[News] Réchauffement climatique: l’inquiétante leçon du passé

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Isabelle
Messages : 11071
Inscription : 02/09/2004 - 10:49:47

[News] Réchauffement climatique: l’inquiétante leçon du passé

Message par Isabelle » 11/09/2018 - 12:00:27

Un réchauffement climatique vieux de 56 millions d’années a entraîné des crues très importantes et bouleversé les paysages, révèle une étude menée dans les Pyrénées par des chercheurs de l’UNIGE.

Image
Sébastien Castelltort face aux conglomérats Eocène de la falaise de la "Cis" dans la région de Roda de Isabena, dans les Pyrénées espagnoles. (UNIGE)
Il y a 56 millions d’années, la Terre a connu un réchauffement climatique exceptionnel. En un temps très court à l’échelle géologique, 10 à 20’000 ans à peine, la température moyenne a augmenté de 5 à 8 degrés, ne retrouvant son niveau d’origine que quelques centaines de milliers d’années plus tard. En s’appuyant sur l’analyse de sédiments sur le versant sud des Pyrénées, des chercheurs de l’Université de Genève (UNIGE) ont mesuré l’impact de ce réchauffement sur les crues des rivières et sur les paysages qui les entouraient alors : des crues dont l’amplitude est multipliée par huit – et parfois même par un facteur 14 –, ou encore une végétation qui disparaît au profit d’un décor de galets. Leurs conclusions inquiétantes, à lire dans Scientific Reports, montrent que les conséquences de ce phénomène ont été bien plus importantes que ne le prévoient les modèles utilisés aujourd’hui par les climatologues.

«La méthode qui nous a permis d’analyser ce réchauffement est directement inspirée de la biologie, qui étudie la réponse des cellules à des stimuli extérieurs », explique Sébastien Castelltort, professeur au Département des sciences de la terre de la Faculté des sciences de l’UNIGE, et leader de l’étude, en collaboration avec des chercheurs des universités de Lausanne, Utrecht, Western Washington et Austin. «On s’intéresse à la façon dont un système, dans notre cas le système hydrique à travers le comportement des rivières, réagit à un signal extérieur, ici le réchauffement climatique.» Baptisé Earth Surface Signaling System et soutenu par le Fonds National Suisse (FNS), ce projet s’est concentré sur un cas climatique extrême, bien connu des scientifiques: un réchauffement de 5 à 8 degrés intervenu voici 56 millions d’années entre le Paléocène et l’Éocène, connu sous l’acronyme anglais de PETM (Palaeocene-Eocene Thermal Maximum).

Des palmiers au pôle Nord

Dès les années 70, les scientifiques ont observé une forte anomalie du rapport entre les isotopes stables du carbone (δ13C), due à l’augmentation relative de la proportion de l’isotope léger (12C) par rapport à l’isotope lourd (13C), et traduisant un bouleversement du cycle du carbone, tant dans les océans que sur les continents, associé à un réchauffement global aux conséquences spectaculaires. Il y avait des palmiers au pôle Nord et certaines espèces de plancton marin, comme le dinoflagellé Apectodinium, normalement restreintes aux eaux tropicales se sont soudainement répandues sur toute la surface du globe. Les géologues utilisent ce type d’observations comme de véritables «paléothermomètres» qui témoignent dans ce cas d’une élévation de la température des eaux de surface ayant atteint presque 36 degrés par endroits, une température létale pour de nombreux organismes. Plusieurs causes sont avancées, de l’activité volcanique intense à cette période à la déstabilisation des hydrates de méthane, ces «glaçons» de méthane stables sous certaines conditions de pression et de température, qui en dégazant auraient libéré leur gaz à effet de serre.

Mais si l’événement est connu et ses causes explorées, qu’en est-il de ses conséquences? «La question est importante car il y a une analogie évidente avec le réchauffement actuel et des leçons à tirer de cet événement, d’autant que la hausse des températures à laquelle on assiste aujourd’hui est beaucoup plus rapide», souligne Sébastien Castelltort.

Retracer l’histoire des rivières grâce aux galets

On trouve dans les Pyrénées espagnoles des sédiments qui permettent d’observer les anciens chenaux de rivières et d’en connaître la largeur. Dans le cadre du projet de Thèse de Chen Chen, doctorant à la Faculté des sciences de l’UNIGE, la taille des galets qu’elles charriaient a fait l’objet de plusieurs milliers de mesures effectuées sur le terrain. Pas à pas, grâce à la relation directe qui existe entre la taille des galets et la pente des rivières, les chercheurs ont ainsi pu en calculer la profondeur et le débit. C’est donc toute l’histoire de ces rivières qui apparait, et celle des changements spectaculaires qui les ont affectées.

Il y a 56 millions d’années, les Pyrénées sont en cours de formation et leur piémont est parcouru de petits chenaux isolés dans une plaine d’inondation où ils déposent des alluvions très fertiles, favorisant le développement de la végétation dont les racines vont ancrer le terrain. Parvenues au pied des montagnes, ces petites rivières s’orientent ensuite vers l’ouest pour se jeter dans l’Atlantique qui n’était alors qu’à une trentaine de kilomètres de la zone d’étude.

Une transformation complète du paysage

«Avec le réchauffement, le paysage se transforme complètement. Les crues exceptionnelles, qui ne se produisent que tous les 2 à 3 ans et dont nous avons pu mesurer le débit, sont jusqu’à 14 fois plus importantes qu’auparavant», explique Sébastien Castelltort. Les rivières changent constamment de cours, ne s’adaptent plus à la hausse du débit en creusant leur lit mais s’élargissent, parfois de façon spectaculaire: les différents cours d’eau observés passent ainsi parfois de 15 mètres à 160 mètres de largeur. Au lieu d’être piégés dans les plaines d’inondation, les alluvions sont emportés vers l’océan, et avec eux la végétation. On ne trouve plus que des étendues de graviers, traversées par des rivières torrentielles.

Des risques bien plus importants qu’attendus

Les scientifiques ignorent encore comment le régime des précipitations a évolué, mais savent que ce réchauffement a entraîné des crues plus intenses et une plus forte saisonnalité, avec des étés plus chauds. L’évaporation plus importante a entraîné une hausse des précipitations dans une proportion inattendue. Un degré d’élévation de la température implique une hausse de 7% de la capacité de rétention de l’humidité dans l’air, et c’est ce rapport qui est généralement utilisé pour évaluer l’augmentation des précipitations. «Mais notre étude montre qu’il y a des seuils, des évolutions non linéaires qui vont au-delà de ce rapport. Avec un rapport de 14 pour l’amplitude des crues, on est face à des effets qu’on ne comprend pas, qui s’expliquent peut-être par des facteurs locaux, mais aussi par des effets qui ne sont pas encore incorporés dans les modèles climatiques actuels. Notre étude prouve que les risques associés au réchauffement climatique sont plus importants qu’on ne le pense généralement», conclut Sébastien Castelltort.

Contact scientifique:
- Sébastien Castelltort
Professeur associé - Département des sciences de la terre, Faculté des sciences de l’UNIGE

Référence publication:
Cette recherche est publiée dans Scientific Reports
DOI: 10.1038/s41598-018-31076-3

Source: Université de Genève (UNIGE)

Victor
Messages : 16476
Inscription : 05/06/2006 - 21:30:44
Activité : Retraité
Contact :

Re: [News] Réchauffement climatique: l’inquiétante leçon du passé

Message par Victor » 11/09/2018 - 13:27:39

s'il y a plus d'eau avec des crues jusqu'à 14 fois les crues normale, ça doit générer des stocks d'eaux plus importants et il y aurait donc une possible utilisation par des écosystèmes...Là il est dit que non ! Je ne comprends pas! Oui, j'ai toujours cru que cette histoire de réchauffement dont parlent les climatologues actuels, ben ils parlaient et ils envisageaient des sécheresses, si il y a une gestion de l'eau qui n'est pas vraiment comprise, excusez-moi mais pour ce qui est dit dans cet article, là je n'y comprends rien, si je me rappelle bien les crues du Nil, elles étaient vues comme une bonne chose par les égyptiens du temps des pharaons, certes il y a une grosse érosion due à l'afflux d'eau, mais la répartition de l'eau dans les terres, ça doit être beaucoup plus compliqué...Pour le Sahara il y 6000 ans on parlait d'un Sahara vert qui serait dû à un important régime de pluies
En ce qui concerne la recherche en sciences, Je dirais: Cherche encore!

Noxx
Messages : 106
Inscription : 20/08/2008 - 9:16:02

Re: [News] Réchauffement climatique: l’inquiétante leçon du passé

Message par Noxx » 11/09/2018 - 18:32:53

L'Égypte est surtout le fruit du travail des hommes qui ont su exploiter ces crues. Mais si l'Égypte avait été plus en pente, avec des crues gigantesques toutes les 2 ou 3 ans, capables d'emporter tout le travail des hommes jusqu'à la mer en laissant sur place de gros galets et qui amènent le fleuve à changer de lit régulièrement... Ben cela aurait été une toute autre histoire.
C'est ce qui semble s'être passé dans les Pyrénées naissantes lié à ce réchauffement climatique exceptionnel mais 1000 fois plus lent que celui actuel... D'où l'inquiétude. Après, ailleurs dans le monde de cette époque, cela a pu faire autre chose : ces 5 à 8° ne sont qu'une moyenne.

Victor
Messages : 16476
Inscription : 05/06/2006 - 21:30:44
Activité : Retraité
Contact :

Re: [News] Réchauffement climatique: l’inquiétante leçon du passé

Message par Victor » 12/09/2018 - 10:46:57

Vous savez là où je vais en vacance en Savoie, dans une des grandes vallées glaciaires, il y a à savoir que cette vallée glaciaire nommée Combes de Savoie, elle est remplie d'un sable gris d'érosion entre des grains très fins et des galets, et qu'il y a une grande disponibilité de ces sols pour la culture du maïs et il y avait dans le passé des problème de crues et des marais qui sont maintenant régulée par des digues, en creusant on obtient des petits lacs d'eau... l'eau et les sols, ils ont une proximité très proche, L'Isère qui passe dans la vallée elle est régulé, mais peut varier beaucoup
En ce qui concerne la recherche en sciences, Je dirais: Cherche encore!

Avatar de l’utilisateur
POB
Messages : 605
Inscription : 08/05/2011 - 8:16:13
Activité : Retraité

Re: [News] Réchauffement climatique: l’inquiétante leçon du passé

Message par POB » 12/09/2018 - 12:26:11

Ouaip, le drainage ne fut pas une mince affaire dans la Combe de Savoie (moi aussi je connais bien les lieux) entre Albertville et Montmélian.
L'Isère est en partie régulée et les sols marécageux sont parcourus de quantités de canaux de drainage, entourés de roseaux. Quand il pleut, les eaux restent longtemps en surface, bref c'est assez vite gadouilleux.
Le problème se retrouve en Grésivaudan.

L'article m'a fait réfléchir un peu aux structures des Mallos de Riglos, dans les Pyrénées espagnoles.
Image

Ces belles montagnes - vues de loin - sont des conglomérats de galets enchâssés dans des sédiments assez tendres, bien plus tendres que des calcaires. Il y eut donc là des rivières puissantes qui charrièrent ces galets, qu'on ne trouve pas plus au sud du côté de Huesca, puis tout ça fut remanié par le soulèvement des Pyrénées.
:bieres:
C'est une grande misère de n'avoir pas assez d'esprit pour parler, ni assez de jugement pour se taire. (La Bruyère)

Répondre