[News] L'aventure des interfaces graphiques (partie 7)

Informatique et nouvelles technologies...

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
jyb
Messages : 4206
Inscription : 05/06/2004 - 12:01:50
Localisation : Ile de France

[News] L'aventure des interfaces graphiques (partie 7)

Message par jyb » 08/03/2009 - 0:46:09

Nous allons rester cette semaine au sein de l'entreprise Apple, au début des années 80. La firme à la pomme présente, en 1983, le second ordinateur équipé d'une interface graphique, le Lisa. Tout comme le Xerox Star, le Lisa est un échec commercial, le prix est trop élevé, l'ordinateur, bien que très puissant pour l'époque, se révèle lent . Mais revenons quelques mois auparavant, en 1982.


Les 3 projets d'Apple

A l'époque, Apple n'est plus dirigé par ses fondateurs, ces derniers ne sont plus majoritaires, mais par un PDG nommé en conseil d'administration. La société a séparé ses activités en trois groupes distincts:

- le groupe Apple II : conçoit de nouvelles versions de l'Apple II. Modèle après modèle, cette série d'ordinateurs rencontre toujours autant de succès et constitue en réalité la principale source de revenus de l'époque pour la firme. Cependant, la direction de l'entreprise accorde de moins en moins d'importance à cette branche qu'elle estime sans avenir. Cette opinion est partagée par Steve Jobs et renforcée par l'esprit « bidouille » qui règne au sein de cette équipe.

- le groupe Lisa : pour Apple, le Lisa constitue le projet phare, celui qui est sensé révolutionner l'informatique. De fait, les meilleures recrues travaillent sur le projet Lisa auquel la direction de l'entreprise porte une attention toute particulière. En 1982, Lisa, c'est une entreprise dans l'entreprise. Les membres de l'équipe ont un badge spécial pour entrer dans leurs locaux dans lesquels les autres employés d'Apple ne peuvent accéder.

- le groupe Macintosh: le petit frère de Lisa est alors délaissé par l'entreprise. Huit ingénieurs travaillent sur le projet mais doivent faire avec les moyens du bord en ce qui concerne le matériel. Pour la direction, le Macintosh est alors un gadget, un jouet pour faire du dessin et écrire du texte.


Image
Macintosh : l'aspect de l'ordinateur correspond à ce qu'il est : une machine simple à utiliser.



Steve Jobs

Débarqué du projet Lisa, Steve jobs va se consoler en s'investissant... sur le projet Macintosh. Là encore, comme les relations avec une partie de l'équipe du Mac ne sont pas au beau fixe, Jeff Raskin, le chef de projet, va envoyer des lettres de protestation à la direction de l'entreprise. Mais contre ses attentes, le PDG voit d'un bon oeil la prise en main du Mac par Steve Jobs: c'est en effet le meilleur moyen de le maintenir à l'écart du projet Lisa.

Dans l'équipe du Macintosh, Steve Jobs retrouve l'ambiance hacker et bidouille qui régnait dans les années 70 au sein du projet Apple II, ce qui n'est pas pour lui déplaire. S'il est loin d'être le collègue de bureau idéal, Jobs a néanmoins un sens aigu du pragmatisme lorsqu'il s'agit de définir un concept pour le grand public ainsi que pour faire avancer un projet avec les moyens du bord.


Les pirates d'Apple

Ainsi, pour certains des prototypes du Macintosh, en fait pour le premier vrai prototype, l'équipe de Jobs va réussir à détourner certains composants destinés à la réalisation du prototype Lisa. Ils vont même pousser le vice jusqu'à « pirater » de nombreux programmes créés pour la grande Soeur du Mac. Ainsi, la grande ressemblance entre les deux interfaces graphiques n'est pas due à une politique décidée en haut lieu chez Apple, mais à un pillage interne !


Image
Proche de l'interface du Lisa, l'interface du Mac ajoute certaines améliorations comme le glisser-déposer inventé par Jeff Raskin


Cependant, les « pirates » vont optimiser les programmes ainsi obtenus afin de les faire fonctionner sur une machine autrement plus modeste que le Lisa. Chaque logiciel va ainsi être adapté au futur Mac si bien qu'ils vont être parfaitement incompatibles avec leur version originale.


Le Macintosh : de la séduction au succès commercial

L'autre idée phare du groupe de travail réside dans la forme de l'ordinateur. Si le Lisa est un monstre plutôt encombrant sur un bureau, le Macintosh aura une coque assortie à son contenu : léger et simple. Considéré comme une oeuvre d'art, le prototype original sera moulé avec la signature de chaque membre de l'équipe.

Steve Jobs entend aussi éviter un autre écueil du Lisa : le manque de logiciels sur le marché. Steve Jobs va donc le distribuer en 1983 à des éditeurs de logiciels. C'est ainsi que Microsft se voit remettre un Mac en échange de la promesse de développer des logiciels pour cette plate-forme. Microsoft va se lancer dans le développement de deux logiciels pour Macintosh : Word et MultiPlan, qui deviendra par la suite Excel.

Au fur et à mesure Apple constate l'échec cuisant du Lisa et l'avancée du Macintosh. Il devient de plus en plus évident que ce dernier a un énorme potentiel. Dès lors, la nouvelle direction n'hésite pas à débourser 15 millions de dollars en publicité, dont 1,5 millions pour la finale du Super Ball, publicité actuellement considérée comme historique. Bien qu'il soit prévu de commercialiser le Mac pour 2000$, il est décidé de monter le prix à 2500$, les dirigeants d'Apple pensent, à juste titre, que le dernier-né sera un succès, même à un tarif plus élevé.

Le produit final s'avère être réussi : dessin simple et moderne, le Macintosh est un ordinateur attrayant. L'interface graphique est très réussie. L'ordinateur, bien que peu puissant, fonctionne sans donner d'impression de lenteur. Surtout, le Macintosh va bénéficier de la popularité des premiers logiciels de bureautique produits par Microsoft. Plus de 20 ans après Sketchpad, 15 ans après le NLS et le concept du Dynabook, 10 ans après la mise au point du Xerox Alto, le Macintosh sonne aussi comme l'aboutissement de nombreuses années de recherche dont le but était de fournir un outil informatique accessible au plus grand nombre.


Et après ?

Cependant, les ordinateurs que nous utilisons aujourd'hui sont rarement des Macintosh. Le premier Mac est une belle réussite commerciale, mais ne sera pas le standard de l'informatique pour tous. En 1984, les PC sont en mode texte, mais ils n'ont pas dit leur dernier mot, c'est ce que nous verrons la semaine prochaine !

Voir aussi les autres parties:

Le Mac a 25 ans, l'aventure des interfaces graphiques (partie 1) lien
L'aventure des interfaces graphiques (partie 2) lien
L'aventure des interfaces graphiques (partie 3) lien
L'aventure des interfaces graphiques (partie 4) lien
L'aventure des interfaces graphiques (partie 5) lien
L'aventure des interfaces graphiques (partie 6) lien
L'aventure des interfaces graphiques (partie 8) lien
L'aventure des interfaces graphiques (partie 9) lien

bast64
Messages : 2
Inscription : 09/03/2009 - 0:08:52

Message par bast64 » 09/03/2009 - 0:17:26

Pour en voir plus sur cette époque, je vous conseille de visionner le téléfilm Les Pirates de la Silicon Valley.
Il retrace la vie de Steve Jobs et Bill Gates depuis les années bidouilles dans le garage jusqu'à l'arrivée sur le marché du DOS de Microsoft.

Avatar de l’utilisateur
halman
Messages : 173
Inscription : 11/06/2005 - 15:45:09

Message par halman » 09/03/2009 - 16:33:20

Le tableur Multiplan existait aussi sur pc.

Je travaillais déjà dessus sur Commodore CBM et les premiers Commodore portables C286 juste avant Excel.
L'homme est le Temple du Verbe, mais pas pour l'Eternité.

Les larmes d'Icare, les larmes de Neil Armstrong.

Répondre