[News] Record de vitesse en cryptographie quantique

L'étude des phénomènes naturels...

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Michel
Messages : 19974
Inscription : 14/07/2004 - 14:48:20
Activité : Ingénieur
Localisation : Cote d'Azur

[News] Record de vitesse en cryptographie quantique

Message par Michel » 13/10/2008 - 0:00:42

Des systèmes de sécurité sur Internet basés sur les principes étranges de la mécanique quantique ne sont plus très loin de devenir une réalité selon des chercheurs britanniques, qui ont réalisé un saut de géant dans les ordres de grandeur des performances de la cryptographie quantique.


Image
Le système QKD (Quantum Key Distribution) de Toshiba utilisé dans le réseau à Vienne


L'équipe a démontré que des clefs quantiques pouvaient être envoyées le long d'une fibre optique de 20 kilomètres avec un débit supérieur à 1 Mbit/s - une performance qui pourrait permettre à des utilisateurs de communiquer avec une sécurité totale à travers les réseaux informatiques. Cette annonce survient alors que les chercheurs européens se réunissent à Vienne pour réaliser la première démonstration mondiale de cryptographie quantique sur un réseau de télécommunications commercial.

La cryptographie quantique est une manière d'assurer la sécurité du transfert de données électroniques en exploitant les règles de la mécanique quantique. Elle permet à des utilisateurs d'échanger des clefs codées dans différents états quantiques, tels que la phase des photons, qui sont ensuite utilisées pour chiffrer et déchiffrer les messages. Cette approche est, par principe, impossible à déchiffrer, parce que la mécanique quantique impose qu’une quelconque oreille indiscrète modifiera ces clefs par le simple fait de les mesurer.


Une commercialisation difficile

Un certain nombre de sociétés commercialisent des produits cryptographiques quantiques, et un certain nombre de clients potentiels, comme des banques, des gouvernements et des opérateurs de réseau, testent ces produits. Cependant, jusqu'ici il n’était seulement possible d'envoyer des clefs quantiques qu’entre deux points fixes.

Andrew Shields, qui dirige la recherche sur l'information quantique au laboratoire de Cambridge, précise que la possibilité d’effectuer la cryptographie à travers un réseau offre un certain nombre d'avantages. Parmi ceux-ci la possibilité de construire un lien sécurisé à n'importe quel endroit couvert par le réseau, la communication entre des utilisateurs multiples ainsi qu’une plus grande robustesse, puisque les communications peuvent être réacheminées si des liens simples sont divisés, ou encore des communications sur de plus grandes zones, puisque chaque lien a une longueur maximum d'environ 100 kilomètres en raison de l'atténuation de signal dans la fibre.

La cryptographie quantique n’était jusqu'ici possible à travers les réseaux en raison de la nécessité de partager la bande passante des clés entre de nombreux utilisateurs différents; celle-ci restait tout simplement trop faible, typiquement moins de 10 kbit/s pour 20 kilomètres de fibre. Shields et ses collègues ont réussi à l’amplifier jusqu’à 1,02 Mbit/s en améliorant les dispositifs à semi-conducteurs utilisés pour détecter les photons uniques qui composent des clefs quantiques. (Il est ici essentiel d'employer des photons uniques sans quoi une oreille indiscrète pourrait « écouter » les photons excédentaires sans indiquer sa présence).


Ne détecter qu’un photon à la fois

Ces dispositifs s'appellent des photodiodes à avalanche ; ils produisent une avalanche d'électrons toutes les fois qu'ils détectent un photon. Ces électrons peuvent alors être enregistrés sous forme de courant dans un circuit électrique. Malheureusement, certains de ces électrons peuvent rester piégés dans le dispositif et ensuite continuer à enregistrer un signal faux à un instant légèrement postérieur, ce qui signifie que le dispositif doit attendre que tous les signaux potentiels aient complètement disparu avant d'accepter le prochain photon entrant, ce qui limite la vitesse de fonctionnement de l’ensemble. La nouvelle photodiode de Toshiba est sensible à des avalanches beaucoup plus faibles, ce qui implique une probabilité beaucoup plus basse de signaux faux, et donc une fréquence de fonctionnement bien plus élevée.

Le groupe Toshiba a installé une technologie à 1 kb/sec dans un réseau métropolitain de cryptographie quantique à Vienne. Développé par des scientifiques européens dans le cadre d’un projet connu sous le nom de SECOQC, le réseau utilise l'infrastructure de télécommunications commerciale existante pour envoyer et recevoir des clefs quantiques entre six nœuds relies par des liens de 6 à 82 kilomètres. Shields indique que la technologie de Toshiba, une de six différentes utilisées dans le réseau, a fonctionné sans problème durant les deux derniers mois dans la capitale autrichienne.

La prochaine étape, selon Shields, est de passer du kilobit au mégabit en utilisant les nouveaux dispositifs expérimentaux. Ceux-ci sont actuellement déployés sur un « banc » d’essais à Cambridge mais demandent à être réduits en taille de sorte qu'il puisse s'adapter dans des baies de communications standard de 19-pouces dans environ deux ans. "La ‘distribution de clés quantiques’ a certainement devant elle un futur radieux," ajoute Shields. "Je pense qu'elle devrait être commercialisable dans les trois à cinq années à venir, et qu’elle pourrait devenir une norme pour la sécurité de l'information dans tous les réseaux de transmission."

Source: PhysicsWorld
Illustration: Toshiba

Avatar de l’utilisateur
klinfran
Messages : 1113
Inscription : 17/12/2006 - 12:12:57

Message par klinfran » 14/10/2008 - 23:14:25

je pense avoir un moyen de pirater ce système.

Oswald_le_fort
Messages : 1073
Inscription : 24/05/2007 - 7:52:01
Activité : Enseignant ou Chercheur
Localisation : Meyrin / CERN

Message par Oswald_le_fort » 15/10/2008 - 0:07:40

Ben tiens, je serais curieux de voir ça.

Avatar de l’utilisateur
Ze Venerable
Messages : 1222
Inscription : 06/09/2006 - 2:20:41
Activité : Autre

Message par Ze Venerable » 15/10/2008 - 0:13:13

+1 + "jeune présomptueux"

Avatar de l’utilisateur
Khainyan
Messages : 1283
Inscription : 13/10/2008 - 18:39:29
Activité : Etudiant
Localisation : Grenoble

Message par Khainyan » 15/10/2008 - 17:43:03

euh t'es sur? par ce que le principe (dut à la mécanique quantique) c'est que c'est inpiratable^^
En effet si tu arrive à lire l'information... bin l'autre s'en rends compte. Quel que soit le moyen de lire l'information. Même si tu "duplique" l'information (on pourrait imaginer des photons intriqués par exemple), tu détruit son caractère quantique à la lecture..
Mais je reste curieux^^

Avatar de l’utilisateur
klinfran
Messages : 1113
Inscription : 17/12/2006 - 12:12:57

Message par klinfran » 15/10/2008 - 18:01:33

ben je dois faire des calculs et demander à mon prof un ou deux trucs, mais mon TD de la semaine dernière me permet de dire que je dois pouvoir, de toutes façons, même si je peux, je vous dirai pas comment, mais je crois que je peux.

Avatar de l’utilisateur
Khainyan
Messages : 1283
Inscription : 13/10/2008 - 18:39:29
Activité : Etudiant
Localisation : Grenoble

Message par Khainyan » 15/10/2008 - 18:19:10

Raison de plus si c'est dans un TD que tu penses avoir trouvé ça.. tu sais c'est pas des bleu les chercheurs^^ Surtout dans un domaine comme l'information quantique... y a des bonnes chances qu'ils aient pensés à ton truc avant toi ;) Après c'est sur que si vraiment y a un truc auxquels ils avaient pas pensé je m'incline devant toi :D

Avatar de l’utilisateur
klinfran
Messages : 1113
Inscription : 17/12/2006 - 12:12:57

Message par klinfran » 16/10/2008 - 11:48:51

ouais ben non en fait, :D mais ça va quand même me permettre de poser une bonne question à mon prof. J'ai fait une grosse et stupide erreur, j'y ai réfléchi hier. En gros: Le nombre de photons dans une cavité résonnante est constant, mais on a trouvé le nombre de photons en posant l'énergie totale électromagnétique divisée par hf (hbarre oméga en fait), puis on a étudié l'effet du déplacement d'un corps dans cette cavité selon l'axe de propagation des photons. On trouve une augmentation des photons qui viennent d'en face et une diminution de ceux qui viennent de derrière (en (1+beta) et (1-beta)). Notre prof (qui est aussi chercheur donc pas un bleu non plus) nous a dit que c'était comme si des photons se retournaient. Moi j'y vois 2 problèmes à la nature corpusculaire de la lumière 1) le facteur d'augmentation ou de diminution varie de façon continue et non discrète, ce qui n'est pas satisfaisant (notamment pour 1 photon, il varie en 1+beta, on peut peut-être relier beta à la probabilité qu'un photon se retourne mais dans ce cas là c'est quand même intéressant), 2) si on "fuit" une onde électromagnétique dans le vide, on aura aucun photon qui se retounera, on aura pas non plus de diminution du nombre de photons( c'est ça que je dois vérifier) donc c'est que les photons ne se retournent pas dans le vide.


l'erreur c'était juste que beta ne varie qu'entre 0 et 1 (comme une proba au passage) et pas plus, donc on ne peut pas creer le nombre de photons qu'on veut...
Dernière modification par klinfran le 16/10/2008 - 11:56:05, modifié 4 fois.

Victor
Messages : 17066
Inscription : 05/06/2006 - 21:30:44
Activité : Retraité
Contact :

Message par Victor » 16/10/2008 - 11:53:30

Si il ya un moyen pirater après décodage avec un émetteur/Récepteur discret au point de réception/décodage du genre Tempest si la BP n'est encore que du 1 GHz c'est dans les possibles

Avatar de l’utilisateur
Khainyan
Messages : 1283
Inscription : 13/10/2008 - 18:39:29
Activité : Etudiant
Localisation : Grenoble

Message par Khainyan » 16/10/2008 - 14:36:27

klinfran a écrit :ouais ben non en fait, :D mais ça va quand même me permettre de poser une bonne question à mon prof. J'ai fait une grosse et stupide erreur, j'y ai réfléchi hier. En gros: Le nombre de photons dans une cavité résonnante est constant, mais on a trouvé le nombre de photons en posant l'énergie totale électromagnétique divisée par hf (hbarre oméga en fait), puis on a étudié l'effet du déplacement d'un corps dans cette cavité selon l'axe de propagation des photons. On trouve une augmentation des photons qui viennent d'en face et une diminution de ceux qui viennent de derrière (en (1+beta) et (1-beta)). Notre prof (qui est aussi chercheur donc pas un bleu non plus) nous a dit que c'était comme si des photons se retournaient. Moi j'y vois 2 problèmes à la nature corpusculaire de la lumière 1) le facteur d'augmentation ou de diminution varie de façon continue et non discrète, ce qui n'est pas satisfaisant (notamment pour 1 photon, il varie en 1+beta, on peut peut-être relier beta à la probabilité qu'un photon se retourne mais dans ce cas là c'est quand même intéressant), 2) si on "fuit" une onde électromagnétique dans le vide, on aura aucun photon qui se retounera, on aura pas non plus de diminution du nombre de photons( c'est ça que je dois vérifier) donc c'est que les photons ne se retournent pas dans le vide.


l'erreur c'était juste que beta ne varie qu'entre 0 et 1 (comme une proba au passage) et pas plus, donc on ne peut pas creer le nombre de photons qu'on veut...

Je ne comprends pas bien par ce que tu veux dire dans les passage que j'ai mis en gras...
Diminution des photons? d'où et comment?
création de photons? (de même :D )
De plus ça ramène au même problème il me semble... si tu tente de créer des photons portant la même information tu détruit la superposition des états sur tous les photons lors de la "lecture" de l'information...*
Donc à moins que tu trouve un moyen de contourner le phénomène d'intrication créer des photons en plus ne sous sert à rien...

Avatar de l’utilisateur
klinfran
Messages : 1113
Inscription : 17/12/2006 - 12:12:57

Message par klinfran » 16/10/2008 - 15:10:49

Diminution des photons? d'où et comment?
création de photons? (de même )


Pour être précis le TD en question c'était: on dispose d'une onde électromagnétique qui créé des ondes stationnaires dans une cavité résonnante, (type boite parallélépipédique). On compte le nombre de photons initiaux comme ça:N = E/hw (on dira que h c'est h barre et w oméga, la pulsation de l'onde, E l'énergie électromagnétique classique et N le nombre de photons, au passage je m'aperçois déjà qu'on n'a pas forcément un nombre entier de photons puisque E varie continuement). Admettons qu'on en ait un nombre entier. Que se passe-t-il quand on se déplace à l'intérieur selon l'axe de propagation des photons (effets relativistes) On observe une augmentation du nombre de photons en (N/2)*(1+Beta) (beta =v/c) face au déplacement et une diminution en (N/2)*(1-Beta) derrière (si mes souvenirs sont bons. Donc c'est comme un transfert de photons de l'onde que l'on fuit vers celle que l'on rencontre, (au passage ce transfert n'existe pas pour un observateur qui est au repos, je pense qu'on peut se débrouiller pour dire que c'est la densité de photons qui augmente, ou la "fréquence de contact" avec les photons, mais là c'est un problème car ils sont tous censés avoir la même vitesse). La vraie fréquence elle augmente aussi face à soi et diminue derrière.

Mais si j'imagine le cas d'une seule onde que je fuis, aucun photons ne se retournera.

En fait je voulais juste augmenter le nombre de photons de manière à en avoir énormément, et en prendre un seul, de façon à ce que ça ne se sente pas trop et que ça diminue juste un tout petit peu la fréquence dudit photon, je suppose que leur capteur doivent avoir des tolérances puisque les atomes en ont.(minime certe)


De plus ça ramène au même problème il me semble... si tu tente de créer des photons portant la même information tu détruit la superposition des états sur tous les photons lors de la "lecture" de l'information...*


Je vois pas, car je veux pas leur voler le photon, je veux juste prendre une toute petite partie de sa fréquence.


C'est pour ça que je pense que je peux (toujours) le pirater.

Avatar de l’utilisateur
Khainyan
Messages : 1283
Inscription : 13/10/2008 - 18:39:29
Activité : Etudiant
Localisation : Grenoble

Message par Khainyan » 16/10/2008 - 15:42:37

Nombre de photons pas entier? :heink: m'on avis qu'il faut arrondir.. un demi photon ça a pas des masse de sens (même aucun)... et faut pas oublier qu'une quantification à cette échelle deviens qqchose de continu à notre échelle(comme quand on regarde une foret...)... Donc E ne varie pas continuement. Mais nécessairement par palier (ou alors j'y perd mon latin
:fada: )
Bref on s'en fous...
En fait je voulais juste augmenter le nombre de photons de manière à en avoir énormément, et en prendre un seul, de façon à ce que ça ne se sente pas trop et que ça diminue juste un tout petit peu la fréquence dudit photon, je suppose que leur capteur doivent avoir des tolérances puisque les atomes en ont.(minime certe)

j'ai bien compris le principe de ton expérience et de ce que tu voudrais faire... le problème c'est que si tu veux capter l'information porter par ces photons, quelqu'elle soit ça se voit. Si tu multiplie les photons (faute d'un meilleur terme) et que tu en vole ne serais-ce QU'UN seul et que tu le mesure ça se voit. après tu peux faire d'autre photons qui n'ont rien à voir avec ceux porteur de l'information.. mais bon.. tu pirate rien du tout là aussi :lol:

Avatar de l’utilisateur
klinfran
Messages : 1113
Inscription : 17/12/2006 - 12:12:57

Message par klinfran » 16/10/2008 - 20:41:11

Nombre de photons pas entier? m'on avis qu'il faut arrondir.. un demi photon ça a pas des masse de sens (même aucun)... et faut pas oublier qu'une quantification à cette échelle deviens qqchose de continu à notre échelle(comme quand on regarde une foret...)... Donc E ne varie pas continuement. Mais nécessairement par palier (ou alors j'y perd mon latin
)


Non absolument pas, bien qu'on parle de photons, il est dit dans le cohen tanoudji que le champ électrique est une entité absolument continue, sinon aucune équation faisant entrer le potentiel comme celle de shroedinger ne fonctionne, or l'énergie telle qu'on l'a définit c'est E² (avec E le champ électrique de l'onde, moyennant une constante c'est sur), je vais chercher la page pour une référence précise. La mécanique quantique ça n'est pas "on regarde de plus en plus près et pouf y a des grains de tout", désolé, si ta façon de répondre à un problème est "on s'en fout", de façon péremptoire, ça ne m'intéresse pas, et je trouve ça peu "scientifique". Mais il n'empêche que le nombre de photons varie avec la vitesse et ce de façon continue, car on suppose aussi qu'on n'a pas des grains d'espace, et qu'il est continu, là encore, les équations de la physique corpusculaire ne savent pas se débrouiller sans ce postulat.

Je ne vois pas en quoi prendre un photon modifie les autres,à part un changement de fréquence peut-être, mais si il est infime je ne vois pas comment arriver à le détecter, parce que quand même, on parle de physique, donc il y a du matériel derrière, comment fait on pour capter 1 photon? On doit je pense disposer de "capteurs" atomiques, et les atomes ont une "légère" tolérance. De plus je ne sais pas de quoi tu parles, mais la perte d'information due à la mesure est en principe due à l'écroulement de la fonction d'onde, non? qui ne concerne qu'un seul photon, (fonction d'onde qui en plus n'est pas définissable dans R mais seulement dans l'espace des impulsions), donc si j'en prends 1 je ne touche pas aux autres. Je ne connais pas 36 caractères à attribuer à un photon, un spin, une énergie, une impulsion, on peut coder avec ça, c'est sur, il n'y a pas grand chose de fantastique, mais tu me renseignera surement sur ce qu'ils arrivent à mettre dedans.

Bref 1 photon d'énergie hw1= Nhw2 si on dispose d'un capteur fonctionnant à une fréquence w2= 1/N w1 et si N-> N-1~N et
h(w1-w2)~hw1 c'est surtout ça ce qu'i faut que je demande.

Avatar de l’utilisateur
Khainyan
Messages : 1283
Inscription : 13/10/2008 - 18:39:29
Activité : Etudiant
Localisation : Grenoble

Message par Khainyan » 16/10/2008 - 20:57:05

La perte d'information est bien due à l'écroulement de la fonction d'onde oui, valable pour un photon.. et ses jumeaux (intriqués). Bref du fait de ce phénomène la copie de l'information est impossible.. Après tu interpréte mal mon "on s'en fous".. tu m'en vois choqué :houla: . Je disais juste cela car ça ne concerné pas le problème originel.. après c'est tout aussi interessant (tu m'exposeras plus en détail une autre fois :D ). Mais je comprends de moins en moins ce que tu voudrais faire... Le principe de l'information quantique c'est justement on mesure un caractère quantique donné d'une particule.. et c'est ça qui fait l'information... après la fréquence des apareils de mesure c'est juste la fréquence d'information qu'il peuvent "lire": le nombre de photons dont ils peuvent détecter le spin, ou quoi que ce soit d'autre par seconde (mais je t'aprends rien.. je m'éclaircie juste les choses^^). Donc toi ce que tu voudrais faire c'est augmenter le nombre de photon pour ensuite un chiper (voler quoi) un en éspérant que le déteteur s'en rendra pas compte? c'est bien ça?
Mais dans ce cas cela reviens à voler une information.. c'est un peu si je te voler un de tes bits dans un message que t'envoie à quelqun... ou un mot.. enfin une information quoi. On se rend tout de suite compte qu'elle est plus là. Bref si ce n'est pas ça explicite un peu plus alors (hésite pas à faire des analogies :lol: )

Avatar de l’utilisateur
klinfran
Messages : 1113
Inscription : 17/12/2006 - 12:12:57

Message par klinfran » 16/10/2008 - 22:24:52

ouais ouais c'est ça en gros, d'autant que je viens de lire l'article sur wikipédia, (vite fait hein, ça mérite complément), et ils parlent surtout de polarisation, et citent à la fin l'intrication, mais dans le cas de photons uniques elle est nulle par définition, je ne comprends pas, et puis ils basent la confidentialité sur le fait qu'un espion a forcément une chance de se tromper dans la direction du polariseur, pas dans l'intrication.

Pour le reste c'est assez qualitatif, par exemple N photons de fréquence f1 ont une énergie totale nhf1 ce qui est égal (énergétiquement) à 1 photon de fréquence nf1=f2. Après je sais que certaines fréquences sont absorbées, et je me demande si un récepteur sensible à une fréquence f1 le sera aussi à tous les multiples de cette fréquence. Si jamais c'est le cas, alors on peut toujours trouver un récepteur pour lequel 1 photon sera N photon, et en voler 1, après je me demande bien ce qui arrive aux N-1, mais on peut imaginer que soit la fréquence diminue un peu, (puisque égalité n(hf)=h(nf), soit il n'a que 99,9999% de chance d'être détecté, ce que j'aimerais tout autant).

Enfin au moins il y a eu des réponses à la nouvelle!!!

Avatar de l’utilisateur
Khainyan
Messages : 1283
Inscription : 13/10/2008 - 18:39:29
Activité : Etudiant
Localisation : Grenoble

Message par Khainyan » 17/10/2008 - 16:49:42

J'ai compris le principe de ton idée (enfin :fada: )..
Mais y a un truc qui me chiffonne... si en terme d'énergie N photon de fréquence f1 sont équivalents à un photon de fréquence f2= nf1.. en est il de même du reste?il me semble pas...chaque photon a une fonction d'onde qui lui est propre...et comme ce n'est pas la détection ou non d'un photon (code binaire) qui fait l'information mais la détection d'un état...
Et de toute en partant du principe qu'un photon=N photon' je suis pas sur qu'un détecteur capable d'absorber l'énergie (qui elle est belle et bien quantifiée) du photon unique (un atome dont les la différence entre les différents niveaux d'énergie correspondent à l'énergie du dit photon) soit capable d'absorber l'énergie d'un photon' dont l'énergie E'=E/N... il faudrait qu'il est des niveau d'énergie dont la différence corresponde à l'énergie du photon'.. et en même temps une différence E'*N=E.. ça éxiste vraiment ça?
surtout qu'à partir de ce moment il y a une différence entre les deux informations données par le capteur..
Et de toute il est primordiale de ne pas oublier que N photon' c'est différent d'un photon (ors énergie j'entends..). Donc je suis vraiment pas sue de ton truc. Après il est vrai que si on trouve un détecteur remplissant les conditions exposés va t-on vraiment avoir détection de N-1photons? peut on vraiment "démenteler" le photon? énergétiquement oui..pour le reste je ne sais pas.
Mais dis moi, si c'est pas indiscret, t'es où pour faire ça?
:D (simple curiosité :sarcastic: )

Avatar de l’utilisateur
klinfran
Messages : 1113
Inscription : 17/12/2006 - 12:12:57

Message par klinfran » 17/10/2008 - 18:28:14

tu as tout à fait raison, et c'est justement ce que j'aimerais savoir, je n'ai pas pu demander au prof, mais il me semble que ça serait bizarre car ça ferait un paquet de fréquences qui peuvent être absorbés.

Pour faire ça en gros avec les doigts et très salement, on peut imaginer une corde vibrante et c'est sur que pour atteindre le mode 1 il ne faut vibrer qu'à une seule fréquence, tout autre fréquence n'excite pas la corde ou alors exite un autre mode propre. Mais je me suis dit que ce qu'il y avait de bizarre c'est que l'électron autour d'un atome pouvait atteindre plusieurs niveaux en partant d'un seul, et donc "qu'en quelque sorte" (gros guilemet parce que ça fait pas très physique) la fréquence du photon ne devait pas correspondre à la fréquence de l'électron, mais à celle de la différence d'énergie, ça n'est donc pas exactement comme une corde vibrante. (c'est pas clair non?), l'électron se cale sur un niveau autorisé, mais peut très bien être sensible à d'autres fréquences, reste à savoir si les niveaux qu'on pourra atteindre sont possibles. Bon de toutes façons c'était pas l'idée originale et je sens bien que là ça va devenir impossible et c'est du blabla, effectivement je ne peux surement pas pirater ce système, mais présenté comme il l'est ça nest peut-être pas impossible.
Dernière modification par klinfran le 17/10/2008 - 18:53:42, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Khainyan
Messages : 1283
Inscription : 13/10/2008 - 18:39:29
Activité : Etudiant
Localisation : Grenoble

Message par Khainyan » 17/10/2008 - 18:50:16

mais non continuons le blabla :D alors.. pour mettre les choses au clair: un atome (électron... puisque ceux sont eux les responsables) ne sont sensibles QU'AUX fréquences dont l'énergie CORRESPOND à l'énergie nécessaire au passage entre deux états. Toutes les autres fréquences ne sont pas "captées" .. donc si on prends un atome avec 2 niveaux A et B d'énergie possible . Supposons qu'il lui faille une énergie E pour passer d'un état à l'autre. On ne peut pas considérer qu'il va passer d'un état à un autre en captant N photons d'énergie E/N. le passage d'un niveau à l'autre se fait "d'un seul coup"...Donc l'électron n'est sensible uniquement qu'au niveaux autorisés comme tu dis. Impossible d'être entre les deux. voilà.. après tu pensais p'têtre à autre chose :sol:

Avatar de l’utilisateur
klinfran
Messages : 1113
Inscription : 17/12/2006 - 12:12:57

Message par klinfran » 17/10/2008 - 19:10:16

en fait ce qui m'étonne c'est que ça ne correspond pas à la fréquence de l'électron. C'est pour ça que je parle d'autres rayonnements, c'est qu'a priori l'évolution temporelle de la fonction d'onde de l'électron est de fréquence E/h où E représente la valeur de l'hamiltonien, et qui n'a rien à voir avec la fréquence de transition. c'est pour ça que je dis qu'il y est sensible, je vois ça comme: c'est comme si il était sensible à tous les rayonnements, mais qu'on ne lui autorise que certains, c'est à dire que ça ne vient pas vraiment de lui, mais du potentiel créé par le noyau.

bref la corde c'est le potentiel pas l'électron, lui il vient juste se poser dessus comme une fleur.

Avatar de l’utilisateur
Khainyan
Messages : 1283
Inscription : 13/10/2008 - 18:39:29
Activité : Etudiant
Localisation : Grenoble

Message par Khainyan » 17/10/2008 - 19:19:44

oui en effet. l'électron seul peut (enfin il mesemble xd) aborber toute fréquence.. mais d'un côté (ici) peu nous importe! ce qui fait le capteur c'est l'atome et non l'électron... mais c'est vrai que c'est quand même curieux comme phénomène.. tu as une explication? (au pourquoi et comment le noyau détermine les "capacités" de l'électron).

Avatar de l’utilisateur
klinfran
Messages : 1113
Inscription : 17/12/2006 - 12:12:57

Message par klinfran » 17/10/2008 - 20:22:49

En fait pour tout te dire je suis fortement partisan d'une vision où la quantification du photon se fait grace à la matière qui elle subit des règles de quantification, (je sais c'est vilain, mais j'ai du mal avec le photon, c'est pourquoi je m'acharnait comme ça) il existe bien sûr des phénomènes comme l'effet compton qui a première vue ne peuvent pas exister sans quantum de lumière, mais "à ce qu'il parait", (ce qui signifie j'ai lu quelque part que), un modèle utilsant des radiations électromagnétiques classiques a été développé par shroedinger vers la fin des années 20, le jour où j'ai le papier je le montrerai à la terre entière si il existe (si elle existe aussi d'ailleurs).
Quand à la quantification des niveaux d'énergie c'est donné par la résolution de l'équation de shrodinger, (ou mieux de dirac). Pour les gros atomes ça ne se résoud pas analytiquement mais ça n'est pas mystérieux, c'est une conséquence de la MQ. Les niveaux d'énergie correspondent à différentes valeurs propres de la fonction d'onde. C'est sûr qu'on peut trouver troublant que la relation de proportionalité E=hw soit aussi directe et a priori sans rapport. Dans le cohen il y a un bon passage sur les oscillateurs harmoniques, classiques et quantiques, et une introduction au photon dans un des compléments, je ne l'ai pas encore lu, mais je pense que bon nombre de réponses doivent y être. Ca va me prendre du temps.

Avatar de l’utilisateur
Khainyan
Messages : 1283
Inscription : 13/10/2008 - 18:39:29
Activité : Etudiant
Localisation : Grenoble

Message par Khainyan » 17/10/2008 - 20:32:06

je vois pas ce que tu veux dire par quantification du photon.. qualification oui.. mais les rayonement électromagnétique peuvent prendre toutes les fréquences donc les photons toutes les énergies.. c'est impossible à quantifier.

Avatar de l’utilisateur
klinfran
Messages : 1113
Inscription : 17/12/2006 - 12:12:57

Message par klinfran » 17/10/2008 - 23:12:03

dans une vision corpusculaire le photon est une "vraie" particule qui a des comportements de particules et qui vient "taper" les autres particules, c'est la quantification, quand j'ai une énergie E que je divise par hw, ça me donne le nombre de photons. Maintenant si ce sont les systèmes de réceptions qui imposent d'avoir des quantum, on peut se passer de corpuscules, autrement dit il n'y aurait que des ondes électromagnétiques classiques et des récepteurs qui donnent des résultats entiers, il y a des modèles qui ont été développés pour ça, je ne les connais pas bien, mais les expériences à 1 photon sont a première vue des preuves des corpuscules de lumière.

Répondre