Quand les IA s'attaquent à nos accents

Publié par Adrien le 18/01/2023 à 09:00
Source: Grégory Miras, Université de Lorraine - The Conversation sous licence Creative Commons
...
Juin 2022, l'entreprise SANAS annonce avoir récolté 32 millions de dollars pour la création d'une technologie basée sur l'intelligence artificielle dont l'objectif est de supprimer les accents. Septembre 2022, la plate-forme voit le jour non sans créer intérêt, curiosité et émoi tant dans le monde (Le mot monde peut désigner :) anglophone que francophone.


Les accents participent à la diversité culturelle. bbernard, shutterstock

De tels logiciels nous plongent dans une dystopie contemporaine où la technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) vient faire disparaître les différences, les marqueurs de l'identité et les cultures des individus. Cette idée n'est pourtant pas nouvelle: le film "Sorry to bother you" sorti en 2018 abordait déjà la question de l'accent des populations africaines-américaines dans une satire sur les centres d'appel.

Bande-annonce du film "Sorry to Bother You".
Source: Universal Pictures France.

Alors comment peut-on réellement supprimer un accent ? Entre utopie et dystopie, pourquoi développer une intelligence artificielle (L'intelligence artificielle ou informatique cognitive est la « recherche de moyens...) capable de "supprimer" les accents peut-il être un problème plus qu'une solution ? Que supprime-t-on de plus qu'une marque sonore en neutralisant un accent ?

Comment l'intelligence artificielle peut faire taire un accent

L'accent peut être défini comme un faisceau d'indices souvent oraux (les voyelles, les consonnes, l'intonation, etc.) qui participe à l'élaboration plus ou moins conscience d'hypothèses sur l'origine géographique, sociale ou langagière des individus. Cet accent peut être dit, entre autres, "régional" ou "étranger" en renvoyant à des imaginaires différents. La pertinence de l'identification d'un accent réside dans le fait qu'un certain nombre de caractéristiques sonores semblent homogènes chez des locuteurs d'une langue, d'une zone géographique ou d'un groupe social, comme le souligne Philippe Boula de Mareüil.

Ces technologies issues de start-up constituent souvent une boite noire et peu d'informations concrètes sur les outils employés pour "supprimer" l'accent sont disponibles. Toutefois, les moyens sont multiples et ils visent principalement à transformer en partie la structure de l'onde (Une onde est la propagation d'une perturbation produisant sur son passage une variation...) sonore afin de rapprocher certains indices acoustiques vers une norme perceptivement déterminée. On pourra ainsi jouer sur le timbre de certaines voyelles, la réalisation de consonnes ou encore transformer des paramètres comment le rythme, l'intonation ou l'accentuation en fonction de cibles perceptives attendues. Dans le même temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...), on maintiendra un maximum de paramètres vocaux permettant d'identifier la voix du locuteur initial à l'image du voice cloning pouvant conduire à des arnaques au deepfake vocal. Ces technologies permettent de dissocier ce qui est de l'ordre de la parole (La parole, c'est du langage incarné. Autrement dit c'est l'acte d'un sujet. Si le langage renvoie...) de ce qui tient à la voix.

Le traitement automatique et en temps réel de la parole pose des difficultés technologiques dont la principale réside dans la qualité du signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe...) sonore à traiter. Néanmoins, il existe différentes solutions en s'appuyant sur le deep learning et les réseaux de neurones, ainsi que les grands corpus de parole, qui permettent de mieux gérer les incertitudes dans le signal.

Dans le cas des langues étrangères, Sylvain Detey, Lionel Fontan et Thomas Pellegrini repèrent quelques enjeux inhérents au développement de ces technologies, à savoir quelle norme retenir pour mener une comparaison avec ce qui est attendu, ou encore le rôle que peuvent avoir les corpus dans la détermination de ces objectifs - sans qu'il se dégage pour le moment de réponses particulièrement prometteuses.

Le mythe de l'accent neutre

Cependant, l'identification d'un accent ne se limite pas aux seuls indices acoustiques. Donald L. Rubin a pu démontrer que des auditeurs peuvent recréer l'impression d'un accent perçu simplement en associant aux voix des visages aux origines supposées différentes. De la même manière, en l'absence de ces autres indices, les locuteurs ne sont pas si bons dans leur capacité à reconnaître des accents qu'ils n'entendent pas régulièrement ou qu'ils se représentent de manière stéréotypée, par exemple l'idée selon laquelle il y aurait beaucoup de consonnes en allemand.

Vouloir supprimer les accents pour contrer les effets sociaux d'une discrimination sur l'accent revient à poser la question de ce qu'est un accent "neutre". Or, toutes les variations de prononciation impliquent des représentations. Médéric Gasquet-Cyrus, "spécialiste du marseillais" selon les médias, rappelle que même l'accent dit "parisien" est un accent. En français, l'accent que l'on qualifie de "standard" a évolué en s'appuyant sur des groupes sociologiquement dominants: haute bourgeoisie parisienne, médias (radio, TV), classes moyennes favorisées par exemple.

Tour de France des accents régionaux et la discrimination linguistique (France24).

Depuis plusieurs années, des chercheurs et chercheuses regroupées dans un collectif tentent de déterminer les contours d'un français de référence en s'appuyant sur les similitudes qui existent entre tous les parlers de la francophonie. Le projet "Phonologie du français contemporain" a ainsi permis de mettre à disposition du grand public des accents à entendre.

Il faut également noter que la valeur que l'on attribue à un accent (fort, doux, romantique, dur) dépend largement des individus, des époques et des groupes sociaux. Toutefois, Iván Fónagy, philologue hongrois, a mis en évidence que les individus ont tendance à attribuer les mêmes propriétés à des sons dans son ouvrage La vive voix: Essais de psychophonétique: le /r/ un son bagarreur, le /i/ comme petit, le /u/ (la graphie "ou") comme opulent, etc.

Supprimer ou garder, l'oeuf ou la poule ?

En sociologie, Wayne Brekhus pose la question de la nécessité de porter un regard sur l'invisible et de traiter en même temps le marqué et le non marqué - l'accent et ce que l'on considère être un non-accent. Cela amène à revoir les rapports de pouvoir qui existent entre les individus et la manière dont on homogénéise le marqué: celui ou celle qui a (selon les autres) un accent.

Aussi, nous sommes amenés à questionner comment les technologies émergentes peuvent nous rendre plus "acteur" ou "actrice" qu'"automate (Un automate est un dispositif se comportant de manière automatique, c'est-à-dire sans...)", selon Catherine Pascale, en participant à la création d'un cadre éco-éthique. Supprimer un accent, c'est valoriser un type d'accent dominant tout en négligeant le fait que d'autres co-facteurs participeront à la perception de cet accent tout autant que l'émergence de discriminations sur la langue. Supprimer l'accent ne supprime pas les discriminations. Au contraire, l'accent fait entendre l'identité participant ainsi à des phénomènes d'humanisation, d'adhésion (En physique, l'adhésion est l'ensemble des phénomènes physico-chimiques qui se...) au groupe voire d'empathie: l'accent est bien altéritaire.

Si l'évolution des technologies par l'intelligence artificielle et le deep learning proposent à la société des potentialités encore inexplorées, elles peuvent également conduire à une dystopie où la déshumanisation conduit à reléguer au second plan le rôle politique et social, pourtant majeur, sur le vivre ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...) et la diversité dont fait écho la Déclaration universelle de l'Unesco sur la diversité culturelle.

Plutôt que de les cacher, il semble nécessaire de sensibiliser les recruteurs à la manière dont les accents peuvent participer à la satisfaction client et que les politiques se saisissent de cette question. Si l'Assemblée nationale avait fait un pas fort en votant, en 2020, un texte interdisant les discriminations à l'accent, La Provence rappelle que le Sénat ne semble pas s'en saisir puisqu'il n'apparaît toujours pas à son ordre du jour, deux ans plus tard.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.084 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique