La sonde Voyager 1 a quitté officiellement le Système Solaire

Publié par Adrien le 13/09/2013 à 12:00
Illustrations: NASA
Là où aucune sonde n'est jamais allée... Lancée le 5 septembre 1977, la sonde Voyager 1 vient officiellement de sortir du Système Solaire pour entrer dans l'espace interstellaire (l'espace situé entre les étoiles dans notre galaxie).


Les données envoyées par la sonde (Une sonde spatiale est un vaisseau non habité envoyé par l'Homme pour explorer de plus près des objets du système solaire et, pour certaines, l'espace qui est au-delà. Cela couvre à la fois...) Voyager 1 (Voyager 1 est la première des deux sondes du programme Voyager lancées en 1977. Sa mission principale était d'étudier les planètes géantes Jupiter et Saturne. C'est la première sonde spatiale qui a fourni des...) montrent qu'elle est sortie de l'Heliopause,
frontière entre notre Système Solaire (Le système solaire est un système planétaire composé d'une étoile, le Soleil et des corps célestes ou objets définis gravitant autour de lui (autrement dit, notre système planétaire) : les huit...) et l'espace interstellaire.

Toujours en fonctionnement, les deux sondes Voyager (Voyager 1 et 2 sont des sondes spatiales ayant réalisé depuis 1977 une moisson d'observations astronomiques qui ont plus d'une fois mis en question les...) (Voyager 1 et Voyager 2) ont été lancées il y a 36 ans, avec un mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) de décalage, sur deux trajectoires différentes. Après avoir exploré les planètes géantes de notre Système Solaire (Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune), les sondes Voyager ont poursuivi leur lancée vers l'inconnu à environ 55.000 km/h. Désormais, Voyager 1, la plus éloignée des deux sondes, a envoyé des données aux ingénieurs de la NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace ») plus connue sous son abréviation NASA, est...) révélant qu'elle a définitivement franchi les frontières de notre Système Solaire. Elle se trouve à environ 19 milliards de kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide en 1/299 792 458 seconde.) de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la...) (soit 127 Unités Astronomique, c'est à dire 127 fois la distance Terre-Soleil), et évolue maintenant dans un espace jusqu'alors inexploré: l'espace interstellaire.

Selon les scientifiques, la date de franchissement des limites du Système Solaire est située durant l'été 2012, il y a un peu plus d'un an. De nouvelles données recueillies au printemps (Le printemps (du latin primus, premier, et tempus, temps, cette saison marquant autrefois le début de l'année) est l'une des quatre saisons des zones...) 2013 ont permis de déterminer que la sonde se trouvait actuellement dans un espace conforme aux densités prédites dans les modèles pour la région interstellaire, et donc de valider que Voyager 1 avait bien quitté notre Système Solaire, ce que dévoilent maintenant les scientifiques en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non pécuniaire pour être transporté.) de la mission.

Le 16 décembre 2004, Voyager 1 franchissait ce que les scientifiques appellent le 'Choc (Dès que deux entitées interagissent de manière violente, on dit qu'il y a choc, que ce soit de civilisation ou de particules de hautes énergies.) terminal'. Il s'agit d'une région qui entoure le Système Solaire mais son emplacement n'est pas fixe. Sa position change en partie à cause de modifications dans les caractéristiques du vent solaire (Le vent solaire est un flux de plasma constitué essentiellement d'ions et d'électrons qui sont éjectés de la haute atmosphère du Soleil. Pour les étoiles autres que le Soleil, on parle...). Le Choc terminal est défini comme l'endroit où le vent (Le vent est le mouvement d’une atmosphère, masse de gaz située à la surface d'une planète. Les vents les plus violents connus ont lieu sur Neptune et sur Saturne. Il est essentiel...) solaire commence à se mélanger avec le gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la...) et la poussière du milieu interstellaire (En astronomie, le milieu interstellaire est le gaz raréfié qui, dans une galaxie, existe entre les étoiles et leur environnement proche. Ce gaz est habituellement extrêmement ténu, avec...). La sonde est ensuite entrée dans la région la plus éloignée du Système Solaire, l'Heliosheath, située entre le Choc terminal et l'Héliopause (En astronomie, l'héliopause est la limite où le vent solaire de notre Soleil est arrêté par le milieu interstellaire.) (voir schéma). La sonde a envoyé sur Terre toute une série de données qui ont été analysées.


Vue d'artiste (Est communément appelée artiste toute personne exerçant l'un des métiers ou activités suivantes :) de la sonde Voyager 1

Les dernières informations envoyées par la sonde Voyager 1 dévoilent désormais que l'engin évolue dans une nouvelle zone de l'espace, quittant par conséquent la zone d'influence des vents solaires (l'Héliosphère), constituée de l'espace dans lequel baigne la Terre, pour entrer dans l'espace interstellaire ou galactique, constitué du gaz et de la matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide,...) permettant la formation des étoiles. La frontière (Une frontière est une ligne imaginaire séparant deux territoires, en particulier deux États souverains. Le rôle que joue une frontière peut fortement...) entre les deux espaces est l'Héliopause.

Les sondes Voyager, alimentées en énergie nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :), devraient pouvoir continuer à transmettre des données jusqu'en 2020, voire 2025. De quoi pouvoir fournir des informations inédites sur l'espace interstellaire. Après, les thermocouples qui convertissent la chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !) issue du plutonium (Le plutonium est un métal lourd de symbole chimique Pu et de numéro atomique 94, très dense — approximativement 1,74 fois plus lourd que le plomb — radioactif et...) en électricité (L’électricité est un phénomène physique dû aux différentes charges électriques de la matière, se manifestant par une énergie. L'électricité désigne...) fera défaut et les sondes n'auront plus suffisamment d'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) pour alimenter leurs instruments. Ce seront donc deux bouteilles (Sur les anciens navires à voiles, on appelait les bouteilles deux petits compartiments, un de chaque côté du tableau arrière servant de toilettes aux officiers du bord.) à la mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.), inertes, mais qui resteront en bon état de conservation. Témoins de la présence humaine, elles s'éloigneront inexorablement de la Terre sur une orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps autour d'un autre corps sous l'effet de la gravitation.) galactique. Elles devront se retrouver dans le voisinage (La notion de voisinage correspond à une approche axiomatique équivalente à celle de la topologie. La topologie traite plus naturellement les notions globales comme la continuité qui s'entend ici comme la continuité...) d'autres étoiles dans environ 40.000 ans.
Cet article vous a plus ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 2.004 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique