[News] Causes de la variabilité du réchauffement climatique depuis la fin du XIXe siècle

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 17172
Inscription : 02/06/2004 - 18:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] Causes de la variabilité du réchauffement climatique depuis la fin du XIXe siècle

Message par Adrien » 11/06/2018 - 0:00:03

Le ralentissement du réchauffement climatique, au début des années 2000, a attiré l'attention des médias et a suscité un intérêt scientifique considérable. Les travaux d'une équipe internationale menée par le Met Office et comprenant un chercheur de l'Institut Pierre-Simon Laplace confirment et précisent que les facteurs dominants dans ce ralentissement sont la combinaison d'une phase négative de l'Oscillation interdécennale du Pacifique, d'une irradiation solaire légèrement réduite et d'un effet de refroidissement dû aux éruptions volcaniques. Ces résultats montrent également que le forçage anthropique reste de loin le facteur le plus important du changement climatique à long terme.

La hausse de la température moyenne à la surface du globe au cours des XXe et XXIe siècles a été associée à la variabilité climatique, avec de courtes périodes de refroidissement ou de réchauffement plus lent et des périodes de réchauffement plus rapide. Le ralentissement le plus récent, au début des années 2000, a attiré l'attention des médias et a suscité un intérêt scientifique considérable. En effet, l'analyse des tendances sur 15 ans effectuée par le Met Office a montré que le taux de réchauffement a ralenti entre 1999 et 2014. Nous comprenons aujourd'hui de nombreux aspects de ce ralentissement, mais les recherches se poursuivent avec l'utilisation de nouvelles techniques.

Image
Décomposition de la variation de température moyenne de la planète pendant le ralentissement du réchauffement observé sur la période 1998-2013. Les symboles * indiquent un degré de signification statistique de 1% ou mieux. Obs.: changement de température observé, Reconstr.: changement de température reconstruit, AMO: oscillation multidécennale atlantique, ENSO/IPO: oscillation interdécennale du Pacifique, VOLCANIC: éruptions volcaniques, SOLAR: irradiation solaire, GA: gaz à effet de serre et aérosols, AO: oscillation arctique.
L'article publié dans Science Advances par le professeur Chris Folland et ses coauteurs permet de mieux comprendre les causes de la variabilité de la température moyenne à la surface du globe de 1891 à 2015. En accord avec d'autres travaux, ce travail confirme que la variabilité décennale dans l'océan Pacifique, aussi appelée Oscillation interdécennale du Pacifique, a masqué la tendance à long terme du réchauffement pendant une courte période au début du XXIe siècle.

Sur la base d'estimations actualisées des forçages solaire et volcanique, l'étude montre qu'outre le refroidissement associé à la phase négative de l'Oscillation interdécennale du Pacifique, deux autres facteurs ont joué un rôle important: une irradiation solaire réduite et un effet de refroidissement dû aux éruptions volcaniques.

L'importance relative de ces facteurs dépend de la période sur laquelle on définit le ralentissement. Sur la période 1998-2013, la variabilité climatique dans le Pacifique domine, tandis que le forçage solaire a une plus grande influence sur la sous-période entre 2003 et 2011.

Des études antérieures avaient déjà identifié les oscillations climatiques du Pacifique, le forçage solaire et le forçage volcanique comme des éléments importants du ralentissement du réchauffement au début du XXe siècle. Cette étude fournit une preuve supplémentaire que cette combinaison de facteurs a temporairement masqué une grande partie de l'influence du réchauffement dû aux gaz à effet de serre anthropiques et aux aérosols pendant cette période.

Les dernières années ont confirmé que la période de ralentissement a pris fin, les températures moyennes à la surface du globe ayant atteint des records depuis 2014, dépassant de plus de 1° C les températures préindustrielles.

Source: CNRS-INSU

Répondre