Un ballon pour étudier Mars
Publié par Adrien le 19/02/2009 à 00:00
Source: flashespace.com
Il y a quelques années, le CNES avait développé un ballon pour explorer Mars. Malheureusement, la sonde russe qui devait le transporter jusqu'à la planète rouge a été perdue lors de son lancement, en novembre 1996. Aujourd'hui, la NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace ») plus connue sous son abréviation NASA, est l'agence gouvernementale responsable du programme spatial des...) s'y intéresse sérieusement.

L'Agence spatiale (Une agence spatiale est un organisme d'État ayant pour but d'étudier l'Espace et de développer et gérer des programmes spatiaux) américaine vient d'attribuer à Aurora Flight Sciences un contrat portant sur le développement d'un système capable de déployer un ballon à partir de la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent...) martienne. L'idée serait de l'installer sur un rover ou un lander et de le mettre en service très peu de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) après l'atterrissage (L’atterrissage désigne, au sens étymologique, le fait de rejoindre la terre ferme. Le terme recouvre cependant des notions différentes suivant qu'il est...) sur Mars.

A charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne...) pour la firme américaine de concevoir un système qui préserve l'intégrité de l'enveloppe du ballon lors de son déploiement, le gros point (Graphie) noir identifié. Les scientifiques craignent qu'elle ne soit endommagée par les vents, les roches environnantes ou s'accroche à certains des équipements de l'atterrisseur (Un atterrisseur (lander en anglais) désigne en dans le domaine de l'astronautique un engin spatial embarqué dans un véhicule spatial destiné à se poser sur la surface d'un astre (ou d'un...) comme au mat porte-instruments par exemple

L'utilisation de ballons pour explorer les objets du Système Solaire (Le système solaire est un système planétaire composé d'une étoile, le Soleil et des corps célestes ou objets définis...), du moins ceux possédant une atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :), présente de nombreux avantages. Dans le cas de Mars, ces avantages sont au nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de 3. Ils sont capables de survoler de très grandes surfaces, ils n'ont pas besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes...) d'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) et ne possèdent pas de mécanismes délicats à faire fonctionner entre + 20 °C et - 100 °C.

A la limite c'est plus fiable que des engins de surface (landers / rovers). Les rovers MER (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) sont une exception. Bien qu'en activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) depuis plus de 5 ans, ils ont parcouru 'seulement' une dizaine de kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide en...) chacun.

Lorsqu'un ballon sera lâché dans l'atmosphère, il ne volera pas de façon continue. Il s'élèvera dans la journée à mesure que le Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification...) chauffe le gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume propre : un gaz tend à occuper tout le...) contenu dans l'enveloppe et se laissera dériver au gré des vents. A la nuit tombée, le gaz se contractera ce qui fera descendre le ballon jusqu'à le poser sur le sol.

Des instruments seront évidement embarqués, ont peut penser que la NASA s'inspire du ballon martien (Martien est un nom générique qui désigne plusieurs types de créatures imaginaires censées vivre sur mars. Selon la version la plus répandue, les martiens, également...) du CNES (Mars96) et soit donc équipé d'une très longue corde utilisée autant pour porter des instruments que freiner l'engin.

Le ballon n'a pas que des avantages. Un des inconvénients est que l'on ne peut pas prévoir sa trajectoire (La trajectoire est la ligne décrite par n'importe quel point d'un objet en mouvement, et notamment par son centre de gravité.) qui dépend de la direction des vents, et sa durée de vie (La vie est le nom donné :) qui dépendra évidemment de la solidité de l'enveloppe et sa capacité à éviter autant que possible que le gaz contenu ne s'échappe, ce qu'il fera de toute façon. Une enveloppe ne sera jamais étanche à 100 %. Le ballon fonctionnera tant qu'il aura la capacité de monter et redescendre.

D'un point de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et...), les ballons, les engins de surface et les satellites (Satellite peut faire référence à :) se complètent. On ne peut pas les comparer les uns aux autres tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) simplement parce qu'ils n'ont pas les mêmes objectifs. Par rapport aux engins de surface, les ballons ont une meilleure capacité à balayer une surface plus grande ce qui permet d'étudier un plus grand nombre d'échantillons de terrains différents. Par rapport aux satellites, dans certains domaines le retour scientifique est plus intéressant si les données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) sont acquises à seulement quelques kilomètres d'altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. C'est une des composantes géographique et...) plutôt que plusieurs dizaines de kilomètres.

Page générée en 0.200 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique