Des micelles activables par une réaction bioorthogonale pour contrôler la libération d'un médicament
Publié par Adrien le 14/05/2019 à 08:00
Source: CNRS INC
Le développement de nanoparticules capables de libérer sélectivement des médicaments au sein des tumeurs présente un grand intérêt afin d'augmenter l'efficacité des chimiothérapies anticancéreuses, tout en limitant les effets secondaires rencontrés lors des traitements classiques.

Des chercheurs du Commissariat à l'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) atomique (CEA) et de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for...) de chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec...) des milieux et des matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) de Poitiers (IC2MP - CNRS/Université de Poitiers) ont élaboré une stratégie (La stratégie - du grec stratos qui signifie « armée » et ageîn qui signifie « conduire » - est :) inédite qui permet, in vivo, la libération contrôlée de principes actifs encapsulés dans des micelles activables grâce à une réaction bioorthogonale dite de "click & release". Dans cette approche, la nanoparticule micellaire est administrée en combinaison (Une combinaison peut être :) avec une "gâchette" moléculaire bioorthogonale. Ces deux partenaires sont inertes lorsqu'ils ne sont pas localisés ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un...) dans les tissus cancéreux. En revanche, au niveau de la tumeur (Le terme tumeur (du latin tumere, enfler) désigne, en médecine, une augmentation de volume d'un tissu, clairement délimitée sans précision de cause.), la "gâchette" est activée par une enzyme (Une enzyme est une molécule (protéine ou ARN dans le cas des ribozymes) permettant d'abaisser l'énergie d'activation d'une réaction et d'accélérer jusqu'à des millions de fois les réactions chimiques...), ce qui provoque la destruction du nanomatériau (Un nanomatériau est un matériau possédant des propriétés particulières à cause de sa structure nanométrique. Elle est habituellement issue de la...) et la libération de son contenu.

Cette stratégie de double ciblage, avec un déclenchement contrôlé à la fois par une réaction enzymatique et une réaction bioorthogonale, pourrait conduire à des thérapies plus sélectives des tumeurs solides. Ces travaux ont fait l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une...) d'une publication dans Angewandte Chemie International Edition.


© Porte et al. 2019

Références

Karine Porte, Brigitte Renoux, Elodie Péraudeau, Jonathan Clarhaut, Balkis Eddhif, Pauline Poinot, Edmond Gravel, Eric Doris, Anne Wijkhuisen, Davide Audisio, Sébastien Papot et Frédéric Taran (Terme aéronautique russe, signifiant une victoire aérienne obtenue par un « abordage volontaire » en plein ciel.).
Controlled Release of a Micelle Payload via Sequential Enzymatic and Bioorthogonal Reactions in Living Systems
Angewandte Chemie International Edition - Mai 2019
DOI: 10.1002/anie.201902137
Page générée en 0.141 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique