A la découverte des rêveries
Publié par Michel le 22/01/2007 à 00:00
Source: EurekAlert! et Science
Les rêveries semblent être des réactions du cerveau humain lorsque celui-ci n'est pas suffisamment stimulé, selon des études qui, à l'aide d'imagerie encéphalique, tracent les régions du cerveau actives. D'autres régions sont actives pendant les tâches stimulantes.

Malia F. Mason et ses collègues ont étudié ce processus de réflexion indépendant de stimulus en saisissant l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) cérébrale de patients, à l'aide de l'imagerie (L’imagerie consiste d'abord en la fabrication et le commerce des images physiques qui représentent des êtres ou des choses. La fabrication se faisait jadis soit à la main, soit par...) par résonance (Lorsqu'on abandonne un système stable préalablement écarté de sa position d'équilibre, il y retourne, généralement à travers des oscillations propres. Celles-ci se...) magnétique fonctionnelle (En mathématiques, le terme fonctionnelle se réfère à certaines fonctions. Initialement, le terme désignait les fonctions qui en prennent d'autres en argument. Aujourd'hui, le terme a été étendu, et il...) (IRMf), tandis que ceux-ci effectuaient des tâches simples et monotones. Les chercheurs ont aussi observé les patients en train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de plusieurs voitures (pour transporter des personnes)...) d'effectuer des tâches plus stimulantes et originales.

Les auteurs décrivent un réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un...) de régions corticales par défaut qui sont actives lorsque le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du...) est au repos ou en train de rêver pendant une tâche trop bien connue par le patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant une attention médicale ou à qui est...). En effectuant des tâches plus originales, l'activité cérébrale des participants se modifie dans les régions corticales par défaut. En plus des tests par IRMf, les patients ont eux-mêmes déclaré qu'ils rêvassaient davantage pendant des tâches monotones. Mason et ses collègues démontrent qu'entre des activités stimulantes, le cerveau revient à son activité par défaut: la rêverie.

Page générée en 5.797 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique