Un lien entre la consommation de glucides raffinés et l'attractivité du visage

Publié par Adrien le 02/11/2020 à 09:00
Source: CNRS INEE
La surconsommation actuelle de glucides raffinés est à l'origine de nombreuses pathologies. Les mécanismes physiologiques associés à cette surconsommation suggèrent que des traits non médicaux impliqués dans la vie sociale pourraient également être affectés, tels que l'attractivité du visage. C'est ce qu'ont montré des chercheurs de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un...) des Sciences de l'Evolution de Montpellier (ISEM-Université de Montpellier/CNRS/IRD/EPHE) dans des travaux publiés dans la revue Evolutionary Psychology.

Depuis la seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de...) moitié du XXe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une...), une augmentation massive (Le mot massif peut être employé comme :) de la consommation de glucides raffinés s'est produite, générant des effets indésirables sur la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) maintenant bien décrits (e.g. obésité (L'obésité est l'état d'une personne, ou d'un animal, souffrant d'une hypertrophie de la masse adipeuse, qui se traduit par un excès de...), résistance à l'insuline (L'insuline (du latin insula, île) est une hormone peptidique sécrétée par les cellules β des îlots de Langerhans du...), diabète (Le diabète présente plusieurs formes, qui ont toutes en commun des urines abondantes (polyurie). Le mot « diabète » vient du grec ancien...) de type II, maladies cardiovasculaires...). Certains mécanismes physiologiques associés à cette surconsommation, notamment les hyperglycémies et hyperinsulinémies chroniques, suggèrent que des traits non médicaux comme l'attractivité du visage pourraient également être affectés.

Afin d'explorer cette possibilité, des chercheurs de l'Institut des Sciences de l'Evolution de Montpellier (ISEM-Université de Montpellier/CNRS/IRD/EPHE) ont étudié l'attractivité du visage chez des hommes et des femmes, en fonction de leur consommation de glucides raffinés. L'attractivité a été mesurée au moyen de l'évaluation de leurs visages par des juges de sexe (Le mot sexe désigne souvent l'appareil reproducteur, ou l’acte sexuel et la sexualité dans un sens plus global, mais se réfère aussi aux différences physiques distinguant les hommes et les...) opposé ( En mathématique, l'opposé d’un nombre est le nombre tel que, lorsqu’il est à ajouté à n donne zéro. En botanique, les organes d'une plante sont dits opposés lorsqu'ils sont...). Les estimations de leur consommation de glucides raffinés se sont basées sur la charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu...) glycémique (marqueur des réponses glycémiques et insuliniques) de trois repas à risque glycémique plus élevé (petit-déjeuner, goûter et collation entre les repas).


Échantillon de produits riches en glucides raffinés. © CNRS-Valérie Durand

Dans un article paru dans Evolutionary Psychology, les chercheurs ont mis en évidence que les individus ayant une alimentation induisant des charges glycémiques plus élevées lors des collations entre les repas, ont des visages évalués comme étant plus attractifs. Ceci reste valable en contrôlant statistiquement pour l'âge chronologique, l'âge apparent, un indice de féminité/masculinité et le statut socio-économique. Les analyses suggèrent que ce résultat est peut-être lié à une augmentation de l'âge apparent pour les hommes et une augmentation de la féminité pour les femmes. Relativement aux autres repas étudiés, les collations entre les repas pourraient mieux refléter la consommation chronique de glucides raffinés de par leur écologie particulière.

Expliquer l'association entre une consommation élevée de glucides raffinés (responsable de nombreux problèmes de santé), et une plus grande attractivité du visage, demeure un paradoxe (Un paradoxe est une proposition qui contient ou semble contenir une contradiction logique, ou un raisonnement qui, bien que sans faille apparente,...) à éclaircir.

Les objectifs de développement durable

Ces recherches contribuent à l'objectif 3 santé et bien-être (Le bien-être ou bienêtre est un état qui touche à la santé, au plaisir, à la réalisation de soi, à l'harmonie avec soi et les autres. René Dubos présente la santé comme...). En effet, cette étude montre que les glucides raffinés affectent potentiellement en plus des effets délétères sur la santé, des traits impliqués dans la vie (La vie est le nom donné :) sociale. Or, l'importance des relations sociales sur la santé est maintenant reconnue: les personnes ayant un bon niveau de relations sociales ont une survie augmentée. La qualité des relations sociales intervient également: les relations sociales négatives sont associées à une plus forte mortalité.

Références

Berticat C, Durand V, Raymond M. Refined carbohydrate consumption and facial attractiveness. Evolutionary Psychology.
DOI:10.1177/1474704920960440
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.383 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique