[News] Un phénomène quantique observé en 3D

L'étude des phénomènes naturels...

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Michel
Messages : 19974
Inscription : 14/07/2004 - 14:48:20
Activité : Ingénieur
Localisation : Cote d'Azur

[News] Un phénomène quantique observé en 3D

Message par Michel » 08/12/2008 - 0:00:27

Une collaboration franco-canadienne vient de démontrer l'existence de la « localisation d'Anderson » à trois dimensions, un phénomène quantique décrit pour la première fois il y a exactement cinquante ans. Pourquoi, à basse température, certains métaux arrêtent-ils de conduire l'électricité ? L'explication théorique a été fournie en 1958 par l'Américain Philip W. Anderson, lauréat du prix Nobel en 1977 : un phénomène quantique dit de « localisation » bloque littéralement les électrons dans le matériau. Aujourd'hui, cinquante ans après qu'elle a été formulée, la théorie de la localisation d'Anderson vient enfin d'être vérifiée de façon convaincante en tro...
Vous devez être connecté pour lire la suite de cette actualité et voir ses photos/vidéos.
Se connecter | Créer un compte

Avatar de l’utilisateur
Maulus
Messages : 4582
Inscription : 13/02/2007 - 12:07:12
Localisation : Epinal

Message par Maulus » 08/12/2008 - 12:07:24

Je suis surprit qu'on puisse faire une analogie au niveau de l'expérience entre des atomes plus des électrons et des billes d'alu avec des ultrasons...
Ce n'est pas le moindre charme d'une théorie que d'être réfutable, F. Nietzsche.

http://www.cieletespaceradio.fr

Avatar de l’utilisateur
Pollux
Messages : 481
Inscription : 06/09/2008 - 14:30:46

Message par Pollux » 08/12/2008 - 14:09:35

Si je ne me plante pas, les effets à basse température, comme la supra-conductivité, sont lié à la formation d'un potentiel stable entre des atomes (plus trop d'agitation atomique).
Cela permet la création de modes propres à grande échelle dans les matériaux conducteurs.
Voilà, qui expliquerait pour la partie billes d'aluminium relativement rigides.
Les ultrasons, se propageant entre des billes d'aluminium, permettent de tester les ondes stationnaires de l'ensemble.
Or les ultrasons peuvent être comparés à des bosons...
La paire de Cooper (composée de 2 électrons de spin opposés) est un boson composite.
Voilà, qui achète mon explication moulée à la louche ?
"Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément" Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
Maulus
Messages : 4582
Inscription : 13/02/2007 - 12:07:12
Localisation : Epinal

Message par Maulus » 08/12/2008 - 16:04:53

ah ben oui, j'avais pas vu ça sous cet angle ! :D
Ce n'est pas le moindre charme d'une théorie que d'être réfutable, F. Nietzsche.

http://www.cieletespaceradio.fr

Khainyan
Messages : 1283
Inscription : 13/10/2008 - 18:39:29
Activité : Etudiant
Localisation : Grenoble

Message par Khainyan » 08/12/2008 - 17:29:49

Maulus a écrit :Je suis surprit qu'on puisse faire une analogie au niveau de l'expérience entre des atomes plus des électrons et des billes d'alu avec des ultrasons...

pas forcément analogie d'ailleur. Ce qui important de mettre en évidence c'est le phénomène. Qui peut se produire avec de nombreux types d'onde...
Donc maintenant on le sait: ce phénomène existe.
"Vivre simplement pour que d'autres, simplement, puissent vivre"

AberrationStructurée
Messages : 15
Inscription : 02/02/2007 - 10:00:28

Message par AberrationStructurée » 09/12/2008 - 10:57:14

En effet, ce que j'ai compris, c'est que quelque soit le support d'une onde, celle-ci possède toujours les mêmes caractéristiques (interférences, "addition", etc).

Répondre