[News] Forêts tropicales: une diversité insoupçonnée d'organismes unicellulaires complexes

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 17193
Inscription : 02/06/2004 - 18:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] Forêts tropicales: une diversité insoupçonnée d'organismes unicellulaires complexes

Message par Adrien » 04/04/2017 - 0:00:08

Les forêts tropicales possèdent une diversité insoupçonnée d'organismes unicellulaires eucaryotes (ou protistes). C'est ce que révèle une équipe internationale menée par l'université de Kaiserslautern et incluant des océanographes de la station biologique de Roscoff (CNRS/UPMC), qui ont apporté leur savoir-faire issu des expéditions Tara Océans. Selon ces résultats, les protistes sont bien plus diversifiés que les champignons, les plantes et les animaux y compris les insectes et constitueraient donc potentiellement le plus grand réservoir d'espèce de notre biosphère.


Placement phylogénétique de séquences d'ADN tirées de micro-eucaryotes vivants dans le sol de forêts tropicales d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud. Les alvéolées comprennent les apicomplexes et les ciliées ; les holozoaires comprennent l'ensemble des animaux ; Holomycota comprend les champignons. Les branches et les noeuds en dehors des grands clades connus sont grisés. Seules les séquences placées dans des clades connus et avec des scores de probabilité élevés ont été retenues. © Frédéric Mahé et al. Nature Ecology & Evolution.
Frédéric Mahé dans la forêt tropical en Equateur, au moment de l'étude © Micah Dunthorn
Les espèces de protistes dévoilées s'apparentent en grande partie à des parasites apicomplexes, connus pour infecter les insectes, les oiseaux et d'autres animaux. Ceux-ci pourraient contraindre la taille des populations animales et donc permettre l'extraordinaire diversification des espèces observée aujourd'hui dans ces sanctuaires de biodiversité que sont les forêts tropicales. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Ecology & Evolution le 20 mars 2017.

Source: CNRS-INEE

Répondre