Augmentation des troubles neurologiques chez les enfants
Publié par Publication le 23/02/2014 à 12:00
Paillasse de laboratoire de chimie
Illustration: Wikimedia Commons/Cjp24
Selon une nouvelle étude de la Harvard School of Public Health (HSPH) et Icahn École de médecine de Mount Sinai, des produits chimiques pourraient être la cause d'une récente augmentation des handicaps du développement neurologique chez les enfants, comme l'autisme (Le terme autisme tend a désigner aujourd'hui un trouble affectant la personne dans trois domaines principaux:), le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention, et la dyslexie (La dyslexie est un trouble de l'apprentissage de la lecture, liée à une difficulté particulière à identifier les lettres, les syllabes ou les mots qui se manifeste en l'absence de tout déficit visuel, auditif ou...). Les chercheurs informent qu'il est urgent de contrôler l'utilisation de ces substances.

"La préoccupation est le grand nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d'enfants qui sont touchés par des problèmes de développement du cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses...)", a déclaré Philippe Grandjean , professeur adjoint de la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) environnementale à l'HSPH. "Ils souffrent d'une durée de l'attention réduite, de retard de développement, et de mauvais résultats scolaires. Certains produits chimiques industriels semblent en être la cause".

Le rapport fait suite à une étude similaire menée par les auteurs en 2006 qui ont identifié cinq produits chimiques industriels "neurotoxiques", ou des produits chimiques qui peuvent causer des déficiences du cerveau. La nouvelle étude offre des résultats mis à jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son...) au sujet de ces produits chimiques et ajoute des informations sur six risques nouvellement reconnus, y compris le manganèse, le fluorure, le chlorpyrifos et le DDT (pesticides), le tétrachloroéthylène (un solvant), et les polybromodiphényléthers (retardateurs de flamme).

L'étude décrit également les liens possibles entre ces substances neurotoxiques nouvellement reconnues et des effets négatifs sur la santé des enfants. Les résultats mettent ainsi en cause:
- le manganèse qui est associée à la fonction intellectuelle diminuée et à une motricité défaillante. 
- les solvants sont liés à l'hyperactivité et les comportements agressifs. 
- certains types de pesticides peuvent causer des retards cognitifs.

Messieurs Grandjean et Philip Landrigan, prévoient également que de nombreux autres produits chimiques autres que la douzaine identifiés comme neurotoxiques connus contribuent à une "pandémie (Une pandémie (du grec ancien πᾶν / pãn (tous) et δῆμος / dễmos (peuple)) est une épidémie touchant une...) silencieuse" des déficits neuro-comportementaux qui affectent l'intelligence, et perturbent le comportement des enfants. La lutte contre cette pandémie est difficile en raison de la rareté des données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) pour orienter la prévention (La prévention est une attitude et/ou l'ensemble de mesures à prendre pour éviter qu'une situation (sociale, environnementale, économique..) ne se dégrade, ou qu'un...), et l'énorme quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la valeur d’une collection ou un groupe de choses.) de preuves nécessaires pour la réglementation gouvernementale. "Très peu de produits chimiques ont été réglementés en raison de la neurotoxicité développementale", écrivent-ils.

Les auteurs affirment qu'il est essentiel de contrôler l'utilisation de ces produits chimiques pour protéger le développement du cerveau des enfants dans le monde (Le mot monde peut désigner :) entier. Ils proposent le dépistage (Le dépistage, en médecine, consiste en la recherche d'une ou de plusieurs maladies ou d'anomalies dites "à risques" chez les individus d'une population donnée. Ces investigations sont suivies ou non de consultations...) obligatoire des produits chimiques industriels et la formation d'une nouvelle commission internationale pour évaluer les produits chimiques industriels potentiellement neurotoxiques.

"Le problème est d'envergure (L'envergure est la distance entre les extrémités des ailes. Le terme est valable pour définir un oiseau, un chiroptère, un avion (ou planeur).) internationale, et la solution doit donc être aussi internationale", a déclaré Grandjean. "Nous avons les moyens mis en place pour tester les produits chimiques industriels pour des effets nocifs sur le développement du cerveau des enfants, il est maintenant temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) de rendre le dépistage obligatoire".

Pour plus d'information voir (en anglais) "Neurobehavioural effects of developmental toxicity"; Philippe Grandjean, Philip J Landrigan; Lancet Neurol 2014, Published Online February 15, 2014 http://www.thelancet.com/journals/laneu ... 3/fulltext
Page générée en 1.216 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique