Les bébés relient l'émotion d'une voix à celle d'un visage
Publié par Isabelle le 18/04/2018 à 12:00
Source: Université de Genève (UNIGE)
A six mois, les bébés font-ils vraiment la différence entre colère et joie, ou reconnaissent-ils seulement les caractéristiques physiques de ces émotions? Des chercheurs de l'UNIGE apportent une première réponse.


Durées de toutes les fixations oculaires d'un bébé après l'écoute (Sur un voilier, une écoute est un cordage servant à régler l'angle de la voile par rapport à l'axe longitudinal du voilier et en conséquence l'angle d'incidence du vent sur la voile. Il y a une...) d'une voix de joie. La taille des surfaces bleues représente la durée des fixations oculaires et les traits représentent les saccades oculaires. (UNIGE)

La capacité des bébés à différencier des expressions émotionnelles semble se développer durant les 6 premiers mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.). Mais reconnaissent-ils vraiment l'émotion ou distinguent-ils seulement des caractéristiques physiques des visages ou des voix ? Des chercheurs de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au...) de Genève (UNIGE) viennent d'apporter une première réponse à cette question. Ils ont mesuré la capacité des bébés de 6 mois à faire le lien entre une voix entendue (voix de joie ou de colère) et l'expression émotionnelle d'un visage vu (visage de joie ou de colère). Leurs résultats, à lire dans la revue PLOS ONE (PLoS One est une revue scientifique exclusivement en ligne couvrant tous les domaines de la biologie et de la médecine sans distinction, qui a été lancée à fin 2006. Un des objectifs de PLoS One est de...), montrent que les bébés fixent plus longtemps un visage de colère – et plus particulièrement la bouche (La bouche (encore dénommée cavité buccale ou cavité orale) est l'ouverture par laquelle la nourriture d'un animal entre dans son corps. Le mot gueule s'utilise aussi, mais avec un sens familier...) – s'ils ont entendu auparavant une voix de joie. Cette réaction à la nouveauté témoigne ainsi pour la première fois de leur capacité précoce à transférer une information émotionnelle de la modalité auditive à la modalité visuelle.

Dès le plus jeune âge, les émotions font partie de notre vie (La vie est le nom donné :). L'expression des émotions est le premier outil (Un outil est un objet finalisé utilisé par un être vivant dans le but d'augmenter son efficacité naturelle dans l'action. Cette augmentation se traduit par la simplification des actions entreprises, par une plus grande...) à disposition des bébés pour communiquer avec leur entourage. Les bébés expriment leurs émotions par leurs postures, leur voix et leurs expressions faciales dès la naissance. Ces attitudes permettent aux personnes qui en prennent soin d'adapter leurs comportements à leur état affectif. Par exemple, à travers leurs pleurs, les bébés parviennent à exprimer leur détresse et leurs besoins primaires (être nourris, changés, couchés). Mais l'inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est un élément y tel que x·y = y·x = 1, si 1 désigne...) est-il vrai, se sont demandé les chercheurs de l'UNIGE, emmenés par le professeur Edouard Gentaz, président de la Section de psychologie de la Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation et membre du CISA? Les bébés sont-ils capables de reconnaitre les émotions exprimées par les adultes? Adaptent-ils leurs comportements en fonction des émotions auxquelles ils sont exposés?

Des compétences précoces pour discriminer les émotions

La capacité des bébés à différencier des expressions émotionnelles semble se développer durant les 6 premiers mois de vie. Dans les premiers mois, les nouveau-nés et les bébés ont une préférence pour les visages souriants et les voix joyeuses. Avant 6 mois, ils discriminent la joie de différentes autres expressions comme la peur, la tristesse ou la colère. A partir de 7 mois, ils développent la capacité à discriminer entre plusieurs autres expressions faciales. Les bébés semblent donc posséder des compétences précoces pour la discrimination des émotions mais les reconnaissent-ils vraiment ou distinguent-ils seulement des caractéristiques physiques des visages ou des voix?

Afin de répondre à cette question, 24 bébés de 6 mois ont participé à une étude au babylab de Genève. Les bébés ont été exposés à des voix et des visages émotionnels exprimant la joie et la colère. Au cours d'une première phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) de familiarisation auditive, le bébé est face à un écran (Un moniteur est un périphérique de sortie usuel d'un ordinateur. C'est l'écran où s'affichent les informations saisies ou demandées par l'utilisateur et...) noir et écoute une voix neutre, joyeuse ou en colère durant 20 secondes. Dans une deuxième phase, celle de la discrimination visuelle qui dure 10 secondes, il est face à deux visages émotionnels, l'un exprimant la joie et l'autre la colère.

En s'appuyant sur la technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) d'eye-tracking (oculomètre), l'équipe de chercheurs a mesuré de manière très précise les mouvements oculaires du bébé. Ils ont ainsi pu déterminer si le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) de regard pour l'un ou l'autre des visages émotionnels — ou pour des zones particulières du visage (bouche ou yeux) — varie en fonction de la voix écoutée. Si les bébés regardent autant les deux visages, il n'est pas possible de conclure à une différence. "En revanche, s'ils regardent nettement plus longtemps l'un d'eux, on peut affirmer qu'ils sont capables d'établir une différence entre les deux visages", souligne Amaya Palama, chercheuse au sein du Laboratoire du développement sensori-moteur affectif et social de la Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation de l'UNIGE.

Les bébés préfèrent ce qui est nouveau et surprenant

Les résultats de cette étude révèlent que les bébés de 6 mois n'ont pas de préférence pour l'un ou l'autre des visages émotionnels s'ils ont entendu une voix neutre ou exprimant la colère. En revanche, ils regardent plus longtemps le visage exprimant la colère – et plus particulièrement la bouche de ce visage – après avoir entendu une voix exprimant la joie. Cette préférence visuelle pour la nouveauté de la part des bébés de 6 mois témoigne ainsi de leur capacité précoce à transférer une information émotionnelle de joie de la modalité auditive à la modalité visuelle.

En conclusion, cette étude qui permet de conclure que les bébés de 6 mois sont capables de reconnaitre une émotion de joie, indépendamment de ces caractéristiques physiques auditives ou visuelle, fait partie d'un projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une grande diversité de...) visant à étudier le développement des capacités de discrimination des émotions dans l'enfance financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne...) (FNS).

Contact chercheuse:
Amaya Palama - Chercheuse au Laboratoire du développement sensori-moteur affectif et social
Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation de l'UNIGE

Référence publication:
PLOS ONE
DOI: 10.1371/journal.pone.0194579
Page générée en 0.283 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique