Le Japon se lance officiellement dans la course aux processeurs

Publié par Adrien le 03/03/2007 à 00:00
Source: BE Japon numéro 433 (16/02/2007) - Ambassade de France au Japon / ADIT
Les quatre grands constructeurs de semi-conducteurs japonais Toshiba, Renesas Technology (filiale commune de Hitachi Ltd et Mitsubishi Electric Corp.), NEC Electronics et Fujitsu vont signer un accord concernant la standardisation de puces gravées à 32 nm ce mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) de mars.

Cette annonce, qui succède de peu à celle faite par IBM (International Business Machines Corporation (IBM) est une société multinationale américaine présente dans les domaines du matériel informatique, du...) et Intel concernant la commercialisation prochaine de leurs puces à 45 nm, positionne le Japon comme un concurrent des constructeurs américains et coréens.


L'Intel 4004, considéré comme
le premier microprocesseur (Un microprocesseur est un processeur dont les composants ont été suffisamment miniaturisés pour être regroupés dans un unique circuit intégré. Fonctionnellement, le...) de l'histoire

L'utilisation de nouveaux matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) pour intégrer les circuits électroniques de puces à 32 nm représente un investissement de centaines de milliards de yens (plusieurs milliards d'euros). Afin de rendre rentable cette activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) pour le Japon, le Ministère de l'économie, du commerce et de l'industrie japonais (METI) a enjoint les quatre constructeurs à s'unir dans la standardisation de la puce à 45 nm, réalisée l'an dernier et à mutualiser les coûts de développement de la puce à 32 nm afin d'en faire leur produit phare et de se placer dans la nouvelle course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.) aux processeurs.

Si le Japon a récemment montré quelques faiblesses sur le marché des semi-conducteurs avec le retard de la construction de la nouvelle usine de puces de Toshiba ou le ralentissement (Le signal de ralentissement (de type SNCF) annonce une aiguille (ou plusieurs) en position déviée qui ne peut être franchie à la vitesse normale de...) des investissements de Sony sur ce marché, la nouvelle bataille qui débute actuellement devrait redéfinir une nouvelle donne dans l'industrie des semi-conducteurs. Elle déterminera le constructeur capable de réussir le saut technologique et de fournir les investissements nécessaires pour se lancer dans la production à grande échelle (La grande échelle, aussi appelée échelle aérienne ou auto échelle, est un véhicule utilisé par les sapeurs-pompiers, et qui emporte une échelle escamotable...). Avec cet accord de coopération, le soutien financier du METI et les marchés des téléphones portables, des consoles de jeux vidéo (La vidéo regroupe l'ensemble des techniques, technologie, permettant l'enregistrement ainsi que la restitution d'images animées, accompagnées ou non de son, sur un support adapté à l'électronique et non de type...) et des PC aux capacités graphiques grandissantes très demandeurs en circuits électroniques, le Japon entend se maintenir sur un marché compétitif mais qui peut lui être favorable.

Tandis que les constructeurs américains ont annoncé la commercialisation et l'intégration à grande échelle de leurs puces à 45nm pour le deuxième semestre 2007, les quatre constructeurs japonais estiment la mise en place de leur standard à 32nm pour 2009.

Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.673 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique