[News] Le retour du thon rouge en Europe du Nord enfin expliqué

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 17166
Inscription : 02/06/2004 - 18:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] Le retour du thon rouge en Europe du Nord enfin expliqué

Message par Adrien » 03/01/2019 - 8:00:08

Le thon rouge de l’Atlantique (Thunnus thynnus), une des espèces de poisson les plus emblématiques de nos océans et les plus commercialement exploitées, est de retour en Europe du Nord depuis quelques années. L’espèce, autrefois pêchée abondamment en Manche et mer du Nord, avait rapidement disparu de cette zone au début des années 1960. Les causes de tels changements restaient énigmatiques. Une étude menée par une équipe internationale impliquant le Laboratoire d’océanologie et de géosciences (LOG, CNRS/Université de Lille/ULCO) et le Laboratoire biologie des organismes et écosystèmes aquatiques (BOREA, MHNN/Sorbonne Université/UCN/UA/CNRS/IRD), explique sa disparition passée et son retour actuel par un phénomène climatique cyclique et naturel qui influence l’océan Atlantique à grande échelle.

Le thon rouge de l’Atlantique (Thunnus thynnus), une des espèces de poisson les plus emblématiques de nos océans et les plus commercialement exploitées, mais aussi une des plus menacées, est de retour en Europe du Nord depuis quelques années. L’espèce, autrefois pêchée abondamment en Manche et mer du Nord, avait rapidement disparu de cette zone au début des années 1960. Une étude explique sa disparition passée et son retour actuel par un phénomène climatique connu sous le nom d’oscillation multi-décennale Atlantique, ou AMO. Bien que le retour du thon rouge en Europe du Nord pourrait inciter les gestionnaires de pêcheries à relaxer les quotas actuels de pêche, l’abondance totale de l’espèce n’aurait pas nécessairement augmenté. Seule sa distribution spatiale aurait été modifiée, les augmentations locales d’abondance dans certaines zones étant probablement compensées par des diminutions locales dans d’autres régions. Il serait par conséquent dangereux d’acter trop hâtivement l’augmentation des quotas de pêche. Un examen plus approfondi de l’origine des causes de variations d’abondance du thon rouge doit être mené sur l’ensemble des zones où l’espèce est actuellement observée.

Image
Lors de phases chaudes (figure en haut à gauche), le thon rouge remonte au nord de l’Océan Atlantique, comme l’indiquent sa distribution (points rouges: présence observée par zone 1°x1° ; point noir: centre de sa distribution) et suit précisément les anomalies de son habitat écologique (orange: anomalies positives ; violet: anomalies négatives). Lors de phases froides (en bas à gauche), la distribution s’inverse. Ces alternances positives et négatives sont détectables au niveau de la région Manche et mer du Nord (figure à droite) et sont synchrones avec l’oscillation multi-décennale atlantique.
L’étude menée par Robin Faillettaz (Université de Lille), Grégory Beaugrand (CNRS), Eric Goberville (Sorbonne Université) et Richard Kirby (Fondation Secchi Disk) dans le cadre du programme scientifique CLIMIBIO (http://climibio.univ-lille.fr/) montre que la variabilité hydroclimatique à large échelle spatiale, et notamment les phases d’alternance positives et négatives de l’AMO, explique la présence ou l’absence de ce grand prédateur en Manche et mer du Nord. Pour arriver à ces conclusions, les scientifiques ont examiné l’intensité des captures de thon rouge dans l’océan Atlantique Nord-Est au cours des derniers siècles et les changements de distribution spatiale de l’espèce. Les résultats sont sans équivoque: l’AMO module les fluctuations d’abondance du thon rouge et contrôle sa distribution géographique.

L’AMO, une oscillation naturelle des températures océaniques de surface dans l’Atlantique, alterne entre phases chaudes et froides sur des périodes de temps de l’ordre de 70 ans, avec des différences de température entre ces phases légèrement inférieures à 1°C. Néanmoins, le phénomène affecte des processus atmosphériques et océanographiques complexes dans l’ensemble de l’hémisphère Nord, comme l’intensité et la direction des courants océaniques, les alternances sardine/hareng en Manche, les épisodes de précipitations ou encore l’intensité et la fréquence des ouragans. La production primaire planctonique (la base du réseau trophique en milieu marin) étant très sensible à la température, les variations de l’AMO peuvent induire des conséquences notables sur les systèmes biologiques.

Lors d’une phase positive (chaude) de l’AMO, le thon rouge remonte jusqu’au Groenland, l’Islande et la Norvège à la recherche de nourriture ; il se fait alors plus rare dans les régions sud et centrale de l’Atlantique. Lors d’une phase négative (froide), le thon rouge explore davantage les zones tropicales (Atlantique Ouest, central et Sud) et ne franchit que très rarement la latitude 45°N. Un exemple marquant de cette influence de l’AMO sur le thon rouge est l’effondrement soudain des pêcheries nordiques en 1963, épisode qui coïncide avec une transition rapide de l’AMO: en seulement 2 ans, l’AMO est passée de sa plus forte intensité chaude (positive) à sa plus forte intensité froide (négative). Historiquement, cet effondrement a été attribué à la surexploitation. Depuis 1995, l’AMO est de nouveau dans la phase positive de son cycle et des bancs de thon rouge réapparaissent régulièrement dans les eaux côtières de la Grande-Bretagne.

Les scientifiques estiment que le thon rouge va continuer de migrer dans les eaux nordiques et en mer du Nord jusqu’à ce que l’AMO entre de nouveau dans sa phase négative. Toutefois, le réchauffement global de l’océan pourrait limiter les futurs effets d’une phase négative de l’oscillation ; l’espèce pourrait alors perdurer en Manche et mer du Nord. Les effets conjugués d’une augmentation des températures de l’océan - induite par le changement climatique - et d’une phase positive de l’AMO pourraient affecter le recrutement de l’espèce en Méditerranée, impactant son abondance. Le thon rouge pourrait dès lors quitter la mer Méditerranée, son site de reproduction principal et zone majeure de son exploitation commerciale.

Le thon rouge, présent dans de nombreuses zones économiques exclusives et dans les eaux internationales (Atlantique Nord, mer Méditerranée, golfe du Mexique et Atlantique Sud), est le symbole des problèmes rencontrés par les pêcheries actuelles qui visent à concilier exploitation économique et gestion durable des stocks. Le thon rouge est victime d’une intense surpêche depuis les années 1970, avant l’établissement de quotas au milieu des années 2000. Son retour récent a conduit les décisionnaires à augmenter les captures autorisées de 20% par an, pendant trois ans. Cependant, ces décisions ne considèrent pas l’importance du rôle des fluctuations climatiques naturelles sur la variabilité spatio-temporelle des stocks de pêche. Cette prise en compte est pourtant indispensable pour une gestion durable des stocks. Dans le cas du thon rouge, les changements locaux d’abondance reflètent des modifications de distribution à large échelle qui peuvent s’avérer déconnectées des politiques locales de gestion des stocks.

Ces recherches ont été financées par des bourses du programme Contrat Plan État-Région CLIMIBIO (région Hauts-de-France) et du programme régional INDICOP.

Source: CNRS-INSU

Répondre