[News] La mémoire est un processus dynamique et interactif

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Isabelle
Messages : 11146
Inscription : 02/09/2004 - 10:49:47

[News] La mémoire est un processus dynamique et interactif

Message par Isabelle » 03/06/2014 - 0:00:07


Image
De nouvelles recherches montrent que la mémoire est un processus dynamique et interactif

De nouvelles recherches présentées par Morris Moscovitch, de l'Institut de recherche Rotman de l'Université de Toronto, indiquent que la mémoire est plus dynamique et changeante qu'on ne le pensait. Les recherches du Dr Moscovich montrent que l'hippocampe et le néocortex, deux régions du cerveau, jouent des rôles différents mais complémentaires dans le souvenir des lieux et des événements, et que des interactions importantes existent entre ces deux régions. Ces résultats mettent en évidence que différentes formes de mémoire existent dans le cerveau, et que celles-ci sont encodées dans des régions distinctes, mais en interaction, du cerveau. Le Dr Moscovitch propose une nouvelle théorie pour expliquer ces interactions, qui renforce notre compréhension de la mémoire, et qui pourrait être utile pour le traitement et la gestion des personnes atteintes de troubles de la mémoire. Ces résultats ont été présentés lors 8ème congrès annuel de l'Association canadienne des neurosciences (Canadian Association for Neuroscience - Association canadienne des neurosciences - CAN- ACN) qui a lieu du 25 au 28 mai 2014.

En étudiant comment les humains se souviennent des événements et des lieux à court et à long terme, et comment les rongeurs se rappellent et naviguent dans des environnements familiers ou inconnus, le Dr Moscovitch et d'autres ont révélé des différences entre ce qu'ils appellent la «mémoire épisodique», qui est une forme de mémoire riche en détails contextuels, et qui dépend d'une région du cerveau appelée l'hippocampe, et une autre forme de mémoire, appelée « mémoire sémantique », qui dépend principalement du néocortex, et qui est une mémoire plus générale, ne gardant que l'essentiel de la mémoire épisodique initiale.

Les études chez l'animal et chez l'homme ont montré que l'hippocampe, une région du cerveau située profondément à l'intérieur du cerveau, joue un rôle central dans la mémoire épisodique à court et long terme. Des patients ayant subi une perte de l'hippocampe, dont les célèbres Henry Molaison (le patient HM) et Kent Cochrane (le patient KC), se sont avérés incapables d'enregistrer de nouveaux souvenirs, mais ils ont conservé la capacité de se rappeler d'événements antérieurs d'une façon générale, schématique. Le Dr Moscovitch, en étudiant comment les riches souvenirs récents sont convertis en souvenirs plus sommaires avec le temps a élaboré une théorie qu'il a appelé «la théorie des traces multiples / transformation.»

Selon la théorie des traces multiples / transformation, chaque fois qu'un souvenir épisodique est récupéré, il est automatiquement ré-encodé par l'hippocampe avec le nouveau contexte dans lequel la récupération se produit. Au fil du temps, et à chaque récupération, de multiples traces du souvenir s'accumulent ; le néocortex extrait les similitudes entre ces traces pour former un souvenir généralisé, le souvenir sémantique. Par ce processus, le souvenir se transforme au fil du temps, d'un souvenir essentiellement dépendant de l'hippocampe, riche en contexte, à un souvenir plus général, un enregistrement des éléments essentiels, qui capture l'essence du souvenir épisodique initial.

Le Dr Moscovitch a présenté des résultats qui montrent que ces mêmes processus s'appliquent aux souvenirs des lieux et de l'environnement. Initialement dépendants de l'hippocampe, ils sont aussi transformés et deviennent des souvenirs schématiques qui peuvent être récupérés sans l'implication de l'hippocampe. Comme on pensait auparavant que l'hippocampe était toujours impliqué dans le souvenir des lieux, cette découverte apporte un nouvel éclairage sur les différentes formes de mémoire qui existent.

«Les représentations spatiales constituent le cadre dans lequel les événements se déroulent, et interagissent les uns avec les autres pour former des souvenirs épisodiques riches qui incluent les deux composantes, les éléments spatiaux et les événements », explique le Dr Moscovitch. «Le souvenir des événements est facilité s'ils se produisent dans des endroits familiers plutôt que dans des lieux inconnus. Ces résultats pourraient être utilisés pour aider à améliorer les problèmes de mémoire chez les personnes âgées, et les personnes atteintes de démence, qui doivent quitter leur maison et emménager dans de nouveaux appartements. »

Source: Eurekalert/Université de Toronto

alessandro pendesini
Messages : 438
Inscription : 12/12/2010 - 11:50:39
Activité : Retraité

Re: [News] La mémoire est un processus dynamique et interactif

Message par alessandro pendesini » 03/06/2014 - 16:29:10

Bonjour
-La mémoire procédurale des gestes sur le monde est la première à se mettre en place ; la mémoire semantique des connaissances sur le monde s’installe en suite ; enfin la mémoire épisodique da son identité au sein du monde devient opérationnelle en dernier lieu.
-Notre mémoire est doublement fragilisée : elle n’est ni un enregistrement définitif ni un enregistrement fidèle. Même deux individus ayant vécu ensemble un événement pourront avoir des souvenirs respectifs des détails sensiblement, voire radicalement différents et carrément contradictoires.
-A noter qu’un stress aigu ou une émotion excessive peut bloquer la mémorisation ! Ces situations démontrent que l’oubli n’est pas le résultat d’une simple usure mécanique mais qu’il s’intègre dans une dynamique mémorielle polyfactorielle. L’oubli est vraisemblablement la clé de notre équilibre cognitif et affectif : sans lui, nos fonctions cognitives seraient engorgées ; sans lui, notre vie affective serait saturée d’émotions ; sans lui, nous resterions immuables et notre personnalité ne profiterait d’aucun acquis. L’oubli, que ce soit l’effacement de certaines informations ou l’absence d’accès à celles-ci, protège notre état de conscience d’un trop grand nombre d’informations parasites, pas toujours indispensables.
La mémoire est toujours sélective : l’environnement facilite la sélectivité de la mémoire, car l’usage qu’on fait de sa mémoire renforce certaines aptitudes.
N.B. :Les éléments constitutifs d’un souvenir sont éparpillés dans le cerveau. Ni le circuit de Papez ni le circuit amygdalien ne conservent d’informations dans leur sein : celle-ci sont stockées dans plusieurs régions situées dans les parties posterieures du cerveau. Un souvenir n’est pas stocké sous une forme globale en en endroit précis. Un souvenir n’est donc pas un livre rangé sur un rayonnage ; c’est un livre éclaté dont toutes les pages ont été éparpillées dans le cerveau. Les souvenirs ne sont pas conservés, mais reconstruits lors de chaque évocation. Evoquer un souvenir ce n’est donc pas retrouver un livre dans une bibliothèque ; c’est le reconstituer en récupérant le plus grand nombre de pages. De façon paradoxale, on pourrait dire que nous ne conservons pas les souvenirs des épisodes vécus, mais plutôt celui de la capacité à les générer ! Se souvenir, c’est évoquer de manière synchrone les composantes d’un souvenir et leurs liens, tous multidistribués au niveau du cortex cérébral.

P.S. : Les drogues en général et le cannabis en particulier sont dangereux pour la mémoire et la cognition. Une fois qu’il est fixé sur les récepteurs CB1 des hippocampes, le cannabis perturbe les mécanismes biochimiques impliqués dans la mémorisation (phénomène de potentialisation à long terme). Rien d’étonnant donc à ce que l’on observe des conséquences sur la mémoire et la cognition même en cas de prise occasionnelle. Les enfants des femmes ayant régulièrement fumé du cannabis pendant leur grossesse, auraient à l’âge de 9 à 12 ans des troubles cognitifs et comportamentaux minimes mais définitifs, faits d’impulsivité et de difficulté d’apprentissage. ....Amen ;)

Avatar de l’utilisateur
cisou9
Messages : 9873
Inscription : 12/03/2006 - 15:43:01
Activité : Retraité
Localisation : Pertuis en Lubéron
Contact :

Re: [News] La mémoire est un processus dynamique et interactif

Message par cisou9 » 03/06/2014 - 17:55:42

alessandro pendesini a écrit :Bonjour
-Notre mémoire est doublement fragilisée : elle n’est ni un enregistrement définitif ni un enregistrement fidèle. Même deux individus ayant vécu ensemble un événement pourront avoir des souvenirs respectifs des détails sensiblement, voire radicalement différents et carrément contradictoires. ...

P.S. : Les drogues en général et le cannabis en particulier sont dangereux pour la mémoire et la cognition. Une fois qu’il est fixé sur les récepteurs CB1 des hippocampes, le cannabis perturbe les mécanismes biochimiques impliqués dans la mémorisation (phénomène de potentialisation à long terme). Rien d’étonnant donc à ce que l’on observe des conséquences sur la mémoire et la cognition même en cas de prise occasionnelle. Les enfants des femmes ayant régulièrement fumé du cannabis pendant leur grossesse, auraient à l’âge de 9 à 12 ans des troubles cognitifs et comportementaux minimes mais définitifs, faits d’impulsivité et de difficulté d’apprentissage. ....Amen ;)
Effectivement il n'y a qu'a voir des témoins raconter un fait à la police par exemple; les témoignages peuvent en parti différer.

Tu as raison de parler de la drogue, c'est un vrai massacre; les dealers (vendeurs en bon français) devraient être poursuivit pour tentative de meurtre car même s'ils survivent leurs esprit non.
J'ai un ami qui en est mort. ____ :pfff: ____ :pet: ____ :(
Un homme est heureux tant qu'il décide de l'être et nul ne peux l'en empêcher.
Alexandre Soljenitsyne.

Répondre