[News] Cerveau humain et menaces animales: des bébés détectent en priorité les serpents

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Isabelle
Messages : 13555
Inscription : 02/09/2004 - 10:49:47

[News] Cerveau humain et menaces animales: des bébés détectent en priorité les serpents

Message par Isabelle » 11/05/2020 - 13:00:37

Dans une nouvelle étude de l’ULB Neuroscience Institute (UNI) publiée dans la revue Scientific Reports, des chercheurs de l’ULBabyLab/CO3 ont observé une réponse neuronale spécifique aux serpents dans le cerveau de bébés de moins d’un an, suggérant l’existence d’une prédisposition...
Vous devez être connecté sur le forum pour lire cette actualité et voir ses photos/vidéos.
Se connecter | Créer un compte

Noxx
Messages : 114
Inscription : 20/08/2008 - 9:16:02

Re: [News] Cerveau humain et menaces animales: des bébés détectent en priorité les serpents

Message par Noxx » 11/05/2020 - 17:37:16

Et si au lieu d'une image de serpent, ils avaient mis une image de ver de terre (ne pas oublier qu'il s'agit de nourrisson de 8 mois), ils auraient dit : menaces animales : les bébés sont nul, il détectent en priorité les vers de terre ? Un autre belge aurait dit : "ceci n'est pas une pipe".
Typiquement le genre de recherche qui montrent plus les a priori des chercheurs qu'autre chose...

Pendesinialessandro
Messages : 267
Inscription : 04/08/2015 - 11:34:31
Activité : Enseignant ou Chercheur

Re: [News] Cerveau humain et menaces animales: des bébés détectent en priorité les serpents

Message par Pendesinialessandro » 12/05/2020 - 10:19:05

Ces résultats suggèrent donc l'existence d'une prédisposition phylogénétique à détecter les serpents sur base de leurs caractéristiques visuelles, qui pourrait favoriser le développement ultérieur de peurs liées à ces reptiles. De manière plus générale, ils montrent que le cerveau humain a évolué de sorte à détecter rapidement des menaces récurrentes au cours de l'évolution…..Dit justement l’article.

A noter que la peur que nous pouvons ressentir à la vue d’un serpent, devient réellement consciente quelques millièmes de seconde APRES que les zones visuelles l’aient repéré. Cet exemple –qui bien entendu n’est pas unique- reflète l’universalité des expressions émotionnelles, propre du cerveau limbico-amygdalien, révèle que le programme émotionnel d’action n’est nullement acquis, mais inné et automatisé.

Même si nos prédispositions pour des fonctions mentales comme l’intelligence, le langage, l’émotion (la peur d’un serpent,ou de quelque chose qui lui ressemble, un bâton par exemple), le vide (*) etc.. sont innées, nous ne pouvons pas pour autant expliquer leurs différences entre les gens en termes uniquement génétiques. Aussi important qu’ils soient, les gènes contribuent plus à la détermination des traits de personnalité qu’ils ne la dictent. A noter que la même prédisposition génétique peut avoir des conséquences psychologiques divergentes suivant le contexte culturel de l’individu.
(*) Il existe toutefois des exceptions : tous les bébés n’ont pas la même réaction face au vide ! Confrontés à un faux vide apparent, certains bébés réagissent comme des adultes et manifestent un état d’hésitation ou panique, d’autres ne manifestent aucune appréhension et avancent sans extérioriser aucune crainte ou vertige !

Face à une nouvelle situation qui nous surprend, (c’est signe que nous pensions –ou ressentions que cet événement avait une certaine probabilité de se produire) ; notre encéphale, à ce moment, fait un calcul de probabilité. De même, le cerveau du bébé manifeste des réactions de surprise très élaborées en effectuant des calculs de probabilité. Il devient un calculateur probabiliste, qui manipule un ensemble de probabilités et les utilise pour anticiper sur la suite (probable) des événements qui se déroulent. Ce qui implique une étonnante prédisposition innée de raisonnement implicite, non conscient. :rD

Noxx
Messages : 114
Inscription : 20/08/2008 - 9:16:02

Re: [News] Cerveau humain et menaces animales: des bébés détectent en priorité les serpents

Message par Noxx » 12/05/2020 - 19:57:14

Que peut reconnaître un bébé de 8 mois en 16 centièmes de seconde ? Pour les auteurs c'est sûr qu'il a reconnu un serpent ou quelque chose qui renvoie à l'idée de serpent. Toutes leurs conclusions en découlent.
C'est pratique pour ça les bébés : c'est pas eux qui vont contester les affirmations de cette équipe. Le serpent comme archétype de la peur fondamentale, avec la Bible en toile de fond ? :lol: :lol:
Pour moi ce ne sont que des conclusions hâtives basées sur leurs propres présupposés. La confusion que font ces chercheurs entre une chose et la représentation de cette chose est un manque de précaution.
Si la peur des serpents est innée, alors présenter des serpents à des bébés devrait suffire à le démontrer. Mais je suppose que cette expérience là ne donne pas des résultats aussi clairs ? Alors on imagine des "trucs" technologiques mais qui, à mon avis, multiplient les biais expérimentaux.
Bref cette expérience parle plus de l'état de la recherche en neuroscience que des prédispositions phylogénétiques des Humains.

Pendesinialessandro
Messages : 267
Inscription : 04/08/2015 - 11:34:31
Activité : Enseignant ou Chercheur

Re: [News] Cerveau humain et menaces animales: des bébés détectent en priorité les serpents

Message par Pendesinialessandro » 13/05/2020 - 9:50:53

Bonjour
Certes, quand on parle de prédispositions (peu importe lesquelles) on se limite à affirmer que celles-ci sont INNEES et pas acquises ou épiphénoménales !
Si j’ai bien lu, l’article ne fait aucune allusion à que le bébé sache ce qu’est un serpent (ou tout animal dangereux) ou connaisse son éventuelle dangerosité !.... Il est simplement prédisposé à partir d’un certain âge et degré culturel acquis, au mieux à s’en méfier ou ressentir une peur naturelle (acquise il y a belle lurette pendant l’évolution cérébrale humaine et transmise génétiquement à sa descendance), fuir ou se protéger.

Un enfant de quelques mois n’a pas la connaissance innée qu’un tigre est un tigre, pas plus qu’un serpent est un serpent, etc… mais, à partir de 2-3 ans on peut avoir celle, face à un gros animal avec des yeux vers l’avant et des dents effilées s’approchant à petits pas, qu’il s’agit d’un dangereux prédateur, et être automatiquement inquiet. De même, à un âge bien plus avancé et une connaissance culturelle appropriée on reçoit automatiquement une petite décharge d’adrénaline et on s’éloigne de ce qui serpente dans l’herbe, quitte qu’ensuite, après environ 1/3 de seconde, on reconnaisse l’éventuelle innoquité de l’animal, ou d'un bâton qu'on a confondu avec un serpent... :yxt:

NB -Quand il s’agit de détecter et de répondre au danger, le cerveau (amygdale, hypothalamus et tronc cérébral) n’a pas tellement changé. D’une certaine manière, nous sommes des lézards en émoi. Nous devons apprendre de quoi avoir peur, mais pas comment. Sans oublier que ce sont principalement les peurs notamment maternelles qui prédisposent –ou amplifient- les peurs (irrationnelles) infantiles. Et que plus ces peurs sont ouvertement exprimées par la mère devant l’enfant, plus elles seront importantes chez ce dernier. Mais aussi que la peur irrationnelle peut n’être rien qu’une fausse alerte induite par une distorsion culturelle, notamment religieuse !

Répondre