[News] Les séries de politique-fiction alimentent le cynisme

Les autres sciences et techniques...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 17166
Inscription : 02/06/2004 - 18:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] Les séries de politique-fiction alimentent le cynisme

Message par Adrien » 09/05/2019 - 8:00:02

Alexandra Manoliu, qui a déposé sa thèse au Département de science politique, a fait écouter House of Cards, au ton très cynique, et The West Wing, qui présente la politique de façon plus positive, à 180 personnes qui ne connaissaient pas ces émissions.

Image
Les séries «House of Cards» et «The West Wing» ont été présentées à 180 personnes qui ne les connaissaient pas, de façon à mesurer le degré de cynisme qu'elles suscitent lors de leur visionnement. Crédit: Getty
Comment la fiction télévisuelle peut-elle influencer l’électorat ?

Chez les spectateurs qui avaient déjà un préjugé négatif contre les politiciens, le visionnement de House of Cards a exacerbé leur sentiment. Dans le cas de ceux qui abordaient le sujet de façon neutre, le visionnement a eu une influence mesurable sur l’apparition du cynisme. Mais on ne doit pas généraliser ces observations, que nous avons basées sur un petit nombre de répondants. De plus, il s’agissait d’étudiants francophones de 19 à 25 ans; est-ce que les électeurs américains de tous âges et des différents États peuvent avoir les mêmes réactions ? Il faudrait d’autres études pour approfondir cette question. Mais mon impression est qu’on pourrait tirer des conclusions similaires si l’on examinait les effets des séries politiques sur l’électorat américain.

Peut-on mesurer le cynisme ?

Oui, il existe des questionnaires scientifiquement crédibles permettant de mesurer le cynisme des participants. Par exemple, on leur demande à quel point ils sont d’accord avec les énoncés «Les politiciens ne pensent qu’à leur propre intérêt», «La plupart des députés se soucient des problèmes des gens ordinaires» ou «Les candidats aux élections font des promesses qu’ils n’ont aucunement l’intention de remplir».

Quels peuvent être les effets négatifs des séries télévisées à teneur politique ?

Certaines personnes ont laissé entendre, durant nos entretiens, qu’elles sentaient moins le besoin de s’informer auprès des réseaux médiatiques traditionnels, puisqu’elles regardaient House of Cards. C’est très inquiétant à mon avis. Les gens doivent comprendre que ces séries relèvent du divertissement, même si elles donnent l’impression d’être réalistes. Les lieux et parfois les personnages sont réels, mais les scénarios sont fictifs. Elles ne sauraient d’aucune façon remplacer l’information de sources fiables.

L’effet négatif que nous avons mesuré est d’autant plus pernicieux que l’inverse n’a pas été observé dans notre étude. Nous avions émis l’hypothèse qu’une série présentant une image plus positive de la vie politique américaine, The West Wing, influencerait favorablement les spectateurs. Or, il n’en est rien. Les tonalités contrastées des séries de politique-fiction ont des conséquences asymétriques. La série négative nourrit le cynisme des gens et la série positive n’a aucune incidence.

Image
«Les tonalités contrastées des séries de politique-fiction ont des conséquences asymétriques. La série négative nourrit le cynisme des gens et la série positive n’a aucune incidence.» - Alexandra Manoliu. Crédit: Amélie Philibert
Source: Université de Montréal

Pendesinialessandro
Messages : 204
Inscription : 04/08/2015 - 11:34:31
Activité : Enseignant ou Chercheur

Re: [News] Les séries de politique-fiction alimentent le cynisme

Message par Pendesinialessandro » 09/05/2019 - 11:08:57

Bonjour
L’ordre médiatique impose en grande partie son agenda et sa vision du monde. Avec pour conséquence, par exemple, l’incapacité de nos contemporains à appréhender les phénomènes sociaux réels mais invisibles, ceux passant justement sous le radar de l’infosphère. Ce qui ne fait pas spectacle, au sens situationniste –consommation et divertissement-, a beaucoup de mal à émerger dans la conscience collective. La plupart des phénomènes criminels de « haute intensité », ceux relevant de la géopolitique, sont profondément souterrains et clandestins et n’émergent à la connaissance du grand public qu’à travers les rares accidents judiciaires. Et parce qu’ils ne sont perçus que comme des « accidents », des « faits transhumanismes divers », des « événements », ils sont vite évacués par le temps court de l’information et du divertissement qui se confondent d’ailleurs de plus en plus en info-divertissements. :rD
Nos contemporains croient naïvement que les médias révèlent le monde : en fait, ils font écran, sans mauvais jeu de mots. Car, dans nos sociétés de l’information et de la communication, le réel concret est obscurci par la réalité médiatique. Nous pouvons affirmer sans aucune hésitation que entre le « réel réel » et nous s’interpose le « réel médiatique ». :pet:
Comédie humaine quand tu nous tiens......

Répondre