[News] Le cortex cingulaire antérieur, entre douleur et dépression

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Isabelle
Messages : 11021
Inscription : 02/09/2004 - 10:49:47

[News] Le cortex cingulaire antérieur, entre douleur et dépression

Message par Isabelle » 06/03/2018 - 12:00:27

Lorsqu'elle devient chronique, une douleur peut conduire à la dépression. Une collaboration internationale menée par le Dr. Ipek Yalcin, de l'Institut des neurosciences cellulaires et intégratives, a permis de caractériser dans un modèle animal le développement de ces troubles ainsi que le rôle-clé joué par une région du cerveau, le cortex cingulaire antérieur. Les chercheurs montrent qu'une hyperactivité de cette région corticale est essentielle à l'apparition des troubles de l'humeur, dont l'évolution au cours du temps diffère de celle des aspects sensoriels de la douleur. Ces travaux ont été publiés le 20 février 2018 dans The Journal of Neuroscience.

Image
Figure: A. Les animaux présentant un état de type dépressif ont une hyperactivité des neurones des aires 24a et 24b du cortex cingulaire antérieur. B. L'inhibition optogénétique de ces aires corticales corrige les comportements de type anxio-dépressif provoqués par une douleur neuropathique © Ypek Yalcin
La douleur est une expérience personnelle complexe. Elle combine des aspects sensoriels, dits « nociceptifs », et des aspects émotionnels, aversifs mais aussi affectifs, qui souvent conduisent à des troubles de l'humeur, tels que l'anxiété ou la dépression, lorsque la chronicité s'installe. En clinique humaine, de tels troubles s'observent chez près de 50% des patients douloureux chroniques. Ce lien entre corps et esprit interpelle. Il s'agit de comprendre comment, par la douleur qu'elle crée, une atteinte à l'intégrité du corps peut conduire à une pathologie psychiatrique.

Longtemps, la recherche chez l'animal s'est centrée sur la composante sensorielle de la douleur et ce n'est que ces dernières années que les progrès scientifiques ont permis de prendre en compte et étudier les aspects aversifs et anxio-dépressifs. Grâce à un modèle murin, et en combinant des approches comportementales, électrophysiologiques et optogénétiques, associant l'optique à la génétique, les chercheurs montrent qu'une hyperactivité des neurones des aires 24a et 24b du cortex cingulaire antérieur joue un rôle essentiel dans les troubles de l'humeur consécutifs à une douleur chronique, ici liée à une atteinte du nerf sciatique. Ce rôle du cortex cingulaire antérieur apparait spécifique des aspects aversifs et affectifs de la douleur chronique car cette région du cerveau n'exerce pas d'influence majeure sur la composante sensorielle de la douleur, en particulier sur l'hypersensibilité au toucher qui accompagne cette douleur chronique.

Les chercheurs montrent ainsi que le passage d'un état normal à un état considéré comme pathologique peut être reproduit chez des modèles murins de douleur ou de dépression, et que, comme observé en clinique humaine, il s'agit d'un phénomène progressif où les différents symptômes se manifestent selon différents décours temporels.

Les résultats révèlent aussi une dichotomie dans la pathologie douloureuse, entre les aspects sensoriels et les aspects affectifs qui accompagnent la douleur chronique. Cette dichotomie est sans doute à prendre en compte pour le développement de nouveaux médicaments anti-douleur. En effet, la validation chez l'animal des cibles pharmacologiques pour de tels médicaments est en général faite sur la seule composante sensorielle de la douleur.

Ces travaux ouvrent également la voie à une exploration préclinique plus fine du rôle des sous-régions corticales dans les troubles de l'humeur. En effet, c'est l'hyperactivité des neurones plus précisément situés dans les aires 24a et 24b du cortex cingulaire antérieur qui conduit à des symptômes apparentés à la dépression chez la souris. L'équivalence de ces aires avec celles, plus développées, présentes chez l'humain, permet d'envisager une exploration préclinique pertinente des mécanismes moléculaires et cellulaires conduisant à l'hyperactivité de ces neurones et aux troubles psychiatriques qui en découlent.

Référence publication:
Hyperactivity of anterior cingulate cortex areas 24a/24b drives chronic pain-induced anxiodepressive-like consequences.
Sellmeijer J, Mathis V, Hugel S, Li XH, Song Q, Chen QY, Barthas F, Lutz PE, Karatas M, Luthi A, Veinante P, Aertsen A, Barrot M, Zhuo M, Yalcin I. J Neurosci. 2018 Feb 20. pii: 3195-17. doi: 10.1523/JNEUROSCI.3195-17.2018. [Epub ahead of print]

Contact chercheur:
Ipek Yalcin - Institut des neurosciences cellulaires et intégratives - CNRS, Université de Strasbourg

Source: CNRS-INSB

Pendesinialessandro
Messages : 174
Inscription : 04/08/2015 - 11:34:31
Activité : Enseignant ou Chercheur

Re: [News] Le cortex cingulaire antérieur, entre douleur et dépression

Message par Pendesinialessandro » 06/03/2018 - 19:15:24

Bonjour
Si une douleur soutenue ou chronique peut conduire à un état dépressif, voire à une dépression, il est tout aussi certain qu’une dépression, ainsi qu’un stress prolongé et intense, peut engendrer une douleur chronique.

A noter que les maladies psychosomatiques, c’est-à-dire : douleurs variées, allergies diverses, fatigue ou stress chroniques, lombalgies, insomnies, sans oublier les hypocondriaques !...ce qu’on appelle aussi « pathologies fonctionnelles », incident dans les consultations médicales occidentales –et font le pain quotidien de la médecine courante- dans plus de 70% des cas ! :yxt:

NB -Ne pas confondre la douleur, qui est toujours physique liée à une blessure ou pathologie, avec la souffrance, qui est « morale », c’est-à-dire psychique, qui n’est pas obligatoirement l’expression d’une altération de la santé.

Victor
Messages : 16351
Inscription : 05/06/2006 - 21:30:44
Activité : Retraité
Contact :

Re: [News] Le cortex cingulaire antérieur, entre douleur et dépression

Message par Victor » 06/03/2018 - 19:30:11

Des fois je doute beaucoup qu'on puisse relier des douleurs
et des zones activations cérébrales qui sont vues par scanner
Il cause le rat pour nous dire s"il a mal ou que ça lui plait ?
En ce qui concerne la recherche en sciences, Je dirais: Cherche encore!

Avatar de l’utilisateur
cisou9
Messages : 9192
Inscription : 12/03/2006 - 15:43:01
Activité : Retraité
Localisation : Pertuis en Lubéron
Contact :

Re: [News] Le cortex cingulaire antérieur, entre douleur et dépression

Message par cisou9 » 09/03/2018 - 10:17:06

________________ :_salut:
Salut Victor; tu n'a jamais dialogué avec un rat ?
C'est dommage, ils ont beaucoup de choses à nous dire ! ____ :lol: ____
Un homme est heureux tant qu'il décide de l'être et nul ne peux l'en empêcher.
Alexandre Soljenitsyne.

Répondre