[News] Des systèmes de chauffage urbain de cinquième génération avec la climatisation en prime

Les grands ouvrages...

Modérateur : Modérateurs

Redbran
Messages : 1082
Inscription : 16/05/2015 - 10:01:33
Activité : Profession libérale ou Indépendant

[News] Des systèmes de chauffage urbain de cinquième génération avec la climatisation en prime

Message par Redbran » 01/06/2019 - 14:00:17

Dans une économie circulaire, le chauffage urbain présente des avantages considérables, mais les systèmes actuels souffrent encore de pertes de chaleur et ne sont pas en mesure d’utiliser toutes les sources de chaleur existantes. Les nouveaux systèmes de chauffage et de refroidissement urbains imaginés dans le cadre du projet FLEXYNETS pourraient résoudre ces problèmes et bien plus encore.

Image
Vous souvenez-vous de la crise pétrolière de 1973 en Europe? Elle n’a pas été forcément dépourvue d’avantages pour tous les pays européens. Le Danemark, par exemple, a décidé d’investir massivement dans le chauffage urbain à la suite du quadruplement des prix du pétrole. 63 % de la population danoise est désormais desservie par des réseaux de chauffage urbain. Des décennies plus tard, le changement climatique a amené les décideurs européens à prendre conscience du potentiel de cette technologie: elle contribue à améliorer l’efficacité énergétique, à réduire les émissions de CO2 et la dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles, ainsi qu’à réduire les coûts d’exploitation.

Les systèmes de chauffage urbain existants sont toutefois en train de vieillir. Les systèmes à la pointe de la technologie ne sont quant à eux pas aussi efficaces qu’ils pourraient l’être. Les températures de fonctionnement, généralement élevées (environ 80-90 °C pour les réseaux de troisième génération), entraînent par exemple des pertes de chaleur importantes. Il y a également diverses sources d’énergie – chaleur perdue et énergies renouvelables – qui ne sont toujours pas exploitées par la génération actuelle de réseaux de chauffage urbain.

FLEXYNETS propose de résoudre ce problème en faisant fonctionner les réseaux à des températures plus basses. «Nous nous sommes penchés sur des réseaux de chauffage et de refroidissement urbains (réseaux DHC) fonctionnant à température “neutre”, entre 15 et 30 °C. Cela permettrait non seulement de réduire les pertes de chaleur de manière significative, mais également de collecter la chaleur perdue à basse température ainsi que la chaleur d’origine renouvelable disponible le long des canalisations», explique le Dr Roberto Fedrizzi, responsable du groupe de recherche à l’Institut des énergies renouvelables d’EURAC Research et coordinateur du projet.

L’aspect le plus novateur de ces réseaux DHC de cinquième génération réside peut-être dans la façon dont ils permettent à chaque client, non seulement de puiser de l’énergie dans le réseau, mais aussi de l’alimenter à partir de la climatisation et de la réfrigération ayant lieu dans ses propres locaux.

«Nous utilisons des pompes à chaleur réversibles pour échanger de la chaleur entre les canalisations et le client», explique le Dr Fedrizzi. «Ils peuvent puiser de la chaleur dans le réseau en cas de besoin pour le chauffage des locaux et des douches, mais ils peuvent aussi rejeter la chaleur provenant de l’air conditionné dans le réseau. Cette chaleur rejetée peut être ensuite réutilisée pour le chauffage de locaux par d’autres clients.»

Un autre aspect innovant réside dans la manière dont les pompes à chaleur, en utilisant de l’électricité, permettent de coupler le secteur thermique et le secteur électrique. Selon le Dr Fedrizzi, cela ouvre la voie à de nouveaux scénarios de gestion pour le secteur du chauffage urbain, dans la mesure où le réseau peut être utilisé pour consommer de l’électricité pendant les heures creuses des réseaux électriques et pour stocker de l’énergie thermique en cas de besoin.

Outre le développement de ces technologies, FLEXYNETS a également réfléchi aux meilleures façons de les utiliser. Le consortium a notamment étudié les configurations de réseau les plus efficaces dans des contextes urbains sélectionnés. Dans les cas élaborés, l’utilisation des réseaux FLEXYNETS a permis de réduire les pertes de chaleur de 75 % par rapport aux solutions classiques, bien que cet avantage ait été partiellement neutralisé par une consommation électrique plus forte.

En outre, compte tenu de toutes les possibilités envisagées (coûts d’exploitation réduits grâce à la chaleur perdue peu onéreuse, coûts d’électricité réduits pour l’utilisateur final et climatisation de locaux proposée en tant que service), l’exploitation d’un réseau de cinquième génération serait moins coûteuse que la combinaison des systèmes classiques de chauffage urbains et des systèmes de climatisation des locaux, assurée par des unités séparées. Le consortium FLEXYNETS est convaincu que le gestionnaire de réseau peut également bénéficier de revenus supplémentaires grâce aux nouveaux services pouvant être désormais proposés.

«Les exploitants de réseaux de chauffage urbain et les fournisseurs d’électricité ont manifesté un vif intérêt», conclut le Dr Fedrizzi. «Je prévois un taux de croissance élevé, mais il est encore nécessaire de mener un certain nombre de projets de démonstration. Un des projets que nous avons l’intention de réaliser consiste à construire et moderniser huit réseaux à basse température.»

Pour plus d'information voir: Projet FLEXYNETS

Source: © Union européenne, [2019] / CORDIS

Avatar de l’utilisateur
cisou9
Messages : 10029
Inscription : 12/03/2006 - 15:43:01
Activité : Retraité
Localisation : Pertuis en Lubéron
Contact :

Re: [News] Des systèmes de chauffage urbain de cinquième génération avec la climatisation en prime

Message par cisou9 » 01/06/2019 - 18:29:42

________________ :_salut:
«Nous utilisons des pompes à chaleur réversibles pour échanger de la chaleur entre les canalisations et le client», explique le Dr Fedrizzi. «Ils peuvent puiser de la chaleur dans le réseau en cas de besoin pour le chauffage des locaux et des douches, mais ils peuvent aussi rejeter la chaleur provenant de l’air conditionné dans le réseau. Cette chaleur rejetée peut être ensuite réutilisée pour le chauffage de locaux par d’autres clients.»
Le problème c'est qu'en été avec la clim tout le monde va envoyer des calories dans le RU et il y aura surchauffe et en hiver tout le monde va pomper de la chaleur et le système va geler !! ____ :clapclap: ____
Un homme est heureux tant qu'il décide de l'être et nul ne peux l'en empêcher.
Alexandre Soljenitsyne.

Répondre