Pelouses steppiques méditerranéennes: un travail de romains ?

Publié par Isabelle le 02/12/2020 à 13:00
Source: CNRS INEE
La rémanence des impacts historiques de l'Homme sur la végétation actuelle est un axe de recherche majeur en écologie végétale mais aucune recherche ne s'est intéressée jusqu'à présent à son évolution sur le très long terme. Un groupe d'écologues de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est...) méditerranéen de biodiversité (La biodiversité est la diversité naturelle des organismes vivants. Elle s'apprécie...) et d'écologie marine et continentale (CNRS/Avignon Université/IRD/Aix-Marseille Université) a étudié dans les pelouses sèches méditerranéennes de la plaine (Une plaine est une forme particulière de relief, c'est un espace géographique...) de Crau (La Crau ou plaine de la Crau (en provençal: Crau selon la norme classique et la norme...) (Bouches-du-Rhône), la dynamique (Le mot dynamique est souvent employé désigner ou qualifier ce qui est relatif au mouvement. Il...) de la végétation (La végétation est l'ensemble des plantes (la flore) sauvages ou cultivées qui...) de parcs à brebis proches de bergeries entre l'époque du Haut Empire Romain et aujourd'hui.


Ruines d'une bergerie du 18ème siècle dans la plaine de Crau. © Christelle Fameli /IMBE/CNRS

L'existence de ces parcs, utilisés et abandonnés depuis l'Antiquité, a ainsi permis de voyager "dans le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...)" et de montrer que même après des siècles d'abandon, la végétation dans sa composition et sa richesse, reste influencée par des pratiques pastorales datant de plus de deux millénaires ! Cette persistance ( Persistance (statistiques) Persistance (informatique) en peinture : La...) de l'empreinte de ces très veilles pratiques d'élevage serait notamment à relier avec les modifications du sol induites par la concentration des ovins dans un espace restreint ayant entraîné une augmentation des teneurs en matières organiques, et en phosphore (Le phosphore est un élément chimique de la famille des pnictogènes, de symbole P et...). Ces modifications physico-chimiques vont ensuite influencer la dynamique de la végétation pendant des siècles en l'absence d'autres changements d'usages dans ces habitats semi-arides. Ces travaux sont parus dans la revue Ecosystems et interrogent donc les notions de modèles de successions végétales car celle-ci peut être influencée pendant des siècles par des évènements aussi sporadiques et locaux que la concentration de quelques brebis.

A l'heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur...) où plusieurs projets de création d'espaces dédiés à la libre expression des processus naturels sont expérimentés en France, on peut légitimement se poser la question de la réussite de tels projets de "ré-ensauvagement" par rapport à l'emprise actuelle de l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo...) sur nos paysages mais aussi, de son héritage, issu de centaines voire de milliers d'années d'exploitation.

Les recherches qui s'intéressent aux interactions temporelles entre les sociétés et leur environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et...) ainsi qu'aux conséquences de ces interactions sur nos paysages contemporains relèvent de l'écologie historique. De nombreux travaux relevant de cette discipline scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui...) ont déjà montré la forte persistance de l'empreinte humaine sur la composition et le fonctionnement de certains de nos écosystèmes actuels même sur le très long terme.

Cependant, les résultats de ces travaux scientifiques ont toujours été obtenus à partir de la comparaison de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent...) actuelles sur des sites archéologiques occupés pendant une période puis abandonnés sans qu'il soit possible de reconstruire la dynamique naturelle de reconquête spontanée de la flore (La flore est l'ensemble des espèces végétales présentes dans un espace...) ou de la faune. Il est en effet encore impossible de voyager dans le temps. Par contre, ce voyage (Un voyage est un déplacement effectué vers un point plus ou moins éloigné dans un but personnel...) devient possible dans l'espace présent quand le même type d'occupation s'est poursuivi dans le temps au sein du même type d'écosystème mais avec des dates d'abandon échelonnées. Cette situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un...) permet alors de recréer dans l'espace la chronologie de l'évolution spontanée des écosystèmes en fonction de la date d'abandon du site. C'est un cas très rare en écologie historique car de nombreuses pratiques anciennes ne se perpétuent pas sur le long terme, elles disparaissent, se "modernisent" ou sont effacées par d'autres types de pratiques empêchant alors leur enregistrement archéologique.

Nous avons rencontré ce cas dans la plaine de Crau dans le sud-est (Le sud-est est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux sud et est. Le sud-est est...) de la France (département des Bouches-du-Rhône) où perdure encore un écosystème de pelouse (Une pelouse est une formation végétale naturelle ou artificielle formée...) sèche méditerranéenne de type steppique. Vaste espace où se pratique le pâturage ovin itinérant depuis l'Antiquité. Des bergeries y ont été installées régulièrement depuis plus de 2000 ans avec à chaque fois, un enclos attenant. La constance de ces constructions et leur abandon régulier au fil des siècles ont alors permis d'échantillonner le sol (paramètres physico-chimiques) et la végétation (composition, richesse, diversité, similarité) d'enclos utilisés durant différentes époques de l'Antiquité à nos jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) en passant par les 18e et 19e siècle.

Malgré la constance du pastoralisme et de la pratique de feux courants au Moyen-Age, une équipe scientifique de l'Institut méditerranéen de biodiversité et d'écologie marine et continentale (CNRS/Avignon Université/IRD/Aix-Marseille Université) a démontré que même après plus de 2000 ans d'abandon, la végétation et les sols des anciens enclos romains restaient différents non seulement des autres enclos abandonnés à des dates plus récentes mais aussi de la végétation steppique actuelle, jamais perturbée et servant donc de témoin. Cela est notamment significatif pour la composition et la richesse spécifique de la végétation ou encore, au niveau du sol, pour leur teneur en carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C,...) organique (La chimie organique est une branche de la chimie concernant la description et l'étude d'une grande...) et en phosphore disponible.

La résilience de la végétation steppique après abandon des enclos est ainsi très lente (La Lente est une rivière de la Toscane.) et encore incomplète au bout de deux millénaires. Cette dynamique de "reconquête" ou de "cicatrisation" est donc extrêmement lente. Elle peut être expliquée par les conditions climatiques et édaphiques qui caractérisent cet espace de parcours méditerranéen, les sécheresses récurrentes et la pauvreté du sol ralentissent fortement les processus de minéralisation de la matière organique (La matière organique (MO) est la matière carbonée produite en général par...), ce qui permet ainsi la persistance d'espèces végétales de milieux plus fertiles des anciens enclos à moutons.

Au niveau fondamental, ces résultats, publiés dans la revue Ecosystems remettent donc en question les modèles théoriques de succession végétale sur le long terme, car une simple concentration d'ovins sur une petite surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a...) peut alors modifier la dynamique générale pendant des siècles. Au niveau appliqué, ils posent aussi la question de la faisabilité de la restauration de certains écosystèmes actuels beaucoup plus dégradés que ne le fut cette végétation, il y a deux mille ans, quand les romains y avaient juste rassemblé quelques brebis dans des petits enclos. Et pourtant, ce travail est encore perceptible de nos jours.

Références :
Romans shape today's vegetation and soils: two millennia of land-use legacy dynamics in Mediterranean grasslands.
Arne Saatkamp, Frédéric Henry et Thierry Dutoit. A paraître dans Ecosystems.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.468 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique