[News] La diminution du volume cérébral humain plus récente qu’on ne le croyait

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Isabelle
Messages : 13568
Inscription : 02/09/2004 - 10:49:47

[News] La diminution du volume cérébral humain plus récente qu’on ne le croyait

Message par Isabelle » 03/11/2021 - 13:00:27

Durant les derniers quelques millions d’années, notre lignée du genre Homo a vu son mode de vie radicalement transformé. On est passé de chasseurs cueilleurs, à agriculteurs, à travailleurs autonomes tout seul chez soi devant son ordinateur avec des rencontres Zoom toute la journée... Je blague un peu, mais il est vrai qu’aucune autre espèce n’a connu de tels changements comportementaux durant la même période. Or le cerveau de l’australopithèque puis des différentes lignées du genre Homo a vu, durant les 6-7 derniers millions d’années, son volume tripler ou quadrupler, une explosion de volume absente chez nos plus proches cousins les chimpanzés. Cet accroissement ...
Vous devez être connecté pour lire la suite de cette actualité et voir ses photos/vidéos.
Se connecter | Créer un compte

Noxx
Messages : 140
Inscription : 20/08/2008 - 9:16:02

Re: [News] La diminution du volume cérébral humain plus récente qu’on ne le croyait

Message par Noxx » 03/11/2021 - 21:06:38

Tout ça c'est du bla-bla théorique basé sur l'à priori, pourtant démenti depuis longtemps, d'un lien entre volume cérébral et intelligence. 985 fossiles mesurés, éparpillés sur 9 millions d'années, dans des états de conservation variable, sans ternir compte que le volume du cerveau varie d'un individu à l'autre, au cours de la vie, suivant l'état de santé, suivant la taille, du gars qui le mesure... Vous croyez que 985, c'est même pas l'échantillon d'un sondage électoral, donne une image un tant soit peu pertinente de l'ensemble de l'Humanité ? On fait une grosse moyenne pour annuler l'ampleur des variations observées et les écarts du nombre d'individus mesurés dans les populations et on en tire des conclusions définitives sur des écarts dérisoires (de 3.18 à 3.11 log10(cc)) : ce n'est pas du travail rigoureux.
Sérieusement, on n'a pas suffisamment de données anciennes solides pour affirmer une régression du volume cérébral pour notre espèce. Mais depuis Morton au XIXe siècle, c'est un dada récurrent de certains chercheurs étasuniens. Je ne parle même pas de l'analogie avec les fourmis...

Répondre