Fascinant: l'organe reproducteur de cet animal est capable de se séparer de son corps et devenir autonome !

Publié par Cédric le 24/11/2023 à 08:00
Auteur de l'article: Cédric DEPOND
Source: Scientific Reports
...
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Un groupe de chercheurs dirigé par le Professeur Toru Miura de l'Université de Tokyo a percé le mystère du processus de reproduction des vers segmentés nommés Megasyllis nipponica. Cette espèce se distingue par une méthode de reproduction unique appelée "stolonisation", dans laquelle la partie postérieure du corps, remplie de gamètes, se détache pour former une unité reproductrice autonome, nommée "stolon (Le stolon est un organe végétal de multiplication asexuée. C'est une tige aérienne...)".


Cette stolonisation implique la séparation de la partie postérieure contenant les organes reproducteurs du ver (Les vers constituent un groupe très hétérogène d'animaux invertébrés...) annélide original. Ce fragment détaché, le stolon, abrite des gamètes et a la capacité de nager indépendamment, favorisant la dispersion (La dispersion, en mécanique ondulatoire, est le phénomène affectant une onde dans un...) des gamètes sur de plus grandes distances et protégeant le corps initial des dangers environnementaux.

La formation du stolon débute avec la maturation des gonades à l'extrémité postérieure, suivie de l'apparition d'une tête, d'organes sensoriels tels que des yeux et des antennes, ainsi que de poils de nage. Avant de se détacher, le stolon développe même un système nerveux central, lui permettant d'agir de manière autonome.


La formation de la tête du stolon a longtemps intrigué les scientifiques. Les observations histologiques ont révélé que les gènes responsables du développement de la tête sont exprimés de manière significative dans la région médiane (Le terme de médiane, du latin medius, qui est au milieu, possède plusieurs acceptations en...) de l'extrémité postérieure du corps original. Cette adaptation des processus de développement réguliers permet au ver de générer une tête au sein de sa partie postérieure pour contrôler son comportement de reproduction.

Les gènes Hox, qui déterminent la segmentation corporelle, étaient initialement supposés s'exprimer différemment le long de l'axe antéro-postérieur. Cependant, les observations ont montré que leur expression demeurait constante, expliquant ainsi l'uniformité des segments corporels du stolon, à l'exception de la tête et de la queue.

Le ver Megasyllis nipponica présente la capacité de se séparer de la partie postérieure de son corps, intégrant ses organes reproducteurs. Cette partie, appelée stolon, développe une tête et des organes sensoriels, lui permettant d'agir de manière autonome pour faciliter sa reproduction.

Cette étude fascinante sur la stolonisation ouvre la voie à de nouvelles recherches pour comprendre les mécanismes de détermination du sexe et les régulations endocriniennes impliquées dans le cycle de reproduction des annélides. Le Professeur Miura souligne l'importance de ces découvertes pour explorer les intrications de cette méthode de reproduction unique chez Megasyllis nipponica. Cette incroyable adaptation évolutive illustre par ailleurs à quel point (Graphie) la nature peut être ingénieuse, déployant des stratégies uniques pour la survie et la reproduction (La Reproduction. Eléments pour une théorie du système d'enseignement est un ouvrage...) au sein du règne animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un...).
Page générée en 0.400 seconde(s) - site hébergé chez Contabo | English version
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique