Les sommets des Alpes verdissent... et certains beaucoup plus vite que d'autres

Publié par Isabelle le 12/10/2021 à 13:00
Source: CNRS INEE
C'est une conséquence moins connue des changements globaux qui sont en cours: depuis quelques décennies, les plantes colonisent peu à peu les espaces de haute altitude et les sommets de nos montagnes verdissent. Une étude internationale, publiée dans Global Change Biology, permet pour la première fois de mieux comprendre ce phénomène à l'échelle des Alpes européennes grâce à l'utilisation d'images satellite.


Crête située entre le Becca d'Aver et la Cima Longhede sur la commune de Torgnon (Aoste, Italie). Altitude: 2500 m. Le versant (En géomorphologie, un versant est une surface topographique inclinée, située entre...) nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) (à droite de l'image) montre une dynamique (Le mot dynamique est souvent employé désigner ou qualifier ce qui est relatif au mouvement. Il...) de colonisation par les arbustes et les arbres.
Copyright: Marta Galvagno / ARPA.

Si la plupart des écosystèmes situés au-dessus de la limite supérieure des forêts présentent un verdissement significatif depuis au moins 20 années, le phénomène est beaucoup plus rapide dans certains massifs. C'est particulièrement le cas en France, où quelques grands massifs des Alpes du sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) comme l'Oisans ou le Mercantour peuvent être considérés comme des points chauds de verdissement (greening hotspots). A l'échelle plus locale, il est montré que le verdissement affecte principalement les versants pierreux, exposés au nord et situés au-dessus de 2200 m d'altitude. Dans ces conditions, la dynamique de colonisation par les plantes (principalement des graminées, arbustes et arbres pionniers) est très marquée. Tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) se passe comme si les plantes de ces milieux inhospitaliers étaient celles qui profitaient le plus des changements en cours. Les quelques observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...) de terrain disponibles confirment ces résultats.

Avec l'augmentation marquée des températures estivales en montagne (Une montagne est une structure topographique significative en relief positif, située à la...) depuis les années 1980, les conditions deviennent globalement plus favorables à la croissance des plantes, mais les écosystèmes réagissent plus ou moins rapidement et fortement à ce changement climatique. Leur réponse est modulée par des conditions locales telles que la durée d'enneigement, la disponibilité (La disponibilité d'un équipement ou d'un système est une mesure de performance qu'on...) en eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les...), la fertilité (Pour le sens commun, la fertilité désigne à la fin du XXe siècle la...) et la stabilité des sols, l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) pastorale, etc. C'est en considérant l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...) de ces facteurs que pourront être analysées plus finement les causes de la variabilité géographique du verdissement et ses conséquences sur la biodiversité (La biodiversité est la diversité naturelle des organismes vivants. Elle s'apprécie...) et le fonctionnement des écosystèmes d'altitude.


Végétation pionnière d'éboulis à proximité du col du Galibier (Hautes-Alpes) vers 2800 m d'altitude, soit au-dessus de la limite supérieure des pelouses d'alpage. C'est l'un des principaux habitats de haute altitude dans lequel s'observe un verdissement prononcé depuis quelques décennies. Ce verdissement s'explique par la densification du couvert de plantes herbacés, qui bénéficient d'étés plus chauds tout en conservant une bonne alimentation en eau.
Copyright: Philippe Choler / LECA

Laboratoire CNRS impliqué:
Laboratoire d'Ecologie Alpine (LECA - CNRS / Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...) de Grenoble / Université Savoie Mont Blanc)

Référence:
Choler, P., Bayle, A., Carlson, B.Z., Randin, C., Filippa, G., & Cremonese, E. (2021). The tempo of greening in the European Alps: Spatial variations on a common theme. Global Change Biology, 00,000-000, https://doi.org/10.1111/gcb.15820

Contacts:
- Philippe Choler - Chargé de mission eLTER-RI - philippe.choler at univ-grenoble-alpes.fr
- Julien Renaud - Correspondant communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle,...) - Laboratoire d´Ecologie Alpine (LECA - CNRS / Univ Savoie Mont Blanc (Le blanc est la couleur d'un corps chauffé à environ 5 000 °C (voir...) / Univ. Grenoble Alpes) - julien.renaud at univ-grenoble-alpes.fr
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.059 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique