[News] De l’Europe vers Mars, et inversement !

Conquête spatiale et technologies relatives...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 17183
Inscription : 02/06/2004 - 18:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] De l’Europe vers Mars, et inversement !

Message par Adrien » 29/05/2019 - 8:00:17

L’Europe est en orbite autour de Mars depuis plus de quinze ans, et elle est à presque un an de lancer son premier rover, mais elle regarde déjà au-delà, vers une mission de retour d’échantillons de la planète rouge.

Y-a-t-il un jour eu de la vie sur Mars ? Reconstruire l’histoire de notre voisine et comprendre comment son évolution a divergé de celle de la Terre est au coeur de toutes les missions d’exploration martiennes.

La quête de l’ESA a débuté il y a seize ans, le 2 juin 2003, avec le lancement de Mars Express. L’orbiteur a photographié à ce jour la presque totalité de la surface et continue de renvoyer une mine de données, y compris les preuves d’un passé plus humide. Et où il y a eu de l’eau, il y a pu y avoir de la vie.

Image
Les chiffres clés de la mission Mars Express
En 2016, l’ESA et Roscomos ont lancé l'orbiteur d'étude des gaz à l'état de traces (TGO), qui est avec ses 3,7 tonnes l’engin spatial le plus lourd en orbite autour de Mars à ce jour. TGO procède à un inventaire détaillé des gaz atmosphériques de Mars et vise à établir si certains de ces gaz auraient une origine géologique ou biologique. La sonde procède également à une cartographie détaillée de la glace d’eau ou des minéraux hydratés présents à faible profondeur sous la surface de Mars.

TGO a également un rôle de relais de communication, dans un premier temps pour l’atterrisseur Insight et le rover Curiosity de la NASA, actuellement sur Mars. Il sera le principal relais de communication de la seconde mission ExoMars, qui comprendra un rover et une plateforme scientifique. Le lancement de cette mission est prévu en juillet 2020, pour une arrivée aux environs de Mars prévue en mars 2021.

Après sa descente de la plateforme scientifique et une étude des alentours, le rover, nommé Rosalind Franklin, localisera des sites scientifiquement intéressants à examiner. Il extraira des échantillons du sol à une profondeur de 2m, une zone protégée des radiations qui bombardent la surface. Ces échantillons seront analysés dans le laboratoire embarqué dans le but d’y trouver d’éventuelles preuves de vie.

Image
Vue d'ensemble de la mission de retour d'échantillons
Le rover de la NASA Mars 2020 atterrira également au début de l’année 2021 afin d’explorer le delta d’une ancienne rivière. En plus de ses objectifs scientifiques, il collectera et stockera des échantillons de sol dans des récipients de la taille d’un stylo. L’ESA étudie des concepts pour un rover qui récupérerait ces échantillons, environ 500g au total, et les amènerait jusqu’à un dispositif de la taille d’un ballon de football qui serait mis en orbite autour de Mars par une mission de la NASA. Une troisième mission, dirigée par l’ESA, localiserait les échantillons en orbite et les ramènerait en toute sécurité sur Terre.

Image
Infographie: vue d'ensemble de la mission de retour d'échantillons
Le retour d’échantillons de Mars sera un moment charnière de l’exploration spatiale. Cela permettra d’effectuer des études qui ne sont pas possibles dans les laboratoires embarqués, même très sophistiqués, et, c’est peut-être le plus important, de faire des découvertes à l’avenir, lorsque les techniques d’analyse se seront améliorées.

Il est crucial de mieux comprendre l’environnement martien avant que l’humanité ne pose le pied sur la planète rouge. Les échantillons n’auront pas seulement une importance scientifique, ils aideront également à évaluer les risques liés à la poussière dans le sol, tant du point de vue de la santé que de l’exploitation des équipements. Ils nous donneront également des informations sur la manière d’utiliser les ressources de la planète, un aspect essentiel à la création d’un environnement autonome pour des séjours de longue durée sur Mars.

L’Europe participe également à la mission Martian Moons Exploration de l’Agence spatiale japonaise, la JAXA, qui vise à étudier les deux lunes de Mars et à ramener sur Terre un échantillon de Phobos.

Source: ESA

Répondre