Les éléphants préhistoriques aussi sociables que les actuels

Publié par Michel le 23/02/2012 à 00:00
Source: CNRS
Si les éléphants sont des animaux sociables, leurs ancêtres préhistoriques l'étaient aussi. C'est ce que révèle un site exceptionnel d'empreintes d'éléphants vieilles de sept millions d'années dans le désert d'Arabie. Les pistes tracées sont les plus longues jamais révélées pour des mammifères et constituent le plus ancien indice d'interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein d'un système. C'est une action réciproque qui suppose l'entrée en contact de sujets.) sociale chez les éléphants préhistoriques. Tels sont les résultats d'une équipe internationale dans laquelle sont impliqués des chercheurs de l'IPHEP (1) (CNRS/Université de Poitiers). Cette étude fait l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par...) d'une publication dans Biology Letters du 22 février 2012.


Une reconstruction de la harde de Mleisa 1 (l'éléphant représenté est Stegotetrabelodon, la forme fossile (Un fossile (dérivé du substantif du verbe latin fodere : fossile, littéralement « qui est fouillé ») est le reste (coquille,...) la plus fréquente dans la formation de Baynunah).
© Mauricio Antón

Il y a sept millions d'années, la péninsule arabique était traversée d'un système de rivières qui débouchait au niveau de ce qui est aujourd'hui Abu Dhabi.

C'est là, sur le site de Mleisa 1, qu'une équipe internationale dans laquelle sont impliqués des chercheurs de l'IPHEP (CNRS/Université de Poitiers) a découvert, sur une surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière...) de cinq hectares, des empreintes fossilisées d'éléphants datées de cette même époque. Dégagées par l'érosion récente, des pistes tracées, extraordinairement (2) longues, mesurent, pour certaines, plus de 250 mètres. Au nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de treize, ces pistes ont été laissées par une harde (3) d'éléphants préhistoriques de tailles et de poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est égale à...) divers, mêlant jeunes et adultes.


Le premier auteur de l'étude, Faysal Bibi, dégage une empreinte d'éléphant sur le site de Mleisa 1.
© Mark Beech

Tout comme leurs congénères actuels, les éléphants préhistoriques avaient donc un comportement grégaire. Chez l'actuel, les femelles adultes s'assemblent en hardes incluant les jeunes, tandis que les mâles s'éloignent des groupes à la puberté (La puberté est une étape du développement humain marquant la transition de l'enfance à l'adolescence (fertilité). Elle se signale notamment par une croissance rapide...) pour ne revenir qu'aux périodes de reproduction. La présence à Mleisa 1 d'une piste isolée de 260 mètres formée de pas et d'empreintes de grande taille fait supposer un comportement solitaire des mâles, comme actuellement.

Cette étude est d'autant plus intéressante qu'elle permet de mettre en évidence des comportements impossibles à révéler à partir des os et des dents fossilisés.

L'étude et l'interprétation des différentes pistes dans leur totalité comme dans les moindres détails ont été effectuées grâce à la reconstitution virtuelle du site. Par cette méthode, il a été révélé l'ampleur des pistes ainsi que l'importance paléontologique du site.

Cette étude fait partie du programme de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par...) Baynunah Paleontology Project. L'analyse des empreintes, des os et des dents fossilisés trouvés non loin du site contribueront à la reconstruction de l'évolution environnementale de la péninsule arabique. A cette période, la péninsule faisait partie intégrante du continent (Le mot continent vient du latin continere pour « tenir ensemble », ou continens terra, les « terres continues ». Au sens propre, ce terme...) africain et le "rameau humain" y effectuait ses premiers pas.

Ces recherches font l'objet de financements d'Abu Dhabi Authority for Tourism and Culture, de la National Science Foundation (États-Unis), de l'institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel...) international de paléoprimatologie, paléontologie (La paléontologie est la science qui étudie les restes fossiles des êtres vivants du passé et les implications évolutives de ces...) humaine: évolution et paléoenvironnements (CNRS/Université de Poitiers) et de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux...) de Yale.


Nathan Craig, coauteur de l'étude, effectue la saisie des données d'imagerie (L’imagerie consiste d'abord en la fabrication et le commerce des images physiques qui représentent des êtres ou des choses. La fabrication se faisait jadis soit à la main, soit par impression...) numérique (Une information numérique (en anglais « digital ») est une information ayant été quantifiée et échantillonnée, par opposition à une information dite...) grâce à un appareil photo suspendu à un cerf-volant (Le cerf-volant, au pluriel des cerfs-volants, est un engin volant plus lourd que l'air, c'est-à-dire un aérodyne, habituellement sans passager et manœuvré ou simplement rattaché au sol à l'aide d'un ou...).
© Faysal Bibi


Un zoom sur les pistes d'éléphants de Mleisa 1 de l'image recomposée. Les différentes pistes sont surlignées en couleur.
© The authors & the Baynunah Paleontology Project


Notes:

(1) Institut international de paléoprimatologie, paléontologie humaine: évolution et paléoenvironnements.

(2) Les pistes de mammifères, jusqu'à présent découvertes, dépassent rarement les dizaines de mètres.

(3) Troupeau (En zoologie et en élevage, un troupeau est un grand groupe d'animaux vivant ensemble. Le terme s'emploie habituellement à propos des mammifères, et en particulier des ongulés.) d'ongulés sauvages.


Référence:

Early evidence for complex social structure in Proboscidea from a late Miocene trackway site in the United Arab Emirates (Emirates (en arabe : الإمارات), est une compagnie aérienne basée à Dubaï, elle est la plus importante compagnie des Émirats arabes unis....), Bibi F., Kraatz B., Craig N., Beech M., Schuster M., and Hill A. Biology Letters, 2012, doi: 10.1098/rsbl.2011.1185.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.803 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique