Une plante carnivore piège les animaux sous le sable
Publié par Publication le 20/01/2012 à 12:00

Philcoxia: Sous le sol les racines des plantes et des feuilles s'étendent vers le bas
Image: PNAS
Une équipe de chercheurs vient de découvrir que certaines plantes du genre Philcoxia, que l'on trouvait jusqu'alors étrangement ressemblantes à des plantes carnivores, piègent en fait des invertébrés directement sous le sable (Le sable, ou arène, est une roche sédimentaire meuble, constituée de petites particules provenant de la désagrégation d'autres roches dont la dimension est comprise entre 0,063 et 2 mm.). L'expérience a été publiée dans la revue scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) américaine PNAS, qui publie les comptes-rendus de la National Academy of Sciences.

Le genre Philcoxia a été découvert en 2000. Lors de précédentes études en 2007, des chercheurs américains, brésiliens et australiens avaient analysé ses caractéristiques physiques qui ressemblaient fortement à celles des plantes carnivores (présence de glandes sécrétant une substance collante sur les feuilles, racines peu développées, zones sableuses qui ne peuvent apporter de l'azote (L'azote est un élément chimique de la famille des pnictogènes, de symbole N et de numéro atomique 7. Dans le langage courant, l'azote désigne le gaz diatomique diazote N2,...), potassium (Le potassium est un élément chimique, de symbole K (latin : kalium, de l’arabe : القَلْيَه al-qalyah) et de numéro atomique 19.) ou phosphore (Le phosphore est un élément chimique de la famille des pnictogènes, de symbole P et de numéro atomique 15.) que par la consommation d'animaux...). Toutefois, même si on avait retrouvé des vers piégés par la substance sécrétée par les feuilles, on ne les avait jamais vu se nourrir d'un animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit de substances...). L'équipe avait donc conclu que ce genre était autotrophe, c'est à dire utilisant la photosynthèse (La photosynthèse (grec φῶς phōs, lumière et σύνθεσις sýnthesis, composition) est le processus bioénergétique qui permet aux plantes et...).

Or, de nouvelles expériences ont récemment été effectuées en nourrissant des nématodes (vers primitifs) avec des nutriments marqués. En suivant le trajet des marqueurs, les scientifiques ont constaté qu'ils progressaient dans l'organisme de la plante (Les plantes (Plantae Haeckel, 1866) sont des êtres pluricellulaires à la base de la chaîne alimentaire. Elles forment l'une des subdivisions (ou règne) des Eucaryotes. Elles sont, avec...), prouvant qu'elle pouvait digérer le ver (Les vers constituent un groupe très hétérogène d'animaux invertébrés qui partagent une caractéristique commune, à savoir un corps mou, flexible, de forme allongée et ne...), ce qui prouve que Philcoxia est carnivore.

La découverte la plus intéressante est le modus operandi suivi pour capturer les vers, totalement différent des autres plantes carnivores. En effet, Philcoxia attrape ses animaux directement sous le sable. Pour y parvenir, elle se sert de ses feuilles collantes qui poussent sur ses branches horizontales. Ces feuilles se retrouvent en contact avec le sable et y sont même enfouies, capturant ainsi les nématodes qui s'y promènent.

C'est une véritable découverte car cette technique était méconnue jusqu'à présent. Cette expérience amène à penser que les plantes carnivores, que nous pensions représenter 0,2% des espèces des plantes, pourraient finalement être plus nombreuses.

Auteur de l'article: Cédric DEPOND
Page générée en 1.060 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique