[News] Transmutation des déchets nucléaires: la Belgique lance le projet MYRRHA

Production, exploitation, stockage, etc...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 17171
Inscription : 02/06/2004 - 18:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] Transmutation des déchets nucléaires: la Belgique lance le projet MYRRHA

Message par Adrien » 22/09/2018 - 0:00:11

Le conseil des ministres belge a donné son aval au lancement du projet MYRRHA et contribuera à hauteur de 558 millions d’euros à sa construction sur la période 2019-2038. Porté par le SCK-CEN, MYRRHA a pour objectif de construire à Mol, en Belgique, un nouveau réacteur de recherche destiné notamment à démontrer la faisabilité du concept de réacteur hybride (ou réacteur "ADS" pour Accelerator Driven system) et à étudier la faisabilité de la transmutation de certains déchets nucléaires de très haute activité et de longue durée de vie.

En conception depuis une vingtaine d’années, MYRRHA (Multipurpose Hybrid Research Reactor for High-tech Application) a pour objectif de construire un réacteur de recherche extrêmement innovant. Composé d’un cœur sous-critique de 100 MW thermique refroidi par métal liquide (Plomb Bismuth), ce réacteur de type ADS a la particularité d’être sous-critique. La réaction en chaîne n’est pas auto-entrentenue, et le réacteur doit donc être piloté par un accélérateur de protons qui permet, par interaction avec une cible de spallation, de fournir les neutrons nécessaires pour maintenir les réactions de fissions et donc la puissance du système. MYRRHA sera ainsi le premier démonstrateur mondial à puissance significative d?un tel concept de réacteur piloté par un accélérateur de particules.

Image
La future installation MYRRHA à Mol, en Belgique © SCK-CEN
L’IN2P3 a toujours été un partenaire privilégié du SCK-CEN (1) tout au long de l’évolution de ce projet d’envergure internationale, à la fois sur les aspects réacteur et accélérateur. Depuis 15 ans, plusieurs laboratoires de l’institut ont ainsi mis en place des programmes de recherche et de prototypage pour la conception et le développement des différentes parties de l’accélérateur linéaire supraconducteur de MYRRHA, qui doit fournir un faisceau de protons d’une très grande puissance (2,4 MW à 600 MeV) avec un niveau de fiabilité hors du commun afin de ne pas dégrader les structures et le fonctionnement du réacteur. Côté réacteur, les équipes de recherche de l’IN2P3 se sont également beaucoup investies pour comprendre les phénomènes physiques en jeu lors du pilotage d’un cœur sous-critique par un faisceau de particules, en mettant en œuvre notamment l’expérience Guinevere à Mol, destinée à proposer des méthodologies nouvelles de mesure du niveau de la sous-criticité en ligne, point essentiel au pilotage et à la sûreté du système.

Image
L’accélérateur de l’expérience Guinevere à Mol, en Belgique
Une fois mis en service, MYRRHA devrait fournir à l’Europe, dans une vingtaine d’années, un nouveau réacteur d’irradiation à spectre rapide, permettant à la fois d’étudier la transmutation (2) des déchets nucléaires de type actinide mineur, et plus largement de mener des activités de recherche sur les matériaux, sur la physique nucléaire fondamentale, ainsi que de produire des radio-isotopes pour la médecine (diagnostic et thérapies). Ces deux dernières applications devraient d’ailleurs être opérationnelles dès 2026, date prévue pour l’achèvement de la première partie de l’accélérateur de MYRRHA (jusqu’à 100 MeV), dont la conception est très largement le fruit des équipes de l’IN2P3.

Liste des laboratoires IN2P3 impliqués:
- Institut de physique nucléaire d'Orsay (IPNO, CNRS/Université Paris-Sud) ;
- Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie (LPSC, CNRS/Université Grenoble Alpes/Grenoble INP) ;
- Institut pluridisciplinaire Hubert Curien (IPHC, CNRS/Université de Strasbourg) ;
- Laboratoire de l?accélérateur linéaire (LAL, CNRS/Université Paris-Sud) ;
- Laboratoire de physique corpusculaire de Caen (LPCC, CNRS/Université Caen Normandie/Ensicaen).

Notes:
(1) SCK-CEN: Centre d’étude de l’énergie nucléaire ;
(2) Transmutation nucléaire: processus par lequel l’on transforme un élément chimique en un autre en modifiant son noyau atomique.


Source: CNRS-IN2P3

Avatar de l’utilisateur
POB
Messages : 614
Inscription : 08/05/2011 - 8:16:13
Activité : Retraité

Re: [News] Transmutation des déchets nucléaires: la Belgique lance le projet MYRRHA

Message par POB » 22/09/2018 - 12:05:43

La lecture de l'article me laisse redouter que l'installation "pilote" dont il est question ne produise in fine des déchets radioactifs supplémentaires.

Il y a une vingtaine d'années, à l'époque où Carlo Rubbia le dirigeait, le CERN avait déjà lancé une étude de ce genre visant à détruire des actinides de très longue période en radio-éléments de courte période.

Carlo Rubbia a également inventé une conception unique pour un nouveau genre de réacteur nucléaire, l’amplificateur d’énergie. Cette conception, dont le principe de fonctionnement est sans risque, combine un accélérateur de particules avec un réacteur nucléaire sous-critique qui peut utiliser un élément abondant, le thorium, comme combustible et est surtout à l’abri d’une fusion. De plus, les déchets que produit cet équipement sont dangereux pendant une période beaucoup plus courte que les déchets issus des réacteurs conventionnels, et il est également capable de transformer des déchets à longue période de désintégration produits par des réacteurs nucléaires conventionnels en éléments moins dangereux. Parmi ses autres avantages, citons le réglage immédiat de la chaleur produite par réglage du flux de l'accélérateur, et l'impossibilité de faire des bombes nucléaires avec.

Et puis on n'en a plus entendu parler et les installations de "retraitement" ont continué à stocker les déchets dans des piscines pour les refroidir en attendant de savoir les traiter efficacement.
Le mythe du surgénérateur, qui "produisait plus de combustibles fissiles qu'il n'en consommait" n'a pas duré longtemps. La récupération de chaleur faisait appel à du sodium liquide et on n'a jamais bien su faire fonctionner des pompes capables de gérer ce fluide caloporteur.
Maintenant on va utiliser un mélange plomb / bismuth et je doute fort qu'on sache mettre en oeuvre des pompes capables de gérer un fluide aussi dense.
:bieres:
C'est une grande misère de n'avoir pas assez d'esprit pour parler, ni assez de jugement pour se taire. (La Bruyère)

vahanar
Messages : 16
Inscription : 18/11/2011 - 3:13:58
Activité : Salarié

Re: [News] Transmutation des déchets nucléaires: la Belgique lance le projet MYRRHA

Message par vahanar » 23/09/2018 - 21:20:04

quel différence avec Superphénix ?
si je ne me trompe pas le probleme de Superphénix, c’était une matière fissible recyclée hétérogène qui rendait la réaction de fission extrêmement instable, tellement instable que les français l'ont abandonné, car trop dangereux

Avatar de l’utilisateur
cisou9
Messages : 9391
Inscription : 12/03/2006 - 15:43:01
Activité : Retraité
Localisation : Pertuis en Lubéron
Contact :

Re: [News] Transmutation des déchets nucléaires: la Belgique lance le projet MYRRHA

Message par cisou9 » 24/09/2018 - 12:06:23

Superphénix a été recalé car les gens ne voulais pas d'un réacteur dont le fluide caloporteur est le sodium.
Phénix lui a fonctionné de 1973 à 2010 sans problèmes majeurs. :jap: ____
Un homme est heureux tant qu'il décide de l'être et nul ne peux l'en empêcher.
Alexandre Soljenitsyne.

Répondre