Peur généralisée: des scientifiques découvrent comment ne pas être tétanisé par la peur

Publié par Redbran le 13/04/2024 à 08:00
Source: Science
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

La peur sans menace réelle peut nuire à notre santé mentale. Des neurobiologistes ont découvert comment bloquer ce processus.

Notre système nerveux est conçu pour induire la peur, un mécanisme de survie essentiel. Toutefois, en l'absence de menaces tangibles, cette peur peut devenir préjudiciable à notre bien-être. Ce phénomène est particulièrement préoccupant pour les personnes ayant vécu des stress sévères ou des situations de vie ou de mort, pouvant mener à des troubles mentaux longs et invalidants comme le trouble de stress post-traumatique (TSPT).


Des neurobiologistes de l'Université de Californie à San Diego ont identifié les modifications biochimiques du cerveau et cartographié les circuits neuronaux à l'origine d'expériences de peur généralisée, que tétanise dans des contextes a priori non anxiogènes, selon leurs travaux publiés dans la revue Science. Cette découverte ouvre de nouvelles voies pour prévenir les réponses de peur.

Dans cette étude, l'équipe a examiné le cerveau de souris, particulièrement le raphé dorsal dans le tronc cérébral. Ils ont découvert qu'un stress aigu provoquait un changement dans les signaux chimiques des neurones, passant de neurotransmetteurs excitatoires "glutamate" à inhibiteurs "GABA", ce qui entraînait des réponses de peur généralisée.

En approfondissant leurs recherches, ils ont également observé dans les cerveaux post-mortem de personnes ayant souffert de TSPT un changement similaire de neurotransmetteurs, de glutamate à GABA.


Des recherches publiées dans Science révèlent la biochimie cérébrale et les circuits neuronaux responsables des expériences de peur généralisée.
Crédit: Spitzer Lab, UC San Diego

Une méthode a été mise au point pour stopper la peur généralisée: avant l'exposition à un stress aigu, les scientifiques ont injecté dans le raphé dorsal des souris un virus adéno-associé (AAV) supprimant le gène responsable de la synthèse de GABA, empêchant ainsi l'acquisition de la peur généralisée.

De plus, le traitement immédiat des souris avec l'antidépresseur fluoxétine (connu sous le nom de Prozac) après un événement stressant a prévenu le changement de neurotransmetteur et l'apparition subséquente de peur généralisée.

Les chercheurs ont non seulement identifié l'emplacement des neurones ayant changé leur type de neurotransmetteur, mais ont également démontré les connexions de ces neurones avec l'amygdale centrale et l'hypothalamus latéral, régions du cerveau précédemment liées à la génération d'autres réponses de peur.
Page générée en 0.370 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise