[News] Les maladies de l’oeil chez les astronautes

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 17195
Inscription : 02/06/2004 - 18:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] Les maladies de l’oeil chez les astronautes

Message par Adrien » 30/11/2019 - 8:00:08

Une méthode pour mesurer les propriétés mécaniques de l’oeil afin de prédire les maladies qui l'affecteront et désigner les astronautes à risque avant qu’ils partent en orbite, voilà ce que proposent les chercheurs Santiago Costantino et Mark Lesk.

Image
Crédit: Getty
En collaboration avec l’Agence spatiale canadienne et la NASA, les deux chercheurs québécois de l’Université de Montréal et du Centre de recherche de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR), qui fait partie du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, désirent mettre à profit leur expertise relative à la mesure de la rigidité de l’oeil pour éviter aux astronautes les conséquences néfastes sur leur vision des voyages dans l'espace.

Image
Santiago Costantino Crédit: HMR
«Il est essentiel de s’intéresser à la santé oculaire des astronautes, puisque les répercussions négatives du manque de gravité sont claires et préoccupantes», explique Santiago Costantino, professeur au Département d'ophtalmologie de l'Université de Montréal et directeur de l'Unité de recherche en biophotonique du Centre de recherche de l’HMR.

En effet, de nombreux astronautes qui vont dans l’espace plus d’un mois développent le spaceflight associated neuro-ocular syndrome (SANS), qui touche principalement leurs nerfs optiques. La maladie entraîne une importante déformation du globe oculaire et des plis se forment sur la rétine. De retour sur Terre, certains astronautes guérissent en quelques semaines, alors que d’autres ont des problèmes de vision pendant des années.

«Cette méthode de mesure et d’évaluation permettrait de cibler les astronautes qui risquent de présenter les symptômes du SANS, nocifs à leur santé et susceptibles aussi de nuire aux succès des missions d’exploration spatiale», dit le professeur Costantino. Comme les symptômes s’accentuent avec la durée du séjour, il s’agit d’une préoccupation majeure pour les missions de trois ans planifiées sur Mars.

Une technologie non invasive conçue au Québec

Image
Mark Lesk Crédit: HMR
En 2015, une équipe de chercheurs du Centre de recherche de l’HMR, dont font partie les Drs Costantino et Lesk, a inventé une technologie non invasive pour mesurer la rigidité de l’oeil. Ils l’ont depuis appliquée cliniquement en la testant auprès de 400 patients atteints de glaucome. Cette méthode de dépistage consiste à mesurer le volume de sang qui entre dans l’oeil à chaque battement de coeur. La rigidité est calculée à partir des changements du volume sanguin et de la pression à l’intérieur de l’oeil.

«Comme la déformation du globe oculaire est une caractéristique chez les astronautes de retour sur Terre, notre hypothèse de travail est que la rigidité va influencer le degré de déformation de l’oeil. Concrètement, un oeil plus résistant serait moins déformé», indique Mark Lesk, médecin ophtalmologiste, professeur au Département d'ophtalmologie de l'Université de Montréal et chercheur à l'Unité de recherche sur les mécanismes pathophysiologiques du glaucome du Centre de recherche de l’HMR.

Une étude en trois temps: de Houston, puis l’espace, jusqu’au retour sur Terre

Au cours des prochains mois, pour vérifier leur hypothèse, les chercheurs vont prendre des mesures sur des astronautes à trois reprises: avant le départ, sur la base à Houston; pendant le vol, dans la Station spatiale internationale; puis au retour, pour voir la progression de la maladie. Les sujets étant rares - seulement une poignée d’astronautes s’envolent pour l’espace chaque année -, les chercheurs prévoient publier des résultats préliminaires d’ici deux ans.

Source: Université de Montréal

Avatar de l’utilisateur
POB
Messages : 641
Inscription : 08/05/2011 - 8:16:13
Activité : Retraité

Re: [News] Les maladies de l’oeil chez les astronautes

Message par POB » 01/12/2019 - 12:19:54

Pfff !
Il y a des gens de science qui CROIENT toujours que les humains pourront un jour quitter la Terre, sortir de la protection du champ magnétique terrestre et aller loin.
Il faudrait au minimum rester dans l'ombre portée de notre chère planète mais cela ne permettrait pas d'aller à plus de 500 000km, ce qui est peu quand on a projeté d'aller vers Mars. Et même dans le cône d'ombre, cela ne permettrait pas de survivre du fait de l'exposition aux rayons cosmiques. Hors du cône d'ombre, pas de quartier : le vent solaire aurait vite fait de griller les aventuriers, quelques secondes et l'affaire serait terminée.
La mission Apollo avait surtout pour but d'épuiser les Russes et de mettre au point des lanceurs capables de leur balancer de la mort subite au cas où ils auraient voulu jouer aux apprentis sorciers. Les 6 missions "lunaires" ne quittèrent jamais la magnétosphère et se limitèrent à tourner quelques jours en orbite. Les mauvais films montrés aux naïfs du monde entier ne furent que de la mauvaise propagande, tournés sur la base 51 ou dans des studios anglais sous la direction de Stanley Kubrick.
Mission accomplie, les Russes ayant lâché l'affaire, il ne fut plus question de "retourner" sur la Lune, où la main de l'homme ne mit évidemment jamais le pied.
---
Depuis quelques années, on a donc entrepris de lancer un projet encore plus aberrant : un vol habité vers Mars.
C'est du délire complet et les gens de la NASA le savent très bien, mais c'est - comme le projet Apollo - une excellente pompe à phynances qui aurait ravi Alfred Jarry.
On a le droit d'imaginer qu'avec le progrès technique un tel vol sera un jour possible, cela fait vendre des films débiles et des bouquins qui tombent des mains, l'argent des gogos a la même valeur que celui des sceptiques. Les problèmes techniques sont gigantesques et ce n'est que de la technique, donc le progrès y apportera des réponses.
Il en va tout autrement des problèmes biologiques, là il n'y aura pas à tortiller : hors de la magnétosphère terrestre qui protège la planète des rayonnements à haute énergie du soleil et du cosmos, aucune forme de vie n'est possible.
Et cela ne changera pas dans les siècles qui suivront le nôtre.
---
En attendant, cela fait rêver les naïfs qui "croient", faute d'avoir les connaissances pour comprendre que tout ça c'est du roman de gare.
:bieres:
C'est une grande misère de n'avoir pas assez d'esprit pour parler, ni assez de jugement pour se taire. (La Bruyère)

Avatar de l’utilisateur
cisou9
Messages : 10097
Inscription : 12/03/2006 - 15:43:01
Activité : Retraité
Localisation : Pertuis en Lubéron
Contact :

Re: [News] Les maladies de l’oeil chez les astronautes

Message par cisou9 » 05/12/2019 - 19:57:57

POB a écrit :
01/12/2019 - 12:19:54
En attendant, cela fait rêver les naïfs qui "croient", faute d'avoir les connaissances pour comprendre que tout ça c'est du roman de gare. :bieres:
Madame Pob je sais tout et les autres sont des imbéciles.
Vous n'êtes pas la pensée unique !! :fada: :fada2:
Un homme est heureux tant qu'il décide de l'être et nul ne peux l'en empêcher.
Alexandre Soljenitsyne.

Répondre