Climat: une menace supplémentaire pour les primates

Publié par Adrien le 27/11/2020 à 09:00
Source: ASP
À l'extrême nord du Venezuela, l'île Margarita abrite des capucins bruns. Ces "sapajous" (Sapajus apella) pourraient bien disparaître. Pas à cause des chasseurs ou des agriculteurs -mécontents qu'ils pillent les champs de maïs- mais plutôt à cause de la température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et...) moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de...), qui avoisine désormais les 30 degrés C.


C'est trop chaud pour ce petit singe (Un singe (du latin simius, pluriel Simia) est un animal faisant partie du groupe constitué par...) omnivore à l'habitat limité. Et il n'est pas le seul: les lémurs de Madagascar (Madagascar (Madagasikara en malgache), ou la République de Madagascar (Repoblikan'i...), certains macaques indonésiens et d'autres singes africains, seraient particulièrement vulnérables aux variations du climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une...) en raison de la petite taille de leurs territoires, conclut une récente étude québécoise.

"C'est très difficile, car ils ne peuvent pas échapper à ces hausses de température. Ils vont diminuer leurs activités et moins s'alimenter. Cela affectera aussi leur reproduction", résume la doctorante au Département de géographie (La géographie (du grec ancien γεωγραφία...), urbanisme (L’urbanisme est à la fois un champ disciplinaire et un champ professionnel recouvrant...) et environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et...) de l'Université Concordia (L’Université Concordia (dérivé de la devise de Montréal, Concordia...) et co-auteure de l'étude, Brogan Stewart.

On savait que la déforestation, la perte de biodiversité (La biodiversité est la diversité naturelle des organismes vivants. Elle s'apprécie...) et le braconnage, faisaient partie des menaces pesant sur les primates (Les primates (du latin primas, atis signifiant « celui qui occupe la première...). Il faudra dorénavant ajouter les changements climatiques: déjà, la hausse de température annuelle dépasse souvent le seuil limite pour un quart des singes autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne...) de la planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de...).

Pour son analyse, la jeune chercheuse a comparé la répartition de 426 espèces de primates avec la variation des températures régionales et saisonnières par unité d'émission de CO2 pour chaque zone de répartition. C'est ainsi qu'elle a constaté qu'un quart des espèces de primates (27%) vivent dans des zones limites pour conserver un mode de vie (La vie est le nom donné :) assurant leur bonne reproduction. Ils sont donc particulièrement vulnérables aux changements climatiques.

L'étude montre que la température moyenne de certaines des régions occupées par ces espèces dépasse d'ores (ORES, l'Opérateur des Réseaux Gaz & Électricité est le l'opérateur des...) et déjà leur seuil de tolérance (ou "température maximale préindustrielle"). Qui plus est, neuf d'entre elles vivent au sein d'habitats de moins de 12 000 km2 - et sept n'ont plus qu'une seule aire de répartition - et sont donc classées comme menacées d'extinction (D'une manière générale, le mot extinction désigne une action consistant à éteindre quelque...) par l'Union internationale pour la conservation de la nature.

Brogan Stewart a ainsi élaboré des cartes montrant les zones les plus problématiques, afin de cibler les efforts de conservation pour chaque espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type »...) et dans chaque pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue...). "Si nous connaissons les zones les plus à risque dans les habitats des primates, nous pouvons essayer de les protéger. Dans le cas extrême où l'habitat entier des primates est potentiellement inapproprié, les cartes pourraient servir d'indication (Une indication (du latin indicare : indiquer) est un conseil ou une recommandation, écrit...) pour les espèces qui nécessitent une migration assistée", relève la chercheuse.


Les espèces qui vivent sur les îles, tels que les capucins bruns de l'île (Une île est une étendue de terre entourée d'eau, que cette eau soit celle d'un cours d'eau, d'un...) Margarita, sont particulièrement vulnérables au changement de climat. Les autres régions qui mettent les primates à risque se situent autour de l'équateur, entre les latitudes de 20°N et 10°S.

Les risques climatiques des primates

Cette étude en écologie climatique se distingue des autres par son approche, commente Dominique Berteaux, titulaire de la Chaire de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) du Canada en biodiversité nordique. "S'intéresser à la température moyenne annuelle en augmentation par rapport aux températures les plus chaudes de la période préindustrielle s'avère original".

Il faut toutefois rester prudent dans son interprétation, modère ce professeur à l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...) du Québec à Rimouski. Il y a inévitablement de la subjectivité, "comme le seuil limite, à prendre avec des pincettes; les auteurs de l'étude en sont conscients. Il reste difficile d'établir toutes les conditions relatives à la vulnérabilité (En gestion des risques, la vulnérabilité d'une organisation ou d'une zone...) des espèces, car elles peuvent s'adapter et montrer parfois une surprenante résilience", relève-t-il.

Les résultats les plus inquiétants de l'étude s'inscrivent cependant dans une tendance générale indéniable, à l'effet qu'une hausse de température rapide entraîne des conséquences dramatiques sur les espèces tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) autour de la planète. "La tendance est là: l'aire de répartition des espèces se modifie. On le voit au Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) avec des déplacements d'orignaux, d'ours (Les ours (ou ursinés, du latin ŭrsus, de même sens) sont de grands mammifères...) noirs ou de castors, et les espèces plus spécialisées vont être celles qui s'adapteront le moins", tranche ce spécialiste de la biodiversité nordique.

Celles qui pourront peut-être bénéficier d'une hausse de température, comme l'ours blanc (L'ours blanc ou ours polaire (Ursus maritimus) est un grand mammifère carnivore originaire des...) -une étude récente souligne que l'abondance de phoques profite aux ours - ne sont pas légion. "Cela reste l'exception et cette situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un...) demeure temporaire car les ours souffriront de la perte de leur habitat en raison du climat" soutient le Pr Berteaux.

Les 9 espèces de primates que nos petits-enfants risquent de ne pas connaître

L'Union internationale pour la conservation de la nature recense 9 espèces en danger d'extinction:
- le singe à queue solaire (Allochrocebus solatus) du Gabon (classé vulnérable);
- le mangabey de la rivière (En hydrographie, une rivière est un cours d'eau qui s'écoule sous l'effet de la...) Tana (Cercocebus galeritus) du Kenya (en voie de disparition);
- le macaque (Le mot macaque vient du portugais macaco, qui signifie « singe », ce mot...) maure (Macaca maura) vit à Sulawesi en Indonésie (L'Indonésie, officiellement la République d'Indonésie (en indonésien Republik...) (en voie de disparition);
- le macaque à crête de Celebes (Macaca nigra) qui vit à Sulawesi (Indonésie) et sur les petites îles voisines (en danger critique d'extinction);
- le macaque de Gorontalo (Macaca nigrescens), qui vit aussi sur l'île de Sulawesi (vulnérable);
- le colobus rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait...) de la rivière Tana (Piliocolobus rufomitratus) au Kenya (en voie de disparition); - le Peleng tarsier (Tarsius pelengensis) de Peleng, en Indonésie (en voie de disparition);
- le Sangihe tarsier (Tarsius sangirensis) de l'île de Sangir, en Indonésie (en voie de disparition);
- et le tarsier de l'île de Siau (Tarsius tumpara), en Indonésie (en danger critique).
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.643 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique