[News] Des PME européennes prêtes à nettoyer l'espace

Conquête spatiale et technologies relatives...

Modérateur : Modérateurs

Redbran
Messages : 822
Inscription : 16/05/2015 - 10:01:33
Activité : Profession libérale ou Indépendant

[News] Des PME européennes prêtes à nettoyer l'espace

Message par Redbran » 09/03/2018 - 12:00:17

Des PME financées par l'UE ont validé le premier système européen d'élimination de débris spatiaux au moyen de filets, en partie grâce à un financement de l'Instrument PME.

ImageCollecte des débris spatiaux
Outre le fait qu'il a permis de développer et de tester un démonstrateur grand-format de l'innovation dans des conditions opérationnelles simulées en laboratoire, le projet ADR1EN a également développé les plans d'affaires et de commercialisation nécessaires à la mise sur le marché de la solution et à sa croissance.

«Grâce au projet ADR1EN et au fait que nous figurons sur la liste de l'Agence spatiale européenne (ESA) des entreprises reconnues pour leur savoir-faire concernant l'élimination des débris spatiaux, nous allons participer à la première mission européenne de retrait d'un satellite mort, e.Deorbit, programmée pour 2023», indique Umberto Battista, de Stam, en Italie, coordinateur du projet. «Malgré l'existence d'alternatives technologiques pour capturer les débris spatiaux, telles que les bras robotisés et les harpons, les filets ont l'avantage d'être légers et sans danger puisqu'ils peuvent être déployés à distance.»

Un espace plus sûr

L'innovation consiste à emprisonner les débris dans un filet qui peut alors être remorqué par un vaisseau spatial chasseur au moyen d'un câble fixé au filet. Les débris sont ensuite brûlés dans l'atmosphère ou déplacés dans une zone sans danger (par exemple sur une orbite plus sûre). Le projet ADR1EN a réuni trois PME hautement spécialisées (Stam, ainsi que SKA Polska et OptiNav, des sociétés polonaises) qui souhaitaient faire progresser ce système.

Stam, le coordinateur du projet, était chargé de créer un éjecteur de filet grand format et de mettre au point le plan d'affaires; SKA Polska avait pour mission de développer le simulateur de filet et le filet de collecte de débris tandis que, de son côté, OptiNav devait créer l'installation de test et procéder aux tests de chute libre grandeur nature au sol. Thales Alenia Space Italy a mis à leur disposition une chambre à vide thermique et des installations de test de contamination et Franco Malerba, le premier astronaute italien, a assuré le soutien commercial du projet.

«Nous avions déjà développé à petite échelle un système de capture de débris permettant de protéger les infrastructures spatiales des débris de plus en plus nombreux en orbite autour de la Terre», explique M. Battista. Une fois le système validé en apesanteur, nous avons déterminé que l'Instrument PME était le mécanisme de financement idéal pour faire face aux risques financiers associés à la suppression des derniers obstacles, techniques ou non, à la commercialisation.»

Un marché mondial

La technologie ayant été validée par le projet ADR1EN, M. Battista est convaincu que le potentiel commercial est réel. Alors qu'environ 7 200 satellites ont été lancés, seuls 1400 sont encore opérationnels. Les autres sont à l'abandon et commencent à tomber en morceaux. On estime ainsi que 750 000 éléments d'une taille supérieure à 1 cm sont aujourd'hui en orbite autour de la Terre et présentent un danger réel pour les coûteux équipements satellitaires et stations spatiales.

«La durabilité de l'espace pourrait être limitée si aucune mesure d'atténuation ou de correction n'est prise», indique M. Battista. «La production de débris croit de manière stable, et les risques de chocs supplémentaires ne font qu'augmenter à cause des nouveaux débris spatiaux générés par chaque collision. Si nous mettions sur pied dix missions d'élimination de débris par ans, il faudrait quand même environ deux siècles pour que l'espace retrouve niveau stable.»

Il s'agit d'un enjeu mondial. Plus de 50 pays exploitent au moins un satellite, et des infrastructures spatiales telles que la Station spatiale internationale, la constellation de satellites Galileo et les satellites d'observation de la Terre Copernicus représentent un investissement de plusieurs milliards d'euros.

«Nous pensons que le système ADR1EN peut contribuer à remédier au risque de collision en réduisant directement le nombre de débris», ajoute M. Battista. «Les exploitants de satellites éviteront ainsi les dépenses supplémentaires occasionnées par les collisions avec des débris et la durée de vie des équipements en sera prolongée. On peut aussi envisager d'explorer d'autres applications plus terre à terre de la technologie de filet, telles que la neutralisation de drones offensifs.»

Pour plus d'information voir:
- Projet ADR1EN
- Periodic Reporting for period 2 - ADR1EN (First European System for Active Debris Removal with Nets)

Source: © Union européenne, [2018] / CORDIS

Victor
Messages : 16380
Inscription : 05/06/2006 - 21:30:44
Activité : Retraité
Contact :

Re: [News] Des PME européennes prêtes à nettoyer l'espace

Message par Victor » 09/03/2018 - 13:37:53

Pour moi c'est de la grosse rigolade et cette proposition, je vous le dis elle n'est pas très sérieuse, déjà pour collecter il faut des trucs gigantesques qui resteront dans l'espace, on n'aura jamais fait d'autres choses que des grosses poubelles, heureusement qu'il n'y a pas eu de fous qui proposaient d'y mettre nos déchets nucléaires, c'est aussi un peu pareil sur toute notre planète avec des tas de déchets incontrôlés un peu partout
En ce qui concerne la recherche en sciences, Je dirais: Cherche encore!

Avatar de l’utilisateur
cisou9
Messages : 9234
Inscription : 12/03/2006 - 15:43:01
Activité : Retraité
Localisation : Pertuis en Lubéron
Contact :

Re: [News] Des PME européennes prêtes à nettoyer l'espace

Message par cisou9 » 09/03/2018 - 17:23:21

_____________ :_salut:
L'utilisation de filets n'est pas nouvelle et si il arrivent à le réaliser; pourquoi pas !! :jap: ________
Un homme est heureux tant qu'il décide de l'être et nul ne peux l'en empêcher.
Alexandre Soljenitsyne.

Victor
Messages : 16380
Inscription : 05/06/2006 - 21:30:44
Activité : Retraité
Contact :

Re: [News] Des PME européennes prêtes à nettoyer l'espace

Message par Victor » 09/03/2018 - 18:17:11

C'est absolument ridicule vu le nombre d'objets leur répartition spatiale et les distances entre les objets...Déjà pour la pèche en mer se sont des filets très lourds et assez grands...De plus dans l''espace les vitesses acquises de ces objets qui dérivent de partout, elles peuvent poser des problèmes de contacts avec les réceptacles
En ce qui concerne la recherche en sciences, Je dirais: Cherche encore!

gerard33
Messages : 30
Inscription : 04/01/2008 - 7:07:00
Activité : Autre
Localisation : bommes
Contact :

Re: [News] Des PME européennes prêtes à nettoyer l'espace

Message par gerard33 » 10/03/2018 - 5:52:06

Pareil, j'ai pensé tout de suite au danger que représenterait un tel filet déployé et hors de contrôle.
Un obstacle bien plus grand que celui de ses cibles :o

Avatar de l’utilisateur
QJ
Messages : 639
Inscription : 18/04/2007 - 9:47:23
Activité : Autre
Localisation : Belgique

Re: [News] Des PME européennes prêtes à nettoyer l'espace

Message par QJ » 17/03/2018 - 13:10:49

Attention, ici on parle de désorbiter des satellites complet en perdition.
Pas de rattraper des débris.

Pour moi qui travaille dans le spatial, le filet est l'option la plus sérieuse car la plus simple.

Arrimer un satellite à un autre avec un bras robotique me semble bien plus périlleux et risqué !

Sur les satellite en perdition, il y a des paramètres qui sont inconnus, avant d'avoir le satellite dans le champs de travail,
de télémètre lidar.
Le premier paramètre auquel je pense est sa vitesse de roulis.

Sans s'approcher du satellite à désorbiter, c'est impossible à calculer précisément, sans suivre le satellite durant une longue période.
Ensuite, si le roulis est très important, vous pouvez oublier le bras robotisé.

Et, inutile de vous dire que le bras robotisé, avec ses systèmes d'asservissement, est bien plus complexe et lourd à mettre en œuvre.

Autre avantage du filet spatial, il est moins risqué de désorbiter une masse compacte prise dans un filet qu'un train de satellite.
La désorbitation sera mieux maîtrisée et pourrait même être utilisée à des fins scientifiques avec le satellite "tracteur".

On pourrait même penser, pouvoir lancer des sondes impacteurs, vers d'autres planètes, en utilisant la masse du "poids mort" grâce à l'effet de fronde.
Le principe de l’Aïkido. :jap:

Donc oui, utiliser un filet pour récupérer des satellite "kaputt", c'est une idée sérieuse. :pet:
L'esprit c'est comme un parachute: s'il reste fermé, on s'écrase. -Franck Vincent Zappa-

Victor
Messages : 16380
Inscription : 05/06/2006 - 21:30:44
Activité : Retraité
Contact :

Re: [News] Des PME européennes prêtes à nettoyer l'espace

Message par Victor » 17/03/2018 - 13:33:55

Désolé QJ ! Mais vu la quantité d'objets en errances et les moyens répétés qui sont à mettre en œuvre je n'y crois pas...On ne va pas créer des missions spatiales qui sont spécialisées pour les déchets, ça va faire monter le prix du déchet spatial à des valeurs assez importantes, Y aurait-il une rentabilité cachée ? Puis pourquoi des sociétés européennes seulement ? Les autres comme les américains, les russes et les chinois seraient-ils irresponsables ? Les belles idées, elles demandent toujours du fric pour les appliquer
En ce qui concerne la recherche en sciences, Je dirais: Cherche encore!

Avatar de l’utilisateur
QJ
Messages : 639
Inscription : 18/04/2007 - 9:47:23
Activité : Autre
Localisation : Belgique

Re: [News] Des PME européennes prêtes à nettoyer l'espace

Message par QJ » 17/03/2018 - 21:43:54

QJ a écrit :
17/03/2018 - 13:10:49
On pourrait même penser, pouvoir lancer des sondes impacteurs, vers d'autres planètes, en utilisant la masse du "poids mort" grâce à l'effet de fronde.
Le principe de l’Aïkido. :jap:
Victor... Tu ne comprends donc pas que maitriser la rentrée atmosphérique contrôlée demande des mesures au préalable.
Et que ces satellites "mort" vont nous fournir ces mesures indispensables.

Les missions scientifiques de retour d'échantillons aimeraient bien que l'on maitrise les retours sur terre, afin d'optimiser le poids des sondes. Car pour l'instant, on prends des marges de risques bien trop grandes.

Enfin, certains opérateurs privés seraient intéressés à récupérer des "slots" laissés libre d'opérations et, à payer pour.
De plus il s'agit de "dé-risquer" certaines orbites qui deviennent franchement dangereuses.

Donc oui, il s'agit d'une question de pognon, mais pas dans le sens du coût mais, plutôt dans le sens de la maîtrise d'une méthodologie, et, d'une maîtrise à acquérir.
L'esprit c'est comme un parachute: s'il reste fermé, on s'écrase. -Franck Vincent Zappa-

Répondre