[News] Les réseaux cérébraux à l’origine de la conscience de soi enfin identifiés

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Isabelle
Messages : 11151
Inscription : 02/09/2004 - 10:49:47

[News] Les réseaux cérébraux à l’origine de la conscience de soi enfin identifiés

Message par Isabelle » 21/09/2019 - 14:00:17

D’où vient la conscience de son propre corps ? C’est l’étude de cerveaux lésés qui permet aujourd’hui de montrer qu’être conscient de ses mouvements nécessite la contribution conjointe de 3 réseaux cérébraux. L’un est responsable de la surveillance sensorimotrice, les deux autres du maintien et de la mise à jour des croyances sur soi. Ce nouveau mécanisme d’association entre le corps et l’esprit a été découvert grâce à la mise en commun de bases de données cliniques à l’échelle internationale. Ce travail est publié dans la revue Elife.

Image
Figure: Réseaux de la conscience motrice. (a) vue médiane de l'hémisphère droit (gauche) vue latérale de l'hémisphère droit (droite). Le système prémoteur (bleu et vert), le système limbique (rouge), le système attentionnel (jaune). ©Michel Thiebaut de Schotten
Les récentes études sur le cerveau humain ont montré que l’esprit est inscrit dans la matière cérébrale et non pas séparé du corps comme le postulaient les anciennes théories dualistes. L’association entre le cerveau et l’esprit est particulièrement évidente chez les patients atteints de lésions cérébrales du lobe frontal qui montrent des changements de personnalité radicaux. De la même façon, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) provoquent fréquemment une paralysie du corps qui s’accompagne parfois d’un déni complet de ce nouvel handicap moteur. Comme si le cerveau refusait d’accepter la perte motrice du bras ou de la jambe. On parle alors d’anosognosie (absence de reconnaissance consciente par l’esprit) de l’hémiplégie (paralysie de la moitié du corps). L’exemple d’un échange type entre un patient ayant subi un AVC et son neuropsychologue parle de lui-même.

Le neuropsychologue « Bougez votre bras gauche »

Le patient ne bouge pas.

Le neuropsychologue « Avez-vous bougé votre bras gauche ?»

Le patient « oui »

Encore récemment, les mécanismes biologiques responsables de ce phénomène étaient inconnus. Dans le cadre d'une collaboration internationale avec l'Italie et le Royaume Uni , les chercheurs ont rassemblé et analysé 10 années de recherche sur l’anosognosie pour l’hémiplégie, ce qui représente pas moins d’une centaine de patients atteints d’AVC. Grâce au nouveau logiciel (BCBtoolkit http://toolkit.bcblab.com), les chercheurs ont pu modéliser les dommages engendrés par les lésions vasculaires sur la communication entre toutes les régions du cerveau. L’étude fine de ces lésions a montré que l’anosognosie pour l’hémiplégie se produit lors de la déconnexion simultanée de 3 réseaux.

Ces réseaux incluent (1) le système prémoteur, sans lequel l’organisation du mouvement est perdue, (2) le système limbique, sans lequel la mémoire ne fonctionne plus, et (3) le système attentionnel ventral sans lequel la vigilance n’est plus possible.

Ces 3 réseaux sont apparus fortement complémentaires et leur interaction s’avère essentielle à la capacité de reconnaître consciemment la paralysie de la moitié du corps. Ces résultats sont une preuve supplémentaire que les fonctions cérébrales de haut-niveau reposent sur une forte interaction entre les réseaux cérébraux plutôt que sur une région isolée.

Contact chercheur:
Michel Thiebaut de Schotten - Chercheur CNRS à l'Institut des maladies neurodégénératives (CNRS / Université de Bordeaux / CEA / Inria)
michel.thiebaut at gmail.com

Source: CNRS INSB

Pendesinialessandro
Messages : 221
Inscription : 04/08/2015 - 11:34:31
Activité : Enseignant ou Chercheur

Re: [News] Les réseaux cérébraux à l’origine de la conscience de soi enfin identifiés

Message par Pendesinialessandro » 22/09/2019 - 7:35:01

Bonjour
…... L’étude fine de ces lésions a montré que l’anosognosie pour l’hémiplégie se produit lors de la déconnexion simultanée de 3 réseaux…..Dit l’article

Quelques précisions :
Les troubles en lien avec la conscience comprennent l’héminégligence (la prise de conscience d’une moitié de l’espace, généralement la gauche), l’aboulie (incapacité d’initier toute action volontaire), le mutisme akinétique (défaut de production spontanée du langage parlé, alors que la répétition est fréquemment intacte), l’anosognosie et le déficit de mémoire « autonoétique » (l’incapacité de se souvenir de ses propres pensées).
- Nous n’avons jamais vraiment accès aux tréfonds de notre être. Nous restons dans l’ignorance des vraies raisons, inconscientes, de nos comportements, et cela nous empêche de les prédire, dès que nous sortons de la routine des activités quotidiennes. La maxime grecque : « Connais-toi toi-même », lorsqu’elle s’applique aux détails de nos comportements, décisions, actes n’est qu’un idéal inaccessible.
Notre moi n’est qu’une base de données imparfaite, formatée selon les mêmes règles que notre connaissance des autres, donc pétrie de zones d’ombre, de malentendus et d’aveuglement.... :yxt:

P.S. –« Aucun appareil d’imagerie cérébrale –affirme Stanislas Dehaene- ne visualisera (probablement) jamais les décharges des neurones que contient le cerveau humain au moment où il accède à la conscience -et même s’il le pouvait, nous ni comprendrions pratiquement rien ». Seule une théorie mathématique peut expliquer comment le mental se réduit au neuronal. Il n’existe aucun « moi » qui contemple le théâtre de la conscience : c’est le théâtre lui-même qui constitue le mécanisme du « moi ». ;)

Répondre