[News] Criminalité réelle dans le monde virtuel

Informatique et nouvelles technologies...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 17178
Inscription : 02/06/2004 - 18:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] Criminalité réelle dans le monde virtuel

Message par Adrien » 03/10/2014 - 0:00:29



David Décary-Hétu
Avant d’aller vous coucher, vous éteignez votre ordinateur – ou pas... Pendant votre sommeil, un pirate informatique prend le contrôle de votre appareil via le câble Ethernet ou le réseau sans fil. L’opération se répète cent fois aux quatre coins du monde pour créer une véritable armée d’ordinateurs « zombies ». L’attaque pour saturer les serveurs informatiques peut commencer.

Cette histoire n’est pas le scénario d’un film de science-fiction. Mais il suffit de débrancher Internet durant la nuit pour éviter de devenir le complice bien involontaire de pirates informatiques. « Les citoyens doivent adopter une meilleure hygiène informatique : faire les mises à jour, utiliser un antivirus, faire des sauvegardes. Les terminaux informatiques – ordis, téléphones, tablettes – susceptibles d’être piratés se multiplient », souligne Hugo Loiseau, professeur à l’École de politique appliquée.

Avis aux adeptes du stockage dans le nuage (iCloud, Dropbox…) : si vous avez des photos compromettantes, enlevez-les ! « L’Agence nationale de la sécurité américaine (NSA) navigue sans contrainte dans le nuage. Si elle le peut, des informaticiens ou ingénieurs aux intentions criminelles sont aussi capables de le faire », avertit Hugo Loiseau.

Du petit-fils emprisonné au «généreux» détenteur d’un fonds fiduciaire en Afrique, les nombreuses fraudes sur Internet s’ajoutent au piratage. «Il faut développer auprès des citoyens – surtout les jeunes – cette capacité à poser une réflexion critique devant tout ce qui leur est envoyé», croit Hugo Loiseau.

« L’augmentation importante du phénomène du cyberespace démultiplie les possibilités de diffusion, et les cybercriminels en profitent, explique-t-il. Les activités criminelles traditionnelles sont donc décuplées : fraude, méfaits, vol, pédopornographie, propagande haineuse… » À l’échelle planétaire, la cybercriminalité engendrerait des pertes d’environ 600 milliards de dollars. Un chiffre immense comparé aux revenus liés au trafic de cocaïne et de cannabis, précise le professeur Loiseau.

Un ennemi évanescent

Cette conscientisation citoyenne est essentielle, car lutter contre la cybercriminalité revient à traquer un ennemi évanescent. Difficile de traduire un fantôme en justice. Imaginons que des pirates volent des données de cartes de crédit à Montréal. Ils transfèrent ensuite l’information sur un serveur en Roumanie, par exemple. Les policiers canadiens doivent donc demander au corps de police roumain d’intervenir – si ladite information se trouve encore en Roumanie. « Il y a plusieurs couches de complexité. Tout est décentralisé : les serveurs sur lesquels sont entreposées les données changent. Ils sont situés dans d’autres pays et il n’y a pas la collaboration internationale automatique. Les lois d’un pays ne s’appliquent pas à un autre pays », résume le professeur Loiseau.

Certes, les pays tentent d’unir leurs forces pour lutter contre la cybercriminalité. Les États-Unis, le Canada, l’Australie et plusieurs pays d’Europe ont signé une convention internationale sur la question en 2001… que seulement 14 pays ont ratifiée. Celle-ci n’est donc pas entrée en vigueur. « Il y a beaucoup d’obstacles : liberté d‘expression, changements de gouvernements, lenteur des parlements », précise Hugo Loiseau.

Le côté noir du Web

Comme si ce n’était pas suffisant, les pirates informatiques brassent leurs affaires dans le monde obscur et caché du cyberespace : le dark net. N’y entre pas qui veut. Seuls des logiciels spécifiques et des clés de cryptage permettent d’accéder à cet Internet sous-jacent.

Une fois sur le dark net, on accède, entre autres, à un marché de matières illégales à ciel ouvert. On y trouve de tout : numéros de carte crédit, armes, drogues, etc. Les criminels réalisent leurs transactions en bitcoins pour enlever la traçabilité et faciliter le blanchiment d’argent.

Évidemment, les policiers mènent des enquêtes sur le dark net, mais bâtir la preuve est extrêmement difficile : « Tout repose sur la confiance. Le vendeur a une cote de confiance, selon les expériences de vente et d’achat antérieures, comme sur Amazon. Pour enquêter sur ce sous-réseau et l’infiltrer, les corps policiers doivent donc établir leur propre cote de confiance, explique Hugo Loiseau. Par ailleurs, les risques d’atteinte à l’intégrité physique d’une personne sont éliminés sur le dark net, puisque les échanges se passent dans le monde virtuel. Si une transaction tourne mal, la conséquence est la perte de confiance. »

Ces multiples obstacles à la lutte aux cybercriminels illustrent toute l’importance d’adopter une bonne «hygiène informatique » pour leur compliquer la tâche. Mais qu’en est-il de nos données sur les serveurs gouvernementaux, sont-elles bien protégées ? « Il n’y a pas de garanties à 100 %. Les systèmes gouvernementaux commencent à être vétustes. Mais en général on peut avoir confiance. Il y a des vérifications faites régulièrement sur les réseaux gouvernementaux, bien que des failles puissent toujours survenir », affirme le professeur Loiseau.

Le professeur Hugo Loiseau est membre du Réseau intégré sur la cybersécurité (SERENE-RISC) financé par les fonds des Réseaux de centres d’excellence du Canada. Il vient de publier l’article « La cybersécurité au Canada : une posture de défense proactive » dans le magazine Diplomatie, numéro 71, novembre-décembre 2014.

Source: Université de Sherbrooke

Avatar de l’utilisateur
cisou9
Messages : 9873
Inscription : 12/03/2006 - 15:43:01
Activité : Retraité
Localisation : Pertuis en Lubéron
Contact :

Re: [News] Criminalité réelle dans le monde virtuel

Message par cisou9 » 03/10/2014 - 10:11:38

____________ :_salut:
Je sauvegarde le maximum de chose sur clés USB et le nuage ne me sert que pour donner des liens pour le transfert de gros fichiers. ___ :jap:
Pour les très gros fichiers :
Pour te les envoyer, je vais mettre mon PC en serveur.Je t'envoie l'adresse et un mot de passe, et tu télécharge. Seulement je dois laisser mon navigateur ouvert et mon PC en fonctionnement.Donc il faut que je sache la tranche horaire ou tu télécharge.L'adresse quand tu es prête et tu envoie un courriel (e-mail) pour me dire que c'est fait.Pour les très gros fichiers filesovermiles . Peut atteindre plusieurs Go en un seul dossier Zippé (compressé). http://fr.filesovermiles.com/ Tant que le destinataire n'a pas téléchargé le fichier il faut laisser le navigateur ouvert donc le PC en fonctionnement.J’utilise aussi BropBox.
Un homme est heureux tant qu'il décide de l'être et nul ne peux l'en empêcher.
Alexandre Soljenitsyne.

Avatar de l’utilisateur
keyplus
Messages : 251
Inscription : 30/04/2008 - 15:20:49

Re: [News] Criminalité réelle dans le monde virtuel

Message par keyplus » 04/10/2014 - 15:52:07

hugo loiseau
ca fait surnom de malfrat ca :lol:
soit l univers est d'une complexité infinie et le chercheur sera Sisyphe poussant inlassablement son rocher
soit l univers se résume à une suite de zéro et de 1 et on en revient a la poule et l'œuf

Répondre