz

Re: [News] Le 21e siècle de la propulsion spatiale sera-t-il électrique ?

Message par buck » 27/02/2015 - 20:58:43

Dirac....
Stp utilise des termes que tu sais utiliser dans leur contexte, et cite tes sources ça changera
"Le soleil, avec toutes ces planetes qui gravitent sous sa gouverne, prend encore le temps de murir une grappe de raisin, comme s'il n'y avait rien de plus important. " Galilee

Victor
Messages : 16930
Inscription : 05/06/2006 - 21:30:44
Activité : Retraité
Contact :

Re: [News] Le 21e siècle de la propulsion spatiale sera-t-il électrique ?

Message par Victor » 28/02/2015 - 7:41:02

buck a écrit :Dirac.... Stp utilise des termes que tu sais utiliser dans leur contexte, et cite tes sources ça changera
Pourquoi veux tu que je te donne des sources, le rétro-temps c'est une idée qu'avait déjà exprimée un gars comme Feynman en comparant l'anti-matière avec la matière et leur comportements temporels
En ce qui concerne la recherche en sciences, Je dirais : Cherche encore !

Bap2703
Messages : 309
Inscription : 08/11/2007 - 11:25:45

Re: [News] Le 21e siècle de la propulsion spatiale sera-t-il électrique ?

Message par Bap2703 » 28/02/2015 - 16:33:13

Je doute que Victor ait accès à des bases biblio pour se justifier :( :lol:

Victor
Messages : 16930
Inscription : 05/06/2006 - 21:30:44
Activité : Retraité
Contact :

Re: [News] Le 21e siècle de la propulsion spatiale sera-t-il électrique ?

Message par Victor » 28/02/2015 - 17:24:07

Il en parle dans son cours de physique destiné aux étudiants ça doit pouvoir se trouver
Je ne suis pas allé très loin j'ai utilisé google et ça donne ça

Salut,

Avant d'aller plus loin, je pars du principe que vous avez lu le paragraphe A de cet article : http://www.futura-sciences.com/fr/do...614/c3/221/p1/ car je saurais bien mal le résumer ...

Je trouve cette explication très élégante et fort peu développée, même si je comprends que ce n'était pas l'objet du dossier.
J'aimerais prolonger le raisonnement malgré mon indigence en mécanique quantique et j'aimerai donc avoir des critiques sur le "raisonnement ?" suivant :

Si on peut comprendre la création/annihilation d'une paire particule/anti-particule comme le mouvement erratique dans le temps d'une unique particule, ne peut-on pas aller jusqu'à imaginer que les fluctuations quantique du vide (créations/annihilations spontanées) ne soient similaires et que par conséquent, ces fluctuations ne soit que la conséquence visible d'un mouvement désordonné dans l'espace ET le temps d'un plus petit nombre de particule. J'y vois la conséquence qu'à l'échelle de validité de la mécanique quantique, le temps serait une dimension presque comme les autres et que les différences entre le microscopique et le macroscopique découlerait de cette asymétrie temporelle apparaissant à l'échelle macroscopique. Cette asymétrie pourrait être à son tour du au fait que l'énergie nécessaire pour faire bouger une masse dans le temps soit une fonction exponentielle de sa masse.

Du coup, il n'y aurait qu'un nombre fini de particules dans l'univers, une quantité astronomique mais finie, bougeant dans l'espace ET dans le temps. Donc, une particule donnée pourrait être présente une infinité de fois à un instance T, donc il pourrait y avoir en fait un très très petite nombre de particules dans l'univers, ayant malgré tout les conséquences physiques d'un nombre phénoménal de particules, etc.

Les fluctuations des paramètres spatiaux (et plus généralement non temporels) d'une particules pourraient n'être qu'une illusion, conséquence des fluctuations de "position temporelle" des particules. Par exemple, le fait qu'on ne puisse attribuer qu'une probabilité de présence à un endroit donné à un électron autour d'un atome pourrait ne pas être du à une propriété intrinsèque de "diffusion" de la position de l'électron mais juste une conséquence des variations de "position temporelle" de cette électron, voyageant dans l'espace selon une équation bien fixée (mais éventuellement complexe), mais dans le temps de façon aléatoire ou selon une équation qui nous est trop inaccessible aujourd'hui.

Si je n'ai pas dit trop de bêtises dans ce qui précèdent et que je n'enfonce pas trop de portes ouvertes, est-ce que des travaux/expériences ont été menés, par Feynman ou par d'autre sur les conséquences de cette solution de Feynman ? Est-ce que certains des points dont j'ai parlé font débat ? Est-ce que des théories actuellement à l'étude utilisent cette possibilité ? Est-ce que des ouvrages de vulgarisation sont disponibles traitant partiellement du sujet ?
En ce qui concerne la recherche en sciences, Je dirais : Cherche encore !

Victor
Messages : 16930
Inscription : 05/06/2006 - 21:30:44
Activité : Retraité
Contact :

Re: [News] Le 21e siècle de la propulsion spatiale sera-t-il électrique ?

Message par Victor » 01/03/2015 - 8:53:18

N.B. c'est un extrait d'un débat sur le sujet Feynman et le rétro temps sur le site futura-science
http://forums.futura-sciences.com/physi ... ences.html
En ce qui concerne la recherche en sciences, Je dirais : Cherche encore !

Avatar de l’utilisateur
buck
Messages : 5061
Inscription : 02/12/2006 - 13:22:55
Activité : Ingénieur
Localisation : Graz

Re: [News] Le 21e siècle de la propulsion spatiale sera-t-il électrique ?

Message par buck » 02/03/2015 - 12:39:23

ca semble interessant, je le lirais qd j'aurais qq minutes
"Le soleil, avec toutes ces planetes qui gravitent sous sa gouverne, prend encore le temps de murir une grappe de raisin, comme s'il n'y avait rien de plus important. " Galilee

Répondre