[News] Vaccins: Les étapes de production

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 23564
Inscription : 02/06/2004 - 18:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78

[News] Vaccins: Les étapes de production

Message par Adrien » 14/11/2020 - 9:00:02

Normalement, il faut jusqu’à dix ans pour passer de la recherche initiale à la distribution d’un vaccin à grande échelle. Selon le site de la chaîne de télé History, le vaccin contre les oreillons aurait été, en 1967, le plus rapide de l’histoire à être homologué, après seulement 4 ans. Avec la COVID-19, on espère livrer un vaccin en un temps record, soit à la fin du premier semestre de 2021, maisrien n’est garanti. Malgré l’urgence, les équipes qui travaillent sur les vaccins doivent franchir avec succès toutes les étapes avant que leur vaccin soit commercialisé. Au début d’octobre, on recensait plus de 200 études en cours, dont une dizaine avaient att...
Vous devez être connecté pour lire la suite de cette actualité et voir ses photos/vidéos.
Se connecter | Créer un compte

Pendesinialessandro
Messages : 289
Inscription : 04/08/2015 - 11:34:31
Activité : Enseignant ou Chercheur

Re: [News] Vaccins: Les étapes de production

Message par Pendesinialessandro » 16/11/2020 - 11:46:44

Bonjour
Le modus operandi décrit dans l’article est manifestement pertinent.
C’est grâce aux vaccins que certaines maladies (polio, rougeole, variole, tétanos etc…) ont pu être éradiquées.
Ce qui, à mon avis ne l’est pas c’est la procédure de l’homologation et l’homologation elle-même (pour lesquelles les laboratoires dépendent souvent des multinationales pharmaceutiques, d’où les conflits d’intérêt !) ainsi que les prix injustifiés -voire abusifs- de certains médicaments qui laissent plus qu’à désirer !
Comment pouvons-nous croire en nos institutions quand :
-Les laboratoires pharmaceutiques ont un tel pouvoir sur elles ?
-Elles ne réclament pas la transparence sur le contenu des vaccins ?
-Le remdesivir des laboratoires Gilead, à 390€ la dose, n’a jamais marché, contrairement à l’hydroxychloroquine, à 4,17€ la dose, lorsqu’elle est donnée dès les premiers symptômes.
Mais, il a suffit d’une étude «pipée » dans le Lancet (l’un des grands journaux de médecine) pour qu’Olivier Véran, ministre de la Santé, interdise la prescription du médicament simple et peu cher… à l’encontre de la liberté de prescrire des médecins eux-mêmes.
Autre élément notable, la présence d’infectiologues payés par les laboratoires pharmaceutiques dans le « conseil scientifique » du président Macron, comme l’a démontré Mediapart en mai dernier. (see https://www.marianne.net/societe/118000 ... e-labos-et)
A noter que Yazdan Yazdanpanah, infectiologue notoirement corrompu par Gilead, n’a toujours pas quitté le conseil scientifique (See http://www.francesoir.fr/societe-sante/ ... equipe-de- )......

La Commission européenne compte 30.000 lobbystes agréés, venant des horizons les plus divers : les intérêts économiques et industriels bien sûr, mais aussi les syndicats, les ONG, les consultants de multinationales. Chacun a sa petite cellule d’influence à Bruxelles. On compte près de 2500 bureaux différents. Il faut bien reconnaître que les situations de corruption rôdent toujours. Le Sunday Times, foncièrement anti-européen, avait ainsi tendu un piège à des parlementaires européens en se faisant passer pour un lobby et en leur proposant 100.000€ pour changer leur vote. 14 eurodéputés s’étaient montrés prêts à étudier la proposition…La Commission européenne a parfois tendance à considérer que ses intérêts privés sont tout autant, voire plus, légitimes que les intérêts défendus par les Etats membres. Elle écoutera plus volontiers une entreprise privée qu’un représentant d’un Etat membre suspecté de vouloir rogner sur ses pouvoirs. Dans la vision de la Commission, un gouvernement est plus suspect qu’un lobby privé ! :non:

L’industrie pharmaceutique accorde éventuellement des réductions. Personne ne sait à combien elles s’élèvent ni si le prix réduit est ou non raisonnable. Ce système va à l’encontre de toutes les règles de la démocratie, où les décideurs doivent justifier leur choix, et il joue le jeu de l’industrie pharmaceutique. Car cette dernière essaie surtout, durant les négociations de prix avec les différents pays, de tirer au maximum la couverture vers elle. Même avec la meilleure volonté du monde, la sécurité sociale –vous et moi, donc- ne peut continuer à financer un tel système..... :grrr:

Répondre